Le congre, un monstre des grands fonds menacé

Le guide poisson s’enrichit à nouveau avec le congre, impressionnant poisson à la forme de serpent et qui vit dans les profondeurs.

Rédigé par Annabelle, le 5 Oct 2012, à 17 h 41 min

Le congre, impressionnant poisson anguilliforme fait partie des spécimens dits des profondeurs. C’est pour cette raison que même si l’état de ses stocks est méconnu, nous le plaçons sans hésiter dans la liste des poissons « feu rouge », qu’il vaut mieux ne pas consommer pour préserver la biodiversité. La pêche en eaux profondes est en effet un désastre pour l’environnement. Si le sort du congre et des autres poissons des profondeurs vous importe, n’hésitez pas à signer la pétition !

De plus le congre est un poisson fragile comme nous le verrons, du fait d’un cycle biologique bien particulier et d’une maturité sexuelle tardive.

Le congre, serpent des mers

poisson feu rougeLe congre commun (Conger conger) est un poisson de la famille des congridés. C’est la forme de son corps qui le rend si peu avenant. Le congre est un poisson serpentiforme : très allongé, il évoque le reptile, comme sa cousine l’anguille avec qui il est parfois confondu. D’ailleurs, on le surnomme parfois « anguille des mers ».

Les deux poissons très semblables font partie du même ordre qui est celui des anguilliformes. On peut les distinguer en les observant de près car l’anguille présente une mâchoire prognathe, c’est-à-dire que sa mâchoire inférieure dépasse de la supérieure, alors que c’est l’inverse chez le congre : c’est la mâchoire supérieure qui est saillante.

Description

Le corps très allongé du congre présente une couleur allant du gris clair au brun foncé, voire au noir. Ses nageoires pectorales sont très développées, plus que celles de l’anguille.

Un adulte peut mesure 2 mètre pour 10 kilos et pour les plus grands jusqu’à 3 mètres et peser jusqu’à 60 kg mais  ces mensurations restent exceptionnelles.  En moyenne, elles sont de 60 à 200 cm pour la taille et autour de 10 kg pour le poids…

La vivacité du congre lui permet d’attaquer ses proies grâce à une redoutable mâchoire. Un congre a une espérance de vie de 40 ans, à condition qu’il se soit reproduit tardivement. En effet, le poisson meurt après s’être reproduit. Il atteint sa maturité sexuelle à partir de 80 cm, le plus souvent de 100 cm, à partir de l’âge de cinq ans ou bien plus tard. Les femelles pondent au large, jusqu’à 8 millions d’œufs.

Le jeune congre vit le long des côtes puis adulte va vers des eaux plus profondes.

L’épreuve de la reproduction

Avant de se reproduire, le congre subit de lourdes transformations physiques : le tube digestif s’atrophie, les dents tombent, le squelette se décalcifie et l’abdomen se gonfle. En même temps, les organes sexuels se développent considérablement, pour atteindre 1/3 du poids !

*

La suite p.2> habitat et alimentation

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

12 commentaires Donnez votre avis
  1. Je pratique la peche de loisir et je n’est jamais attrape autant de congre que maintenant, alors que c est un poisson que je ne recherche pas. Permettez moi de douter de sa disparition. A noter que je remet une grande partie de mes prises a l’eau, surtout les congres car aucun interet culinaire.

  2. petit rectificatif: lire “L’on parle, en principe, de zone d’habitat d’une espèce…” au lieu de “L’on parle, en principe, de zone de répartition d’une espèce…”

  3. bonjour Mlle Annabelle,

    désolé pour vous, je ne peux qu’ajouter une couche à tous les commentaires qui soulignent vos inexactitudes, pour user d’un euphémisme; surtout pour un descriptif qui se présente détaillé et qui se veut apparemment informatif, factuel -pourquoi ne citez-vous qu’une seule de vos sources?- et prônant la préservation de l’espèce. Depuis le temps il aurait pu être maintes fois remanié.

    prenons votre titre: congre, poisson des grands fonds, donc la zone abyssopélagique (2000-5000m); notre cher Conger conger ne la rejoint qu’une fois dans son existence, pour se reproduire et rendre l’âme. L’on parle, en principe, de zone de répartition d’une espèce en fonction des milieux où il se développe ou séjourne; en l’occurrence plutôt la zone épipélagique (les eaux littorales de 0 à 200m).
    Si le congre a une forme peu avenante à votre point de vue, je trouve que vous poussez le bouchon un peu loin en l’étiquetant de monstre!! serait-ce “l’épreuve de la reproduction” qui vous a donné des cauchemars?!

    question poids certains de vos spécimens sont à la mode, anorexiques pratiquement! si une femelle, seule, peut atteindre 3m pour 65kg , un mâle de 2m pour 10kg ne doit pas se nourrir souvent!! à cette taille, je vous garantit qu’il fait au bas mot le double.

    s’il affectionne effectivement les fonds rocheux, ce n’est qu’occasionnellement qu’on le retrouve dans les parties sablonneuses.

    Prédateur vorace doté d’une dentition respectable, d’accord; de là à s’attaquer à n’importe quel animal, vous y allez un peu fort, quand même!! poursuivre un épaulard ou un requin blanc, faut que ces derniers soient vraiment petits,petits…

    conclusion: le sensationnel à tout prix pour aguicher le lecteur au détriment de la recherche et du savoir…

  4. Salut,

    Intéressant, pour ce qui est de la vie sexuelle du congre, pour le reste, ce n’est pas forcement un poisson de grands fonds, puisque je le chasse en méditerranée entre 5 et 15m….excellent, comme sa soeur la muréne….je ne suis pas sur que ce soit un poisson en voie de disparition, car il est peu apprécié… merci quand m

  5. bien que ça m’ait intéressé d’apprendre la spécificité sexuelle du congre,
    je suis un peu surpris qu’il soit classé dans les espèces en danger et dans les poissons de grand fonds.
    En effet ceux qui font un peu de chasse sous-marine vous diront que:
    – les gens (en Bretagne en tous cas) trouvent ça “dégueulasse” (désolé pour le terme employé)
    – si vous cherchez du homard, vous aurez croisé une vingtaine de congres avant d’en trouver un.
    – si on en voit plein en chasse sous-marine c’est qu’il ne vit pas si profond que ça non ?

    Ceci étant je veux bien croire que sa spécificité de reproduction soit un handicap, mais dans ce cas nous n’y sommes pour rien!
    S’il n’est pas le mieux armé pour résister à son environnement, il est fort probable que l’espèce disparaisse un jour ou qu’elle évolue.
    Ca s’appelle la sélection naturelle, c’est comme ça que le monde s’est fait depuis des millénaires.

    Arrêtons un peu de vouloir figer le monde. Tant qu’il y a des espèces qui disparaissent et d’autres qui apparaissent c’est que la vie suit son cours.

  6. Cet article est très faiblement documenté et souffre de nombreuses erreurs… Il ne s’agit pas DU palangre mais de LA palangre. Il n’y a pas d’interactions entre ces palangres de fond et les albatros (les zones sont aux antipodes)!! Et bienvenu aux amalgames en tous genres! Poser la question de la durabilité des pêches dites profondes en évoquant le congre est une resucée paresseuse du prêt à penser (et à écrire) de quelques illuminé(e)s des “abysses”… Pathétique

  7. votre article apparaît succinct et faiblement documenté

    :le congre est un poisson dont la valeur gustative est peu recherchée ( chair élastique ) . On l’utilise surtout en bouillabaisse on l’appelle aussi fiela dans le midi.Il ny a pas matière à surpèche et c’est un poisson qui vit dans les rochers et difficile à pécher. Si le congre est menacé, alors sa cousine la murène devrait l’être également.
    on n’ en voit d’ailleurs pas si souvent chez les poissonniers

    il manque des compléments d’information à votre article pour justifier de la menace

    rien à voir avec l’anguille qui est menacée par les pêches des jeunes anguilles , les civelles, en eau douce ainsi que par la pollution des eaux et les barrages, etc…ce n’est pas parce que ces deux espèces ont une similitude d’aspect que la situation est comparable.

    merci de ne pas jeter n’importe quelle information aux pauvres gobi que nous sommes

  8. Grands fonds ou pas, moi je lis : “le poisson meurt après s’être reproduit. Il atteint sa maturité sexuelle à partir de 80 cm, le plus souvent de 100 cm, à partir de l’âge de cinq ans ou bien plus tard.”
    Si sa pêche est autorisée à partir de 58 cm, il ne s’est donc pas encore reproduit. CQFD.
    A priori, il y en a beaucoup qui n’ont pas lu que les océans pourraient être “vides” dans moins de 50 ans… Alarmiste aussi ?
    On se rassure : “cela n’arrivera pas” ! Impensable disent les septiques … L’histoire est truffée d’exemples : Hiroshima, les 2 tours, le réchauffement climatique… du pipeau aussi ?

    • Plus de poissons dans 50 ans… Ignorez-vous que ce buzz a été démenti par ses propres auteurs un an après sa sortie? Ignorez-vous que l’état des stocks de poissons en Europe s’améliore constamment? Ce ne sont pas les journalistes qui le disent, car ils ne sont à l’écoute que des Millénaristes. Ce sont bel et bien les experts scientifiques… Donc oui, on ne peut qu’être sCeptique (pas comme la fosse tel que vous l’écrivez) devant de tels conforts intellectuels…

  9. Une de plus! bientôt toutes les espèces seront en voie de disparition à cause de l’espèce humaine dont les besoins sont sans cesse croissants au fur et à mesure que sa population augmente.
    Il serait grand temps de se pencher sur ce grave problème comme le préconise l’association Démographie Responsable.
    http://www.demographie-responsable.org

    • @ René: En réfléchissant 3 secondes, vous verriez que le problème est l’espérance de vie qui augmente et non la natalité. Une natalité à 2 enfants par couples permet juste que les enfants remplacent les parents quand ils décèdent.Maintenant que l’on a 4 générations en même temps sur terre, c’est sur que c’est le bordel. En limitant le naissance, on aura un vieillissement de la population et qui va travailler nos centenaires? Mais bon, mort aux vieux, c’est pas super comme slogan.

  10. Placer le congre dans les poissons de grands fonds parait discutable. On en pêche dans les mares aux grandes marées. Dans ces conditions tous les poissons peuvent être de grands fonds. Il est vrai que les poissons ont des cycles de vie qui les amènent à fréquenter des espaces très différents. Arrêtons les amalgames et le catastrophisme systématique, il faut certainement mieux contrôler et réguler cette pêche.Mais le Boycott systématique n’est pas justifié.

Moi aussi je donne mon avis