La carte des vins perturbée par le climat

Rédigé par Elwina, le 1 Oct 2008, à 10 h 42 min

La vigne est un bon indicateur pour étudier le réchauffement climatique et ses répercussions. En étudiant la vigne et le vin, on peut constater qu’il y a bien une hausse des températures globale. En effet, “à l’inverse d’autres cultures, la viticulture est obligée de laisser le climat faire son oeuvre“, explique Jean-Pierre Chabin, géographe à l’Université de Bourgogne.

Changement climatique et viticulture

Vendanges précoces, rendements plus élevés, typicité modifiée… Le réchauffement climatique influence bel et bien la viticulture. Si à court terme, la hausse des températures bonifie le vin, à long terme c’est tout un secteur qui risque d’être bouleversé.

Depuis près de vingt ans, les professionnels de la vigne remarquent l’impact de la hausse des températures sur la culture de la vigne et sur la qualité du vin.

grappe de raisin
Si nous raisonnons à l’échelle immédiate, le réchauffement climatique est positif pour la viticulture. Il y a plus de sucres dans le vin, donc plus d’alcool, le degré d’acidité baisse… Globalement la qualité du produit augmente.

Le constat est flagrant dans les régions où le climat n’est pas idéal pour la viticulture. Là où les vignes n’arrivaient pas à maturité, depuis près de vingt ans, on obtient de bons millésimes.”

La hausse de températures entraîne également une réduction des maladies traditionnelles de la vigne, sauf en 2008, année exceptionnelle, froide et tardive.

Toutefois, certains éléments commencent à être négatifs notamment dans les régions chaudes et sèches. Les rendements sont plus faibles, les plants souffrent de stress hydrique (manque d’eau). Par ailleurs, les experts estiment que l’année 2003 pourrait préfigurer de ce qui nous attend à l’avenir. Cette année-là, “nous avons basculé de l’autre côté d’une ligne de crête qui est celle de la qualité maximale…

Climat : les vignobles français menacés dès 2050

Du fait du réchauffement, on prévoit une réduction de 68 % des surfaces propices à la viticulture en Europe d’ici 2050.

Le réchauffement réforme la carte des vins…

D’après une analyse de Joël Rochard, de l’Institut Français de la Vigne et du Vin, une hausse de 1 degré des températures correspond à un déplacement de près de 160 km vers le Nord. le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a envisagé plusieurs scénarios et selon ces derniers, les conséquences seront différentes. “Une hausse de 1 degré nécessiterait des adaptations culturales qui devraient permettre de maintenir l’intégrité des terroirs et des cépages.”

  • Les régions septentrionales et d’altitudes devraient développer de nouvelles cultures, au détriment des régions sèches et chaudes.

Selon Jean-Pierre Chabin, une disparition des vignobles est probable dans le Sud. En revanche, les pays d’Europe tels que l’Angleterre, la Belgique, les Pays-Bas ou encore la Pologne sont susceptibles de devenir d’importants producteurs de vin. Il en est de même pour le Canada qui est en passe de devenir un grand pays viticole.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Elle est une des rédactrices historiques de consoGlobe et en connait un vaste rayon sur le développement durable

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis