Détatouage : comment enlever un tatouage permanent ?

Porteur d’un message, d’un symbole ou tout simplement, oeuvre d’art visant à embellir une partie de son corps, un tatouage permanent est réalisé par injection d’encre dans la peau et est donc indélébile. Mais, comment faire si pour une raison particulière, l’on décide de l’enlever ?

Rédigé par Cornélia, le 30 Jul 2017, à 17 h 00 min

La décision de se faire tatouer doit être mûrie, surtout lorsqu’il s’agit d’un tatouage permanent.
Si cette oeuvre d’art – exposée au regard – est un accessoire de mode pour séduire ou s’affirmer, son caractère permanent fait l’objet de complications au moment où, on décide de l’effacer. Quelles sont les technologies adaptées pour enlever un tatouage permanent ? Quels problèmes et dangers peuvent en découler ? Quant aux alternatives, sont-elles vraiment efficaces ?

Les techniques de détatouage pour retirer un tatouage permanent

Autant le tatouage permanent attire de plus en plus d’adeptes, autant le nombre de personnes tatouées et qui le regrettent, augmente. Pas facile donc de voir au quotidien un tatouage que vous ne supportez plus ! Pour répondre aux demandes de détatouage, diverses technologies sont proposées et assurées par des docteurs ou esthéticiens. Quelles sont-elles ? Comment se pratiquent-elles ?

Les différentes technologies de détatouage

Technologie à laquelle on a très souvent recours, le détatouage au laser serait la plus efficace et la plus sûre, bien que les praticiens ne puissent pas garantir “de retrouver sa peau à l’identique“, prévient le dermatologue Nicolas Kluger.

tatouage enlever

Une femme tatouée déçue ©Ollyy

En effet, grâce à l’appareil Q-Switched, des mouvements alternatifs hautement chauffés et concentrés de lumière sont propulsés sur la peau afin de faire exploser les pigments de tatouage. Le tatouage s’étant éclairci, devient moins visible et l’encre injectée sous la peau, est transformée en fines particules expulsées par l’organisme grâce à la circulation sanguine.

Pour enlever un tatouage, il existe également :

  • la technique de dermabrasion. Cette technologie plus douloureuse et essentiellement pratiquée par un esthéticien, permet de “retirer des couches de peau pour arriver jusqu’à l’encre“. Par contre, l’encre reste tout de même un peu visible sur la peau.
  • L’intervention chirurgicale. Réalisée à l’aide d’un scalpel par un esthéticien ou un docteur, cette opération douloureuse – même si réalisée sous anesthésie locale – permet de retirer la peau contenant le tatouage. La plaie est ensuite refermée avec la peau se trouvant autour. Mais, elle laisse une cicatrice.

Problèmes et dangers du détatouage

Plus un tatouage est ancien, plus il est difficile d’effacer tous les pigments injectés sous la peau. Comme le souligne Isabelle Catoni (dermatologue), même au laser, les couleurs classiques (rouge, marron, noir, bleu foncé) et les ombrages s’effacent plus facilement, contrairement au jaune, turquoise, rose, vert ou bleu.
Quant aux tatouages à l’encre phosphorescente ou blanche, il est quasi impossible de les enlever.

Qu’ils soient petits ou non, les pigments du tatouage peuvent être profondément incrustés sous la peau, rendant ainsi le (ou les) séances de détatouage très douloureuse(s).

Par conséquent, les médecins et esthéticiens sont formels : ” le nombre de séances de détatouage est totalement imprévisible“, et à Nicolas Kluger de souligner qu’ “un tatouage amateur peut partir au bout de 3 à 6 séances, alors qu’un bras entier demandera jusqu’à 30 ou 40 séances”, sachant que le temps minimal entre deux séances doit être de 60 jours.

Interrogés à ce sujet, les patients tatoués comparent cette opération à ” une sensation de brûlure très concentrée “.

À ces contraintes, s’ajoute aussi le coût financier non négligeable de ces séances.

Les pigments industriels n’étant pas conçus pour un usage humain, les colorants utilisés lors d’un tatouage ne sont pas sans dangers. Quant au recours au laser pour les enlever, on retiendra comme effets secondaires classiques, la chéloïde, l’hyperpigmentation, l’achromie, la cicatrice hypertrophique et même le changement de texture. En ce qui concerne le risque d’oxydo-réduction ou réaction chimique observée entre le titane et le fer, elle provoque une coloration foncée du dessin décoratif réalisé sur la peau.

A noter également que le recours à une technologie pour enlever un tatouage libère dans l’organisme des molécules de sous-produits organiques ou métaux mutagènes, cancérigènes et/ou toxiques. Une fois dans le sang, entraînés vers le réseau lymphatique et les ganglions, ces petits fragments de pigments peuvent être chimiquement modifiés, fragmentés mais pas détruits.

Quant au maquillage permanent sur le sourcil, les yeux ou la bouche par exemple, il est fortement déconseillé que ce tatouage esthétique dit “indélébile” soit réalisé avec ces colorants.
En effet, au fil du temps, en raison du vieillissement de la peau, les zones tatouées glissent vers le bas et deviennent inesthétiques.
En cas de détatouage au laser, il est difficile d’accéder aux contours (surtout près de l’oeil).

Quelles alternatives pour enlever un tatouage permanent ?

S’il pour l’heure, seule la crème inventée en 2016 par Alec Falkenham (un étudiant canadien de 27 ans) pour effacer les tatouages permanents est en phase expérimentale sur des cochons au Canada, aucune crème miracle, méthodes moins coûteuses ni douloureuses n’ont été reconnues à cet effet.

Toutefois, il est possible de fabriquer son peeling maison à base de gel d’aloe vera, d’huile à la vitamine E et soin exfoliant aux noyaux d’abricot pour enlever son tatouage. Après avoir mélangé à doses égales ces trois composants, appliquez la crème ainsi obtenue sur la zone tatouée. Pour bien la faire pénétrer dans la peau, effectuez délicatement de petits mouvements circulaires à l’endroit ciblé. Patientez environ 10 minutes puis, lavez la zone tatouée à l’eau froide. Ce soin peut être répété 4 fois par jour pendant 30 jours : tout dépend de la taille, de l’âge et de l’intensité des colorants du tatouage.
Cette opération peut donc durer plus ou moins longtemps.

Illustration bannière : tatouage ©nito
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Diplômée en Sciences Politiques, créatrice de mon entreprise et passionnée par les médias digitaux, je suis aujourd’hui mue par une motivation sans...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis