59 % des Français sont contre le revenu universel

Dans un récent sondage Odoxa, une majorité de Français ont déclaré ne pas vouloir l’instauration du revenu universel.

Rédigé par Anton Kunin, le 4 Nov 2016, à 11 h 30 min

Un sondage Odoxa révèle que 59 % des Français ne souhaitent pas l’instauration du revenu universel, qui permettrait à chacun de vivre décemment face aux évolutions du marché du travail.

Le revenu universel ne remporte pas d’adhésion : l’oisiveté dans le viseur

Comme d’habitude, le sentiment qui prime chez les Français vis-à-vis du revenu universel est l’inquiétude  : 64 % des personnes interrogées jugent que cette mesure « incitera les Français à ne plus travailler et à se contenter de leur revenu universel ». Mais une fois que la question de leur propre comportement en cas d’adoption de la mesure est posée, 85 % déclarent qu’ils travailleront « tout de même pour gagner plus d’argent parce qu’ils ne s’imaginent pas ne pas travailler ».

Le revenu universel est une idée qui ne date pas d’hier : elle a été proposée au XVIe siècle par l’écrivain anglais Thomas Moore, dans son livre « Utopie ». Dans sa version moderne, le revenu universel est une somme que l’État verse tous les mois à ses citoyens, qu’ils travaillent ou non, et qui est suffisante pour vivre dignement.

Des pour et des contre

À la question « Que pensez-vous du revenu universel, qui consisterait à attribuer à tous les Français, sans condition de ressource et qu’ils travaillent ou non, un revenu à vie compris entre 500 et 1.000 euros par mois ? », 59 % des personnes interrogées ont répondu que ce ne serait pas une « bonne » mesure, 62 % qu’elle ne serait pas « juste », et 67 % pas « réaliste ».

Les pourfendeurs du revenu universel estiment que son introduction désapprendra aux gens de travailler. Résultat : le processus de création de valeur ajoutée dans l’économie s’arrêtera, ce qui aura pour suite l’arrêt de création de richesses. Quant à ceux qui continueront à travailler, ils recevront à la fois leur revenu universel et leur salaire. En d’autres mots, un revenu disproportionné vis-à-vis de l’utilité réelle de leur travail.

Les « pour » ne manquent pas non plus d’arguments. D’après eux, l’introduction du revenu universel permettra de lutter contre la pauvreté, réduira les inégalité d’accès à l’enseignement et aux soins médicaux, réduira le taux de criminalité et sera une bonne chose pour la cohésion sociale.

60 % des personnes interrogées par Odoxa jugent par ailleurs cette mesure comme provenant de la gauche, bien qu’elle figure sur les programmes de plusieurs candidats à la présidentielle de gauche comme de droite.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

16 commentaires Donnez votre avis
  1. Oh pauvre système. C’est amusant de voir ce qui se plaigne du système et critiquer qu’on le parasite! La dette, à qui doit-ont de l’argent au fait? A la BCE bien sur! Il s’agit la d’une pôlarité allocation/ autoanion. les 1000 milliards ils n’ont qu’a les imprimer, et voila, magie magie. Dans l’avenir nous auront absolument besoin de se revenu. La robotisation va absolument mètre tous le monde au chômage. si vous aviez dix grutiers vous pensser que vous aurait besoin de combien de programateurs? Un seul pourrat faire tous les chantiers du département. Il suffit de regarder ce robot poubelle dans la gare, demain ils ramasseront eux même les déchets du sol. En vériter si il est vrai que de rester la à rien faire ne donne aucune saveur à la vie, il n’en reste pas moin que notre première liberter est de pouvoir disposer de notre dèstiner. Ainsi quand un secteur se colapse, REFAIRE CES ETUDES devrait être naturel. N’oublions pas que les vrai parasites se situ plutôt dans la politique qui sans arret raconte que la France est sur le déclin, nous faire croire qu’il faudrait économiser, et même qu’il vont tout ranger!

  2. Un encouragement pour les politiques de ne plus faire aucun effort pour qu’il y ait de l’emploi, bien au contraire, et cela signifiera que les prix augmenteront, et revenu universel ou pas, plus personne n’arrivera à s’en sortir…
    Vous trouvez normal qu’il y ait de moins en moins de l’emploi et de plus en plus de chômeurs par conséquent ? on a laissé les grosses boites délocaliser, tout fout le camp, et bientôt, on restera tous à la maison, sans boulot, mais avec un revenu universel qui bientôt sera au même niveau que le RSA, nul doute à avoir à ce sujet, car depuis le début des années 70 tout est fait pour que le peuple soit de plus en plus dans la misère et tout est fait pour avoir une dette de plus en plus grosse… Avant la création de la dette en 1973, la France n’avait pas de dette…!

  3. JE ne sais pas sur quelle planète vivent certains contributeurs ici, mais il est urgent de regarder ce qui se passe autour de vous!

    Ça vous défrise que ceux plongés aujourd’hui dans la misère, la précarité, la pauvreté, l’indigence, puissent demain consommer, contribuer à faire tourner l’économie, se loger, se soigner, se nourrir, vivre tout simplement au lieu de survivre??

    Comment osez vous associer “revenu universel” avec “plus besoin de travailler”, et autres inepties aussi énormes que “oisiveté” ou “opulence”.

    Alors les travailleurs pauvres seraient juste une lubie d’associations caritatives, le seuil de pauvreté serait juste une donnée statistique, la dignité tout juste un sujet pour bac de philo, et il faudrait aussi que toutes ces personnes éprouvent … de la culpabilité?

    Commencez donc par ESSAYER de SURvivre avec 500€ par mois, juste pour voir.
    Pour les moins courageux, additionnez les frais fixes, basiques et élémentaires d’un foyer: loyer, eau, électricité, et voyez ce qu’il vous reste pour manger.

    Apparemment, il faut avoir enduré l’indigence pour savoir que c’est IMPOSSIBLE.

    Dernièrement un politique déclarait être incapable d’économiser en percevant plus de 5000€/mois…

    Vous le voyez mieux le hiatus?

    C’est du principe de redistribution dont il est question, pour redonner de l’élan

    J’ai bien du mal à comprendre en quoi 500€ sont plus utiles, planqués dans un paradis fiscal, ou dans un golden parachute, plutôt que pour contribuer au quotidien de vrais gens.

    @GUYOT:
    vous lire est un réconfort…
    merci…

  4. Il est assez difficile pour les amateurs que nous sommes d’envisager toutes les conséquences d’une telle mesure. Il faudrait y aller doucement en commençant par une petite partie de notre territoire, volontaires par référendum, en Corse ou en Martinique, par exemple,( je vois bien les corses se livrer à ce genre d’expérience! ) De plus leur territoire est bien limité. Et observer les conséquences sur la population: l’évolution des courbes de la santé physique et mentale, la criminalité, l’utilisation de drogues, l’esprit d’entreprise, l’enseignement (les jeunes seront-ils motivés à préparer leur avenir, ou au contraire à ne plus se préoccuper et à assister seulement aux cours qu’ils choisissent, sans recherche d’efficacité), l’évolution des prix et des loyers, etc. Et surtout comment se finance cette mesure? Par la taxation du travail? Mais si moins de gens travaillent, la source s’épuise, c’est quand même la question la plus difficile à résoudre. Et s’il faut faire marche arrière car c’est vraiment utopique, ce sera très difficile pour les gens de se passer de cette mane…. Par contre le monde de la finance, les revenus des entreprises chimiques, pétrolières et pharmaceutiques qui empoisonnent la planète et nos santés, devrait être beaucoup plus contrôlés et taxés, payer leurs revenus sur les bénéfices comme toutes les autres entreprises et là il y aurait des marges intéressantes à récupérer. Il est vrai que si l’on fait cela, ils quitteront notre territoire! Et continueront leurs activités criminelles ailleurs…. Ce n’est pas simple!

  5. Le revenu universel oui, mais pas n’importe lequel!

    quand la “gauche” le propose, c’est en théorie (je ne parle pas des socialistes, bien sûr) pour redonner le pouvoir aux gens, et une certaine qualité de vie, et il faut pour cela que le revenu universel soit conséquent : cad que l’on n’aie plus besoin de travailler pour vivre (sinon, la pression des employeurs reste, et le travailleur doit accepter le travail qu’on lui propose, sous n’importe quelle conditions, à une époque ou le plein emploi n’est plus possible – du coup heureusement que certains ne voudront plus travailler, et heureusement, ils ne se sentiront plus coupables, ainsi que la majorité des gens qui reçoivent actuellement des aides sociales). cela résoudrait effectivement beaucoup de problèmes d’un seul coup. Bien sûr que le travail sera taxé, et beaucoup même (il faut bien payer l’allocation), mais il sera en supplément d’un vrai salaire… et enfin, le travail ne sera plus la valeur centrale de nos vies, puisqu’il n’y en a plus assez de toutes façons. La sécurité sociale reste à part, puisque les malades ont un besoin tous différents de remboursements (un rhume et un cancer, ça ne coûte pas la même chose). quoi d’autres? ah oui : tout le monde la reçoit, les enfants comme les vieillards : une famille a besoin de plus pour vivre qu’un célibataire.

    quand la droite/centre/libérale le propose, elle y voit une aubaine pour supprimer toutes les allocations sociales, et elle ne proposera jamais assez. Il me semble que certaines personnes ont besoin de plus que d’autres… or le cas par cas disparaîtra, voire la sécurité sociale avec… on observe alors pas de changement positif dans la situation des gens les plus défavorisés, voire à l’opposé. Et personne n’est à l’abri d’un coup dur (santé, emploi, situation familiale, …), personne.

    les bonnes idées, il y en a plein, mais leurs détournements sont aussi légions. il faut toujours chercher ce qui se cache derrière un nom, ce qui fonde l’approbation de telle ou telle idée. 🙂

  6. @Evelyne3582
    Actuellement, il faut considérer que :
    – la moitié des foyers sont exonérés
    – 25% des foyers sont retraités et perçoivent donc un revenu sans obligation de travailler.
    – 10% de la population active perçoit des indemnités de chômage
    – 7,5% de la population est sous le régime du RSA
    – 50% d’un des parents prend un congé parental

    Le nombre de personnes percevant un revenu sans obligation de travailler est considérable et représente des sommes tout aussi considérable, proche de la moitié des dépenses publiques, un impôt négatif, une redistribution.
    Offrir le minimum vital (parce que 500 € par personne permet juste de survivre) à chacun sans contrepartie n’est donc en rien une prime à la paresse, mais un impôt négatif généralisé.
    En soumettant l’ensemble de la population, et non la boitier comme actuellement à l’impôt sur tous les autres revenus, le système s’équilibre.
    https://www.generationlibre.eu

  7. Voilà bien une idée tordue! Rendre les gens dépendants de l’état pour qu’ils continuent a le soutenir tant qu’il continue de payer. Voyez comment cela a marché au Venezuela! La famine s’installe dans ce pays après seulement quelques années de distribution d’argent aux pauvres et aucun investissement industriel! C’est totalement utopique car d’où viendra l’argent? Une vieille chanson de Felix Leclerc disait: si tu veux tuer un homme paye-le à ne rien faire.
    L’oisiveté bien gérée est agréable dans l’opulence, car on peut être artiste, voyager, étudier, se livrer à des recherches, faire du sport de haut niveau… (Un peu comme vivaient les aristocrates autrefois). Mais sans les moyens financiers c’est l’ennui, les vices (cela même dans l’opulence!) et la dégradation de la santé qui s’installeront.
    Cela suppose qu’on a supprimé les impôts sur le revenu jusqu’à un certain niveau, car on ne va pas donner d’un côté et reprendre de l’autre! Donc ceux qui en payent financent l’oisiveté des autres? Ce sera dur a passer!
    Je suggère plutôt une gratuité des services de base: santé, éducation, transports, logement et nourriture (avec des tickets ou un crédit limité) etc. Mais pas d’argent liquide. Celui qui en veut un peu plus doit s’impliquer dans une activité rémunératrice, créatrice de richesse: un emploi classique, une activité artistique, ou tout autre activité salariée ou non et il conserverait les avantages cites plus haut qui seraient universels et payés par les impôts.
    Je n’arrive pas à croire qu’en délocalisant nos industries, donc les emplois, en exportant de moins en moins à cause des coûts élevés et de notre production de plus en plus faible, nous arriverons à payer ce type de revenu de base à tous ceux qui le demandent. Il est vrai que les entreprises délocalisées réalisent des bénéfices énormes sur le dos des esclaves du tiers monde, ce qui se rapproche un peu de l’esclavage des nègres dont nous sommes déjà peu fiers, et que ces fortunes ne reviennent pas au pays car elles sont aussi délocalisées dans des paradis fiscaux et investissements plus rémunérateurs que chez nous. Il faudrait commencer par interdire ces activités indignes pour fabriquer tout ce dont nous avons besoin sur notre territoire, n’importer que le minimum, redonner à l’agriculture l’importance qu’elle mérite, c’est à dire naturelle, sans agrochimie, sans rendements délirants en respectant les animaux d’élevage. Les emplois ainsi recréés seraient valorisants, les produits alimentaires naturels et enfin comestibles!

    • D’où viendra l’argent? Vous êtes-vous déjà demandé où sont allé les 1000 milliards(!) d’euro créés par la BCE? Quels ont été leurs effets réels?
      Le lobby bancaire en a tiré la majeure partie et le reste est parti pour les sociétés commerciales! Serait-il si aberrant d’affecter une partie du pactole au peuple?
      Votre proposition alternative est, elle, fort sensée, fournitures de prestations “en nature” et redonner à l’agriculture l’importance mais surtout à ses produits, la qualité qu’ils méritent. Ceci permettra du même coup de diminuer drastiquement les coûts de la santé et donc, dans votre système, de fonctionnement de l’état!

  8. le sondage sur le site contredit totalement le sondage ODOXA.
    Étrange, voudrait-on dissuader de mettre en place un processus enfin intelligent de redistribution?

  9. Mis à la retraite bien trop tôt à mon gout et malgré une pension acceptable, je poursuis une activité professionnelle par goût en plus d’un intense activité associative (qui avait commencé bien avant ma mise en retraite).
    Tout ceci est affaire d’individus.
    Et à 500 € et même 1000 € par mois, nombreux seront les volontaires pour gagner plus.
    La contrepartie est que tout le monde serait soumis à l’IRPP. L’exonération actuelle de plus de la moitié de la population est déjà une forme de revenu universel virtuel.
    Il sont déjà nombreux à le réclamer : les étudiants (allocation d’études), les chômeurs en fin de droit (RSA, ARE), les femmes en charge d’enfants (congé parental)…
    La contre partie serait une réelle modération salariale, ce qui devrait doper l’économie.
    Dans les années 60 alors qu’il était possible de travailler “à la petite semaine” et selon son envie (essayée donc aujourd’hui, sauf chez Uber!) certains vivaient en ne venant travailler que deux ou trois jours sur les chantiers.
    Il faut aller plus loin que le premier ressenti pour juger de cette proposition. La redistribution actuelle (allocation logement, allocation familiale, retraite de base, chômage, RSA, ARE…) représente des sommes considérables qu’il serait possible de redistribuer autrement. C’est l’analyse convergente produite par plusieurs groupes de réflexion.
    De plus, le fait que ce soit sans contrepartie économiserait des sommes énormes dépensées dans la distribution et le contrôle des aides, et économiserait le coût (tout de même très relatif) des fraudes devenues impossibles.

  10. le revenu universel permettra de faire ce qu’on veut quand on le veut et non plus de devoir ceder au chantage des employeurs. On pourra participer à la société tels que nous sommes et non tels qu’on nous oblige à être pour enrichir un petit nombre. Le travail humain est de toute façon appelé a disparaitre remplacé par les robots, il faut donc une redistribution des richesses, basé sur de nouvelles sources.

  11. Un encouragement à rester au chômage et à profiter du système

  12. La perception de la perte d’un travail est très différente lorsqu’il s’agit du privé ou du public. Il serait intéressant de savoir à quelle catégorie appartient ceux qui sont pour et ceux qui sont contre….

    • Le revenu sera un encouragement pour beaucoup à ne rien faire et profiter des autres, de plus qui va le financer? ceux qui se lèvent me matin pour aller travailler?

    • @Noel :
      À condition d’accepter de se contenter de 500 € par mois pour survivre.
      Y seriez-vous prêt?
      Je suis persuadé que presque tout le monde chercherait un complément de revenu, au minimum à temps partiel, ce qui partagerai le travail différemment.

Moi aussi je donne mon avis