Coronavirus : les plantes et les huiles essentielles à ne pas utiliser

Les anti-inflammatoires sont à proscrire en cas d’infection au covid-19. Mais attention : les produits non stéroïdiens, bien connus de tous, ne sont pas les seuls à éviter !

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 5 Oct 2020, à 12 h 48 min

Vous avez l’habitude de soigner les bobos de la vie courante de façon naturelle ? Grand bien vous fasse ! Cependant, comme vous le savez déjà, les huiles essentielles et les soins à base de plantes, s’ils sont naturels, n’ont rien d’inoffensif. En période de COVID-19, les huiles essentielles aux vertus anti-inflammatoires sont à proscrire et voici pourquoi.

Coronavirus : pourquoi les anti-inflammatoires sont à éviter ?

Selon les autorités de santé, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme les médicaments à base d’aspirine ou d’ibuprofène pourraient être associés à une aggravation des symptômes chez les personnes souffrant d’une maladie virale.
Pourquoi ? Eh bien, parce que ces médicaments inhibent la fièvre, alors que la fièvre est un phénomène d’inflammation déclenché par le corps justement pour se défendre contre les agents infectieux.

coronavirus anti-inflammatoires

Surtout, ne pas essayer de faire baisser la fièvre avec des anti-inflammatoires ! – © MIKISTOCKER

En effet, c’est en augmentant sa température au-delà de 38°C que l’organisme parvient à s’autoguérir. D’une part, la fièvre permet la multiplication des globules blancs et donc de leur activité. D’autre part, la chaleur en elle-même élimine les pathogènes.

En cas d’infection au covid-19, il est strictement contre-indiqué de prendre des anti-inflammatoires car ils empêcheraient le corps de lutter contre le virus.
Si la fièvre est mal tolérée ou les douleurs trop intenses, les autorités de santé recommandent la prise de paracétamol.

De la même manière, ne tentez aucunement de faire baisser votre fièvre à l’aide d’huiles essentielles. En cas de symptômes, contactez impérativement votre médecin.

Alors, si vous pensez être atteint du covid-19 ou dans le moindre doute, évitez toute huile essentielle à action anti-inflammatoire !

Quelles sont les principales huiles essentielles anti-inflammatoires

La lavande vraie

La lavande vraie est tellement vertueuse qu’on l’utilise pour tout. Très utile pour soigner bien des maux, elle est indispensable dans notre trousse à pharmacie.
Cependant, en cas d’infection au covid-19, l’huile essentielle de lavande vraie est à éviter.

La gaulthérie couchée ou odorante

Indispensable pour soulager les douleurs musculaires ou articulaires, la gaulthérie odorante est une aspirine naturelle. Elle compte donc parmi les huiles essentielles à surtout éviter en cas de covid-19.

coronavirus anti-inflammatoires

La gaulthérie, une huile essentielle anti-inflammatoire à éviter en cas de covid – © Madeleine Steinbach

L’achillée millefeuille

Riche en lactones sesquiterpéniques, l’huile essentielle d’achillée millefeuille est justement plébiscitée pour son action anti-inflammatoire puissante. Si vous l’utilisez en temps normal pour ses vertus anti douleurs, mieux vaut vous en passer en cas d’infection au covid.

Les huiles essentielles contre les petits rhumes à éviter

Il est très fréquent d’utiliser certaines huiles essentielles contre les petits maux d’hiver, en inhalation ou en massage. Là encore, certaines d’entre elles, efficaces contre les rhumes, sont à éviter dans le cadre du covid-19, du fait de leur action anti-inflammatoire.

Parmi elles, citons l’eucalyptus citronné, le romarin à verbénone, la cannelle, la verveine odorante, etc.

Les autres plantes à éviter

Depuis le mois d’avril 2020, l’Anses met en garde contre certaines plantes qui pourraient agir comme les fameux AINS (1).

De cette manière, elle conseille d’éviter absolument les plantes contenant des dérivés d’acide salicylique (la molécule principale de l’aspirine) tels que le saule, le bouleau, la reine des près, le peuplier, la verge d’or et les polygalas.

Toujours selon l’Anses, d’autres plantes à l’action inflammatoire sont à proscrire comme les échinacées, le curcuma, l’harpagophytum et la griffe du chat.

Dans tous les cas et comme vous en avez l’habitude, il convient de faire preuve de la plus grande prudence lors de l’utilisation des plantes en automédication. Pour écarter tout risque, évitez d’utiliser une seule plante à forte dose. Et bien sûr, continuez à bien respecter les gestes barrière.

coup de coeur

Aromathérapie corps et âme de André Bitsas

Plus de 80 essences et huiles essentielles sont décrites tout à la fois sur le plan de leurs propriétés médicinales et de leur impact psycho-émotionnel.

À découvrir sur Slow-Cosmetique.com

 

Illustration bannière : coronavirus anti-inflammatoires à éviter – © Microgen
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. les plantes que vous citez : l’échinacées, le curcuma, l’harpagophytum et la griffe du chat, NE SONT PAS INFLAMMATOIRES, mais anti inflammatoires.

    Relisez-vous donc avant de raconter n’importe quoi !

  2. Comme le commentaire précédent, surtout ne prenez rien et attendez que ça passe tout seul.

  3. En somme il faut eviter tous les produits naturels qu ils soient inflammatoires ( échinacée, etc) ou anti inflammatoires( huiles essentielles)
    n y at il pas une légère contradiction?
    conclusion comme d hab: en dehors des medicaments, point de salut !

Moi aussi je donne mon avis