Le coquelicot, star rebelle de la biodiversité

Avec l’appel des Coquelicots lancé par Charlie Hebdo, cette fleur s’est fait le symbole de la lutte contre les pesticides. Voici pourquoi.

Rédigé par Pauline Petit, le 13 Sep 2018, à 14 h 10 min

Avec sa corolle rouge sang reconnaissable entre toutes, le coquelicot apparaît dans nos champs et jardins dès le mois de mai. Il a été chanté et peint par de nombreux artistes, dont le célèbre Les Coquelicots de Monet. Aujourd’hui, il est érigé en symbole de la biodiversité des champs avec l’Appel des Coquelicots de Fabrice Nicolino, journaliste de Charlie Hebdo.

L’appel des coquelicots contre les pesticides

S’il est tant apprécié par les rêveurs et par les artistes, il est considéré comme une mauvaise herbe pour les agriculteurs. En effet, ses petites graines ont tendance à essaimer et à envahir les champs. Elles pompent l’eau nécessaire pour les céréales et seraient toxiques pour le bétail.

coquelicot

Elles provoqueraient également une perte de rendement pour les agriculteurs. Même si ces maux n’ont jamais été prouvés, les agriculteurs intensifs n’hésitent pas à vaporiser des herbicides pour éliminer le coquelicot. C’est ce qui explique la désormais triste uniformité des champs de blé ou d’orge, qui ne sont plus parsemés de fleurs des champs.

Le coquelicot, refuge de la biodiversité

C’est ce que déplore Fabrice Nicolino dans son appel, Nous voulons des coquelicots, lancé le 11 septembre et déjà signé par 35.000 citoyens et personnalités. « Les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde ! » Il appelle donc à l’interdiction de tous les pesticides de synthèse pour la sauvegarde de la biodiversité de nos campagnes.

Si les coquelicots sont un symbole de l’absence de pesticides dans les champs, ils sont aussi un refuge pour la biodiversité. Il s’agit d’une plante amie des abeilles, qui viennent la butiner et polliniser les plantes alentour. Les charançons utilisent leur capsule pour se loger et les oiseaux sont friands de ses graines. Pour aider la biodiversité, vous pouvez facilement en planter dans votre jardin en récupérant à la fin de la saison des capsules sèches et le semer à partir du mois d’avril. Vous profiterez ainsi de ses couleurs éclatantes dès le mois de mai et les fleurs pourront repousser tous les ans.

En outre, le coquelicot possède des vertus médicinales : comme ses cousins de la famille des pavots, il possède des propriétés narcotiques et aide à trouver le sommeil. En tisane, ses fleurs sont efficaces pour soigner le mal de gorge.

En véritable star rebelle, le coquelicot a développé une résistance aux herbicides ces dernières années : raison de plus pour arrêter d’en disséminer dans nos champs, nos sols et nos nappes phréatiques !

Vous aussi, signez l’appel des Coquelicots : www.nousvoulonsdescoquelicots.org

Illustration bannière : Coquelicot et abeille – © Bachkova Natalia
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis