Le bonheur, comment ça marche ?

Aujourd’hui c’est la fête du bonheur ! Mais au fait, c’est quoi le bonheur ? Comment ça marche dans notre tête ? Décryptage

Rédigé par Philippe C, le 20 Mar 2018, à 14 h 20 min

L’arrivée des nuages et du mauvais temps

Dès que, et si, le néocortical ne prend pas le relais, l’état d’urgence permanent s’installe : « c’est le malheur« . Les substances chimiques mentionnées deviennent des poisons. La peur (fuite) devient de l’anxiété, la colère (lutte) devient de l’agressivité, l’abattement (inhibition) devient de la tristesse ou de la dépression.

Exemple d’un micro événement de la vie quotidienne

  1. Éléonore voit une pub pour un produit amaigrissant.
  2. Son cerveau limbique, très binaire, lui envoie des pensées automatiques qui entrainent un trouble émotionnel conscient ou inconscient : « je suis grosse, je n’ai pas de volonté, ça ne marchera pas, je ne suis qu’une grosse nulle… »
  3. Son cerveau néocortical, plus subtil, lui n’est pas d’accord : « plein de personnes fortes sont heureuses » ou « ces kilos ne sont que passagers« , etc. Bref, il dédramatise et nuance l’embonpoint d’Éléonore.

Ce désaccord  (sorte de mini « état d’urgence ») se traduit par un air renfrogné et, s’il l’emporte, verra donc la victoire du néocortex. La gestion de la crise ne sera même pas intervenue au niveau de la conscience d’Éléonore ! Le « bonheur » continue.

bonheur

En revanche, si les pensées automatiques ne sont pas relayées par l’intelligence (donc, le néocortex), le reptilien continue à sonner le signal d’alarme pour avertir que limbique et néocortex ne sont pas d’accord : « Messieurs, choisissez : fuite, lutte ou inhibition ? Débrouillez-vous ! Mettez-vous d’accord ! » Éléonore restera alors en permanence, et sans raison objective, en état d’urgence, c’est-à-dire, sous l’emprise :

  • soit de la peur (qui va alors se transformer en anxiété) ;
  • soit de la lutte, de la colère (qui va alors se transformer en agressivité, en esprit de compétition exacerbé…) ;
  • soit de l’abattement (qui va alors se transformer en tristesse ou dépression).

Le malheur s’installe…

Avec une possible arrivée (logique) d’éventuelles complications physiques. En effet, les substances (adrénaline, cortisol, etc.) libérées par l’organisme pour parer au danger censé être de courte durée se transforment en poisons, puisque diffusées en permanence, alors qu’il n’y a pas de danger objectif pour Éléonore.

Donc, « ce ne sont pas tant les faits (son surpoids, en l’occurrence) qui la font souffrir que l’idée qu’elle s’en fait ».

Le bonheur en résumé

« Le bonheur, c’est le fonctionnement harmonieux des trois cerveaux, chacun fait son travail. En cas de danger décelé par le cerveau limbique (réflexe inné ou acquis), le cerveau reptilien déclenche une émotion destinée à provoquer une réaction adaptée. Cette émotion de stress (fuite, lutte ou inhibition) a vocation à être de courte durée et à s’éteindre avec la fin de l’alerte. Chez l’Homme, ce mécanisme s’est complexifié avec le développement de l’intelligence corticale. Donc, quand l’intelligence est en désaccord avec une pensée automatique, le cerveau reptilien déclenche un état d’urgence de l’instinct qui provoque des émotions  : de l’anxiété ou de l’agressivité ou de la tristesse. Des comportements pathologiques sont alors générés : alcool, drogues, médicaments…« 

La maladie arrive… « Je vais mal, tout va mal ! »

bonheur

© Dragana Gordic

On voit ainsi qu’il faut se méfier des émotions que notre société a tendance à valoriser et à glorifier à outrance. Certes importantes pour agir, vivre et donner du sel à la vie, elles sont à double-tranchant. Donc, « à consommer avec modération » et en connaissance de cause.

Pour conserver un état de bonheur, il faudrait donc -seul ou accompagné- réviser ou modifier ses programmes automatiques de pensée et d’action au lieu d’aller chercher à l’extérieur de soi la cause et la solution à ses problèmes. Souvent, à cause de ces pensées automatiques, on est en état d’urgence chronique : le bonheur est occulté.

Dès lors, pour faire croire à la conscience que tout va bien, que fait-on ? On compense en cherchant le plaisir et de nouvelles sensations qui vont en appeler d’autres, etc. On tourne en rond, on se trompe de chemin : le plaisir sans le bonheur, c’est le miroir aux alouettes !

Lire page suivante : quelles conclusions en tirons-nous ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



« Réflexologue diplômé et praticien depuis 10 ans, praticien Reiki (Niveau III) depuis 8 ans, j’ai la « santé préventive » dans la peau depuis tout...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. je suis convaincu de cette réflexion! merci!!. Mais, est-ce-que le bonheur aussi provient du cœur? on peut construire notre bonheur?

  2. Bonjour,

    Le bonheur ne vient pas que du cerveau, il est un état de conscience véhiculé par le cerveau, c’est une façon de voir, et ça n’a rien à voir avec le plaisir, et le simple plaisir causé par une montée d’adrénaline ne tient pas la route, et nous retombons dans l’état d’avant le plaisir.

    Le bonheur est un état harmonieux du corps et de l’esprit, il est un état de conscience rendu harmonieux par l’expérience et la compréhension de ce que nous sommes. La plus part des gens sont en dualité avec eux-mêmes, ils doivent apprendre unifier leurs énergies négative et positive.

    Les gens ne se connaissent pas, ils sont séparés d’eux-mêmes, ils ne sont pas leur propre ami, et ils croient à tort que tout ce qui leur arrive de négatif est la faute de l’autre.

    Il faut être connecté avec tout ce qui nous entoure, il faut prendre conscience du moi intérieur, tout part de l’intérieur vers l’extérieur. Jésus disait, demander et vous recevrez…les gens ne demandent que des plaisirs et non le bonheur, ils sont superficiels dans leurs demandes.

    Méditer est une bonne façon d’aller loin en soi et de découvrir le vrai moi qui y vit en soi et qui attend que cet extérieur émigre vers ce moi intérieur qui l’attend depuis toujours.

  3. Juste un remerciement piur cette reflexion partagée sui me rappelle mes cours de biologie ou plutôt de sciences natuelle/ système nerveux.

    Je suis d accord sur le concept de complémentarité des « 3 cerveaux » pour un équilibre et un vrai bonheur. On tout cas c’est nouveau pour moi et j ai appris.

  4. Excuser moi, je n’avais pas compris que le but de cet article est de faire la différence entre le bonheur et le plaisir. Maintenant j’ai compris. Merci.

  5. Ce que dit Philippe est très convainquant, mais le plaisir n’est t’ il pas synonyme de bonheur?

  6. je ne comprends pas très bien.

    Mon cerveau limbique me dit que je suis moche (par exemple ^^). Si mon neocortex est d’accord, donc il désamorce la situation d’alrte, alors j’ai conscience que je suis moche et la vie est belle ? lol

    En toute logique, mon néocortex ne doit pas être d’accord et « convaincre » mon limbique que je ne le suis pas et là, la situation d’alerte passe.

    pouvez vous préciser ce point ?

  7. Philippe C

    Merci Anne-Marie !
    C’est corrigé !
    Très cordialement.
    Philippe.

  8. Très intéressant mais une erreur ne serait-elle pas glissée page 2, points 2 et 3 : 2/ »Son cerveau limbique, très binaire, lui envoie des pensées automatiques… » et 3/ »Son cerveau limbique, plus subtil, lui n’est pas d’accord … ».
    Cordialement

Moi aussi je donne mon avis