Le commerce équitable, bon pour les droits des femmes

La journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, est l’occasion de faire valoir les évolutions dans ce domaine. Bonne nouvelle : le commerce équitable permet aux femmes de connaître et de faire valoir leurs droits dans les pays du Sud. Une raison de plus pour passer à la consommation équitable !

Rédigé par Pauline Petit, le 8 Mar 2020, à 10 h 15 min

On sait déjà que les femmes sont globalement moins payées que les hommes. Toutefois, cette disparité atteint des sommets dans les pays du Sud, spécialement dans le secteur de l’agriculture. Les femmes travaillent globalement plus que les hommes, et touchent une rémunération bien moindre. La FAO et Fairtrade International estiment que les femmes assurent 2/3 des heures travaillées dans le monde, mais qu’elles perçoivent moins de 10 % du revenu total mondial.

Le commerce équitable permet toutefois de diminuer ces inégalités, en favorisant une meilleure rémunération des femmes et une plus grande connaissance de leurs droits.

Paysannes Aymara de l’altiplano andin © Ruslana Iurchenko

Le commerce équitable pour l’égalité de genres et les droits des femmes

Le commerce équitable vise à parvenir à une plus grande justice dans le commerce mondial, en favorisant une meilleure rémunération des producteurs agricoles, spécialement dans les pays du Sud, et en mettant en place des actions de formation ou d’éducation dans les communautés rurales.

Alors que 70 % des agriculteurs sont des femmes, elles sont souvent exclues des décisions prises par la coopérative et touchent une rémunération plus faible que les hommes, voire parfois inexistante.

Le commerce équitable tente de diminuer ces inégalités. Conformément à l’objectif de développement durable 5, les 10 principes du commerce équitable attachent une grande importance à la non-discrimination, à l’égalité des droits pour les hommes et aux femmes ainsi qu’à l’autonomisation économique des femmes.

Lorsqu’une coopérative de producteurs veut être certifiée Fairtrade/Max Havelaar (le principal label du commerce équitable), elle doit remplir certains critères concernant l’égalité homme/femme : la non-discrimination (dans le recrutement, le salaire, la formation) et la lutte contre le harcèlement, les intimidations sexuelles ou les attitudes injurieuses. Ainsi que certaines protections sociales, parfois non obligatoires dans la loi du pays, comme le congé maternité ou la sécurité sociale.

Pour Marike de Peña, porte-voix des petits paysans, ex-présidente de Fairtrade International et co-fondatrice du CLAC (Coordinadora Latino Americana y del Caribe de pequeños productores y trabajadores de comercio justo), le réseau latino américain et caribéen des producteurs et travailleurs Fairtrade : « Le commerce équitable a pour objectif l’amélioration de la vie des familles et des communautés. Cela n’est pas possible sans la participation active des femmes, c’est pourquoi elles ne peuvent pas être exclues des décisions ».

Femmes et commerce équitable, un couple qui fonctionne ! © Maximum Exposure PR / Shutterstock

De nombreuses coopératives mettent en place des programmes pour améliorer la vie des femmes : services de santé, accès à l’eau potable, gardes d’enfants… Ceci leur permet d’avoir plus de temps pour travailler et participer à la vie de la coopérative.

Ainsi, les femmes ont davantage voix au chapitre et peuvent prendre en main l’avenir de leur communauté et de leur travail. Certaines peuvent enfin accéder à des postes à responsabilités au sein de la coopérative voire au-delà. Des écoles de leadership permettent d’acquérir des compétences en finance, négociation et prise de décision, tout en étant sensibilisées aux enjeux liés à l’égalité de genre. Ces femmes vont ensuite partager ce qu’elle ont appris et toute leur communauté pourra ainsi en bénéficier.

En 2016, le commerce équitable aidait déjà 350.000 femmes à sortir de la pauvreté, rien que dans le secteur de l’agriculture.

Témoignage : une kenyane représentante des travailleurs africains

En 2016, Grace Cherotich Mwangi est une ouvrière horticole kényane. Elle travaille au sein de la ferme Karen Roses qui produit des roses équitables. Elle, qui a commencé en tant qu’ouvrière, a été promue responsable d’une équipe de 16 personnes.

Grâce aux comités mis en place par les cahiers des charges Fairtrade, elle a pu suivre une formation afin de sensibiliser les travailleurs au VIH. Elle assure à présent des formations au sein de la coopérative sur la prévention du VIH et la vie avec le virus. Cette action fait partie des nombreux projets mis en place par la ferme pour ses salariés : accès à l’eau potable, salles de classe pour les enfants, formations…

En 2013, Grace a été élue représentante des travailleurs africains au Conseil d’administration de Fairtrade Africa, le réseau qui regroupe toutes les organisations du système Fairtrade/Max Havelaar en Afrique.

Grace Mwangi dans latelier de fleurs @ Fairtrade / Max Haavelar

Je n’aurais jamais imaginé représenter tous les travailleurs d’Afrique ! Nous les femmes, avons le potentiel pour être des leaders et c’est extraordinaire de sentir qu’en tant que travailleurs, nous avons une voix !

 

Article mis à jour et republié

Illustration bannière : Le commerce équitable pour améliorer les conditions de travail des femmes – © Sony Herdiana / Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



A la découverte du monde de demain, initiatives positives, personnalités inspirantes, nouveaux modèles économiques. Sans cesse dans les livres, sur le Net...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis