Vers un déploiement du Dossier médical partagé d’ici la fin de l’année

Le carnet de santé en ligne, plus communément appelé DMP (dossier médical partagé) pourrait voir le jour officiellement au mois d’octobre 2018. Lancé en phase test dans plusieurs départements, il sera généralisé à toute la France.

Rédigé par Maylis Choné, le 21 Apr 2018, à 13 h 35 min

Le Dossier médical partagé (DMP) va enfin entrer en exercice. Après de nombreux tests, plus ou moins laborieux, il devrait être généralisé dès le mois d’octobre 2018.

Le Dossier Médical Partagé, pour un meilleur suivi des soins

Cela fait de nombreuses années que le projet est dans les tuyaux, mais n’aboutit pas. Trop complexe, peu pratique, aucune maquette n’avait jusqu’à présent passé tous les tests brillamment. C’est chose faite : le DMP devrait entrer en exercice en octobre 2018 et sera généralisé à toute la France.

dossier médical partagé

Faciliter les consultations © Stock-Asso

Jusqu’à présent, seuls neuf départements ont testé cet outil de partage des données médicales personnelles : le Bas-Rhin, les Côtes-d’Armor, le Doubs, le Puy-de-Dôme, la Somme, le Val-de-Marne, la Haute-Garonne, l’Indre-et-Loire et les Pyrénées-Atlantiques. La version numérique du traditionnel carnet de santé papier semble enfin prête.

Un outil pour faire des économies

Les objectifs du DMP sont nombreux. Le principal serait de centraliser tous les informations et examens médicaux suivis par le patient afin d’éviter les doublons à peu de temps d’intervalles (traitements, résultats d’examens d’analyses, allergies éventuelles, etc.), « alors que beaucoup d’actes sont refaits entre la ville et l’hôpital, tout simplement parce que le médecin de ville ne récupère pas la radio ou le scanner… », a souligné Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités.

« L’objectif est d’aller très vite et d’ouvrir d’ici quatre ou cinq ans plusieurs dizaines de millions de DMP avec des données abondantes et fréquemment actualisées », a déclaré en février 2018 Nicolas Revel, directeur de la Cnam, dans les colonnes des Échos. Selon les estimations faites en 2004, le DMP pourrait représenter jusqu’à 3,5 milliards d’euros d’économies susceptibles d’être obtenues.

Le DMP : comment ça marche ?

Pour ouvrir un DMP, le patient peut agir seul. Muni de sa carte vitale, il doit créer un compte et enregistrer un mot de passe pour l’activer. Si vous avez besoin d’aide, médecins, pharmaciens ou infirmières (pour les personnes en perte d’autonomie) peuvent vous donner un coup de main. Vous souhaitez fermer votre dossier ? C’est possible et sachez que vous aurez une période de dix ans pour le rouvrir si besoin.

dossier médical partagé

Facile à ouvrir avec une carte vitale © Image Point Fr

Améliorer la qualité des soins et le suivi des patients serait un réel bénéfice. Encore faudrait-il que les établissements de santé et les médecins eux-mêmes jouent le jeu et alimentent cette base de données pour qu’elle soit continuellement à jour. « Mais pour que les médecins l’adoptent, il faut que ce soit simple, en phase avec nos logiciels métier et que ça s’incrémente en un clic. Sans qu’on ait besoin de retaper tous les courriers », prévient le docteur  Philippe Vermersch, président du Syndicat des médecins libéraux.

Le DMP pourrait révolutionner l’usage des données de santé notamment pour les patients atteints de maladies dont l’état nécessite l’intervention de professionnels à long terme, et ainsi simplifier leurs parcours de soins et prises en charge. Mais dans le contexte actuel de méfiance, l’inquiétude quant à la protection des données personnelles risque d’être importante pour les autres…

Illustration bannière : Dossier médical partagé – © LeoWolfert
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Encore une brillante idée des soi-disant ‘élites’ qui nous gouvernent, de façon à ce que tout un chacun expose ses données personnelles les plus confidentielles au premier hacker venu!

Moi aussi je donne mon avis