Dans la famille biodiversité ordinaire, protégeons le bouquetin

Bouquetin est un terme qui fait en réalité référence à plusieurs espèces différentes que l’on peut retrouver à plusieurs endroits du globe. Capra ibex, le bouquetin des Alpes est cependant le plus représenté en France et même s’il est encore trop méconnu du grand public, faisons un affût ensemble pour mieux le découvrir.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 6 Nov 2020, à 18 h 10 min

Le bouquetin des Alpes est un animal qui est totalement inféodé à la montagne, pour preuve son nom d’ailleurs. Capable de se déplacer là où nous ferions de l’escalade, le bouquetin a trouvé une place bien à lui sur les hauteurs. Sans pour autant s’arnacher, munissez-vous de patience et d’une bonne paire de jumelles pour venir découvrir cette « chèvre sauvage ».

Généralités sur le bouquetin des Alpes

Attention, bouquetin – chamois, ce n’est pas le même combat même si le chamois mérite aussi notre attention dans la catégorie des animaux de notre biodiversité ordinaire qui évoluent dans des milieux difficiles d’accès.

Le bouquetin peut mesurer de 1,3 m pour les femelles à 1,6 m pour les mâles, et peser de 50 à 100 kg. Concernant leurs cornes, c’est le mâle qui a la palme avec des cornes pouvant atteindre 1 m de long et peser 5 kg, alors que celles d’une bouquetin femelle ne dépassent pas les 30 cm pour 300 g.

La femelle du bouquetin n’a rien à envier au mâle en agilité, surtout pour trouver des minéraux © Alessandro Oggioni

Se nourrissant tout au long de la journée sur les parois abruptes des montagnes et autres falaises, les bouquetins descendent au crépuscule vers les prairies pour faire le plein d’herbes grasses. Arrivés à l’hiver, les bouquetins peuvent inverser ce rythme pour mieux survivre à la période difficile.

La période hivernale est en effet cruciale pour l’espèce et joue le rôle de régulateur par la mortalité. Cette mortalité est relativement haute chez les jeunes de moins de un an et chez les adultes de plus de 10 ans qui, prudents jusqu’à cet âge, commencent à dépenser bien plus d’énergie pour se reproduire et arrivent affaiblis à l’hiver. Dans un cas comme dans l’autre, la mortalité va dépendre de l’intensité de l’hiver.

Particularités du bouquetin

Le bouquetin des Alpes a toute une histoire et a été à l’origine du premier parc national français, en 1963, le parc de la Vanoise dont la mission était à l’origine de protéger les derniers spécimens vivants.

Il ne restait alors qu’une soixantaine de spécimens à l’état sauvage avec un objectif de réintroduction de l’espèce afin d’essayer de renforcer les populations existantes.
Pari gagné puisque ce sont désormais, de la France à la Slovénie, plus de 30.000 bouquetins qui y évoluent de nos jours contre 200 bouquetins des Pyrénées (Capra pyrenaica pyrenaica) dans le massif du même nom !

Statut actuel de l’espèce

Capra ibex, notre bouquetin des Alpes donc, est considéré comme « préoccupation mineure » à l’échelle européenne et mondiale par l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN).
Il est cependant classé comme « quasi menacé » sur la liste rouge des mammifères continentaux de France métropolitaine.

Les combats de mâles lors du rut sont impressionnants © Martin Pelanek

Les menaces qui planent sur le bouquetin

Si la prédation est rare pour ses animaux que seul l’aigle royal, le lynx ou le loup peuvent attaquer et encore de manière très sporadique, il existe d’autres menaces.

Les maladies

Les bouquetins sont soumis à de nombreuses maladies telles que la paratuberculose, les pleuropneumonies, la tristement connue brucellose qui a fait bien des victimes dans la population de bouquetins du Bargy et tous les endoparasites comme le ténia, la sarcosporidies, la douve et d’autres.

Quid du réchauffement climatique

Il n’est pas particulièrement douteux de se demander quelles vont être les conséquences du réchauffement climatique sur cette espèce dont la dynamique de population est directement liée aux conditions climatiques.

Que ce soit avec des hivers rudes qui voient les individus les plus faibles mourir ou avec des printemps trop chauds qui voient les plantes les plus nutritives vites concurrencées par celles à forte croissance qui le sont moins, le réchauffement climatique et ses phénomènes extrêmes peuvent avoir une forte influence sur l’avenir des bouquetins.

Les infrastructures touristiques

Certaines infrastructures peuvent de facto fractionner les habitats des bouquetins et avoir une incidence catastrophique sur les populations et notamment à travers des problèmes de dérives génétiques.

L’exploitation pastorale

Le pastoralisme, souvent présenté comme une pratique essentielle à la montagne, n’est pas toujours bon pour elle, la chose est aussi vraie en ce qui concerne les bouquetins qui peuvent être grandement dérangés par les troupeaux en conduite libre, et qui peuvent aussi attraper des parasites portés par les animaux domestiques ou encore carrément s’hybrider avec eux.

Comment aider les bouquetins des Alpes

Les bouquetins qu’ils soient des Alpes ou des Pyrénées sont des animaux que l’on se doit encore d’étudier pour mieux comprendre à la fois l’espèce en tant que tel mais aussi sa dynamique (occupation de l’espace, dispersion, comportement des jeunes, etc.).

Les jeunes bouquetins sont déjà très agiles © Ursula Perreten

Si vous devez apercevoir des bouquetins dans la nature, il est peut-être de bon ton d’en faire remonter l’information surtout si vous êtes du coin et que vous les voyez régulièrement. Rapprochez-vous de structures d’études très efficaces telles que la Société Française d’Étude et de Protection des Mammifères.

Et surtout n’oubliez pas de les laisser tranquilles si jamais vous devez en croiser lors d’une randonnée !

Illustration bannière : Bouquetin des Alpes (Capra ibex) en train de se reposer © Ondrej Prosicky
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis