Sondage Travail : la semaine de 4 jours, pour ou contre ?

4 jours de travail, payés 5. En d’autres termes : travailler moins, tout en étant payé autant. L’idée a de quoi séduire. C’est le concept de la semaine de 4 jours, déjà testée par certains pays, mais aussi adoptée par quelques entreprises en France. Si le bien-être des salariés semble au coeur de cette approche du travail, qu’en est-il côté patrons ? Les résultats en termes de productivité sont-ils au rendez-vous ? Seriez-vous prêt, en tant que travailleur ou chef d’entreprise, à passer à la semaine de 4 jours ? Nous vous laissons la parole dans notre sondage hebdomadaire.

Rédigé par Cecile, le 21 Jun 2022, à 8 h 00 min
Sondage Travail : la semaine de 4 jours, pour ou contre ?
Précédent
Suivant

La semaine de 4 jours, de quoi satisfaire salariés et patrons ?

Le 1er juin dernier, le Royaume-Uni a lancé une vaste expérimentation, la plus grande menée à ce jour au sujet de la semaine de travail de 4 jours. 3.000 employés de 60 entreprises travaillent désormais 4 jours par semaine, et ce, sans baisse de salaire. Le projet baptisé « 4 Day Week Global » durera 6 mois. Son but : s’assurer que ce concept du travail amène bien de la satisfaction côté salariés, mais ne sacrifie pas pour autant la rentabilité. Car tout l’enjeu est là, permettre aux employés de gagner en qualité de vie, mais aussi aux entreprises d’accroître leur chiffre d’affaires, ou tout du moins de subir de surcoût.

En France, le cas LDLC

En France, certaines entreprises ont déjà adopté ce nouveau mode de travail. C’est le cas de la société LDLC, distributeur de matériel informatique et high-tech. En janvier 2021, l’entreprise est donc passée à la semaine de 4 jours, soit 32 heures par semaine et ce sans perte de revenus pour les 1.000 collaborateurs de la société lyonnaise. Un an plus tard, le bilan est positif pour les employés, comme le rapporte La Croix. « Aller les chercher à l’école, les accompagner aux sorties scolaires… Que du bonheur ! », confie ainsi au journal un salarié également père de famille. Pourtant, il y a un an, lorsque la direction a prévenu les employés par mail, beaucoup ont cru à une blague tant la promesse paraissait trop belle pour être vraie. Une année plus tard, « c’est que du bonus », juge un autre salarié interrogé.

« Avant, à la fin de la semaine, on traînait tous un peu les pieds. Avec un jour de repos en plus, on a beaucoup plus d’énergie », constate également un employé de LDLC, quand un autre assure : « Avec des journées de travail plus longues, on a en fait plus de temps pour faire les choses, donc on les fait mieux ». Car pour se dégager un jour de repos sur une semaine de 32 heures, les salariés de LDLC font donc des journées de 8 heures et non de 7 heures. Et côté direction, la semaine de 4 jours est-elle une réussite ?

La semaine de 4 jours

Les salariés seraient plus productifs lorsqu’ils travailleraient moins.

Des employés plus productifs

Laurent de la Clergerie, président du groupe, rapporte s’être laissé convaincre par une expérience menée au Japon, chez Microsoft. Un an après l’entrée en vigueur de la semaine de 4 jours à LDLC, le chef d’entreprise l’assure : ses employés sont plus productifs, car lorsqu’ils sont au travail, ils n’ont plus en tête les soucis liés à leurs obligations personnelles. « Il n’y a plus cette porosité entre le travail et la maison. Donc ils sont plus efficaces », rapporte-t-il à La Croix. Même si les managers ont été au début plus sceptiques – en effet, comment assurer en 32 heures des tâches habituellement effectuées en 35 heures ? – la nouvelle organisation a finalement convaincu tout le monde. Syndicats y compris.

La nouvelle organisation du travail déployée en interne chez LDLC ravit donc aussi les syndicats, comme le confie Myriam Letondot, déléguée syndicale CGT dans l’entreprise. « En plus du bien-être, les salariés font des économies : plus besoin de payer une nounou pour garder les enfants le mercredi par exemple. Et avec le prix de l’essence qui augmente, c’est un trajet en moins par semaine. »

À noter que chez LDLC, les journées non travaillées ne sont pas fixes par souci d’équité. De cette manière, chacun peut profiter d’un week-end de 3 jours environ toutes les 3 semaines. Un choix qui s’avère également gratifiant pour les salariés, amenés à remplacer des collègues et donc découvrir de nouveaux postes.

La semaine de travail de 4 jours est donc une réussite pour l’entreprise LDLC, qui assure qu’elle n’engendre aucun surcoût un an plus tard. « Je n’avais pas anticipé que les gens travailleraient plus en 32 heures sur quatre jours qu’en 35 heures sur cinq ! », souligne ainsi le patron, qui chiffrait pourtant au départ le coût d’une telle mesure à 1 million d’euros.

LDLC, semaine de 4 jours de travail

Chez LDLC, la semaine de 4 jours est une réussite.

A lire aussi : Démission : un quart des salariés français prêts à quitter leur emploi

Semaine de 4 jours de travail : qu’en pensent les pays qui l’ont testé ?

La semaine de 4 jours, régulièrement testée par des think tanks, revient souvent à la Une de l’actualité et elle ne fait pas que des adeptes. Sur les réseaux sociaux notamment, force est de constater que l’idée rencontre également de fervents opposants. Leurs principaux arguments : à l’heure de la mondialisation, un pays qui travaille moins ne peut pas être aussi productif face à certaines nations qui ne comptent pas leurs heures de travail. Certains salariés effectuent également un parallèle avec le passage aux 35 heures en France, tournant qui aurait contribué, au final, à réduire les salaires, estiment-ils. Le risque réside en effet peut-être là : un passage généralisé aux 32 heures conduirait-il les patrons, en cas de nouvelle embauche, à proposer un salaire amputé ?

Pour l’heure, plusieurs entreprises l’ont adopté en France et c’est une réussite. Outre LDLC, citons également Yprema (Île-de-France), Love Radius (PACA) ou encore Welcome To The Jungle (Paris). Au total, 5 % des entreprises françaises auraient déjà mis en place cette semaine de 4 jours de travail et 19 % proposeraient à leurs salariés une politique de travail flexible.

Les salariés belges obtiennent le droit de passer à la semaine de 4 jours

D’autres pays testent également ce type d’organisation du travail. Citons entre autres la Belgique. En mai 2022, les salariés belges ont pour leur part obtenu le droit de passer à la semaine de 4 jours, sans baisse de salaire. Ils doivent cependant effectuer une semaine complète de travail, sur 4 jours au lieu de 5. Les employés qui le souhaitent doivent donc condenser leur travail sur 4 jours, autrement dit : être plus productif pour se libérer un jour de congé par semaine.

« L’objectif est de donner aux personnes et aux entreprises plus de liberté pour aménager leur temps de travail », a fait savoir le Premier ministre de Belgique, Alexander de Croo.

L’Islande, pays pionnier de la semaine de travail de 4 jours

Travailler 4 jours par semaine sans perte de salaire, l’Islande l’a expérimenté dès 2015 et jusqu’à 2019. À noter que les salariés ayant participé à l’expérience (environ 2.500) ont eu à effectuer des semaines de 35 à 36 heures, au lieu des 40 heures traditionnelles. Le projet pilote a été un tel succès, que les syndicats islandais sont parvenus à négocier une réduction du temps de travail hebdomadaire. Depuis, près de 90 % de la population active profite effectivement d’un aménagement de leur temps de travail. À la clé, selon les chercheurs ayant encadre l’étude pilote : une diminution du stress et de l’épuisement des salariés islandais, grâce à un meilleur équilibre travail-vie privée.

Des salariés heureux

Travailler 4 jours par semaine permettrait aux salariés de profiter d’un meilleur équilibre vie privée-travail.

La Suède émet des réserves

Si la semaine de travail de 4 jours est donc un succès en Islande, les réactions sont davantage mitigées en Suède, où un test similaire a été mené en 2015. L’idée était alors de travailler 6 heures chaque jour, au lieu de 8 heures, sans perte de revenus. Un concept auquel se sont opposés dès le début plusieurs partis politiques, même de gauche. Leurs craintes ? Que ce type de semaine de travail diminuée engendre trop de coûts.

En Finlande, le passage à 4 jours de travail par semaine n’a finalement pas été acté

En janvier 2020, une information faisait le tour des médias : la Finlande s’apprêtait à passer à la semaine de travail de 4 jours. Si Sanna Marin, à l’époque Première ministre finlandaise, avait bien évoqué l’idée d’une journée de travail limitée à 6 heures ou d’une semaine de 4 jours de travail lors d’une ancienne prise de parole, les faits n’ont pas suivi. Lors de son discours en faveur de la semaine de 4 jours, la jeune femme était ministre des Transports et de la Communication. Il était alors possible de lire sur son compte Twitter : « Des horaires de travail plus courts peuvent et doivent être discutés. Une semaine de quatre jours ou une journée de six heures avec un salaire décent peut sembler une utopie aujourd’hui, mais peut être réalisable à l’avenir. »

En Écosse, la semaine de 4 jours de travail devrait également être expérimentée en 2023, une expérience que devrait aussi mener le Pays de Galles. En France, 22 ans après l’entrée en vigueur des 35 heures, plus de 6 Français sur 10 souhaiteraient passer à une semaine de 4 jours de travail, selon l’enquête « People at work 2022 ». Menée auprès de 33 000 personnes dans 17 pays par ADP (leader mondial des solutions de ressources humaines), cette étude révèle également que près d’un salarié sur trois accepterait même de voir baisser son salaire en échange de plus de temps pour sa vie personnelle. L’idée séduirait davantage les salariés qui sont parents (69 %), mais aussi les femmes (66 %) – peut-être en raison de leur implication statistiquement plus prononcée dans la gestion des taches relatives au foyer ? – et les 25-44 ans (67 %).

ConsoGlobe souhaite connaître l’avis de ses lecteurs en la matière : êtes-vous pour ou contre la semaine de 4 jours de travail ?

Aimeriez-vous travailler 4 jours au lieu de 5, sans perte de salaire ?

Illustrations : ©Shutterstock.
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Faux! Il y a 95 ans, Henry Ford (fondateur de la Ford Motor Company) a r volutionn le monde du travail en introduisant la semaine de 40 heures sur cinq jours. Elle est venue remplacer la semaine de six jours et ses quarts de huit heures ou plus, autrefois la norme.

Moi aussi je donne mon avis