La bave d’escargot a de multiples vertus pour la cosmétique !

Rédigé par Eva Souto, le 22 Aug 2014, à 17 h 39 min

La bave d’escargot : un produit 100 % naturel

Escargot cosmétiqueDe par sa provenance, la bave de nos petits compagnons à coquille est 100 % naturelle.

Elle constitue un concentré régénérant qui sert à l’escargot pour régénérer sa coquille.

C’est donc un cocktail exclusif de différents actifs, dont les effets cosmétiques ont été prouvés indépendamment les uns des autres depuis un certain temps.

Si son utilisation date notamment au Chili et au Pérou, en France, elle est encore récente. Mais elle prend de plus en plus d’essor.

Bave d’escargot : son extraction est parfois problématique

Bave d'escargot extractionPour extraire le fameux sésame, plusieurs méthodes sont employées.

Certaines à base de chlorure de sodium, d’autre à base de sérum physiologique ou encore de boue thermale.

Mais il y a également des procédés qui utilisent des décharges électriques ou la centrifugation.

 la bave d'escargot a de multiples vertus pour la cosmétique !Ces méthodes dites de « dégorgement », plus barbares les unes que les autres, ne respectent pas l’animal. Cependant, une autre méthode existe : celle portée par Christophe Roui, éleveur d’escargots certifié bio.

Les « Jardins de Christophe » : de la bave d’escargot bio pour vos cosmétiques !

bave d'escargotL’exploitation agricole les « Jardins de Christophe » est installée au coeur du Parc Régional des Pyrénées Catalanes.

Fondée en 2001, elle est spécialisée dans l’extraction de la bave d’escargot biologique.

Elle est la seule détentrice des labels de certifications Ecocert Greenlife et Cosmos Standard dans leur domaine.

Les « Jardins de Christophe » : le respect de l’animal au coeur des préoccupations

Les jardins de ChristopheL’escargot le petit gris (Helix aspersa muller) est élevé dans le respect de son mode de vie et en accord avec le Traité de Rome (respect de l’animal). Ce dernier trouve une variété de plantes et de végétation sur les terres des « Jardins de Christophe », ce qui lui permet d’avoir une alimentation de qualité.

La méthode d’extraction de la bave est unique et respecte l’animal (elle possède ainsi la certification biologique AB par l’organisme certificateur ECOCERT pour la bave brute).

la bave d'escargot a de multiples vertus pour la cosmétique !Une bave certifiée à 100 % biologique par Ecocert Greenlife. A noter qu’après récolte, la bave est purifiée et lyophilisée sans aucun conservateur.

Ainsi, les « Jardins de Christophe » fournissent les laboratoires cosmétiques, pharmaceutiques et également les facultés de médecine pour la recherche sur de nouvelles applications médicamenteuses.

Alors, que vous inspire la bave d’escargot ? Auriez-vous envie, une fois passée le côté peu ragoûtant de la chose, de la tester ?

De la bave au flacon, la marque Jeanne M propose des produits 100 % origine Charente-Maritime à base de bave de petits gris. Les escargots qui donnent généreusement leur bave sont élevés dans le sud du département et les crèmes et pommades sont conçues dans un laboratoire de Fouras, Cosmalia. Pour en savoir plus : http://www.jeanne-m.com/fr/

*

la bave d'escargot a de multiples vertus pour la cosmétique !

Si les apports des animaux à la science vous intéressent :
Découvrez tous les cas de biomimétisme 

A lire sur la même thématique :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. Moi j’ai trouvé le produit à bave d’escargot qui convient à ma peau très sèche sur internet (www.naturlmen.com), je regrette de ne pas avoir trouvé plus tôt tellement c’est bien.

  2. Super j’ai essayé et franchement la crème à bavé d’escargot à fait de miracle sur mes rougeur !

  3. Bonjour,

    Vous pourrez aussi trouver toute une gamme de cosmétiques à la bave d’escargot bio sur notre site (http://www.mlle-agathe.fr).

  4. Comment faire pour recevoir ce poduit

  5. Tant qu’ils ne mangent plus mes salades je veux bien tout ce qu’on veut

    • S’ils mangent vos salades, c’est parce qu’il n’y a rien autour. Entendre : vous avez trop bien nettoyé votre jardin et ils se rabattent sur la salade. Il n’est pas mauvais de laisser des mauvaises herbes, des orties (qu’ils adorent). Un bon jardin, équilibré, est en partie sauvage.
      Il y a un bon article qui aborde cette question sur ce blog par exemple : permaforet.blogspot.com/2014/07/cultiver-avec-les-limaces-et-les.html
      Je n’ai pas de lien avec, juste cherché des infos sur cet animal récemment.

  6. @Annie Heu !! Heureusement qu’il n’y avait pas 15 pages d’explications. Merci pour ce merveilleux texte, très explicite d’une portée hautement scientifique, mais très bien détaillé et passionnant pour chacune des lecteurs de ce formidable site. Je vous recommande, si je peux me permettre de partager le plus amplement possible ce texte, qui je suis sur va passionner des millions, oui !!! des millions, peut être même des milliards de lecteurs de par le monde. A ce propos, je vous propose de demander ici même sur ce formidable site, si des volontaires pourraient se présenter afin de traduire le plus exhaustivement possible ce merveilleux texte et surtout de le partager sur tous les réseaux sociaux existant et même à ceux qui n’existe pas encore, texte pas du tout prise de tête et pas du tout soporifique. A vos souhaits. Chère Annie, si par le plus grand hasard vous avez d’autres informations de première ordre, identique à celle-là, je vous serez gré de bien vouloir les garder !!!!!! Lol et re lol !!!! Comme disent nos chères têtes blondes et brunes et rousses et crépus et chauves et, et je ne sais plus, si j’en ai oublié veuillez me pardonner ET TOUT MON TEXTE N’EST AUCUNEMENT DU COPIER COLLER TRADITIONNEL. Salutations chers lecteurs et merci à la superbe Eva Souto, d’avoir ainsi inspiré notre non moins chère @Annie. Ah !!! Juste un dernier point, en ce moment de grande détresse gouvernementale (vous constaterez que je n’écris pas Gouvernement, mais gouvernement) il ne le mérite pas. Bref, qu’en ce moment de grand marasme, nous n’avons pas tous les jours l’occasion de nous instruire, grâce à @Annie et j’espère de rigoler grâce à moi, votre humble serviteur.

    • Je pense qu’Annie s’est simplement trompée de destination . Son intervention concernait un autre article de consoglobe. Voilà tout. Pas de quoi bavasser.

    • Je pense qu’Annie s’est simplement trompée de destination . Son intervention concernait un autre article de consoglobe. Voilà tout. Pas de quoi baver sur son compte non plus.

    • @moirie n’a pas compris que je plaisantais, « pas de quoi bavasser » c’est de trop, @ moirie manque visiblement d’humour, n’est ce pas !!! JE DISAIS CELA POUR PLAISANTER OK !!!!!! POUR PLAISANTER.

    • @moirie Une chose est sûre « moirie ne rie pas » RAB !!!

  7. Tout ça ne nous dit pas comment on collecte la bave d’escargot, aux « Jardins de Christophe »!

    • Je suis d’accord ! Qu’implique une méthode d’extraction de la bave qui respecte l’animal ??? Réponse attendue MERCI

  8. Toutes ces inventions « miraculeuses » qui finalement se révèlent toxique, comme le téflon et tant d ‘autres.
    Je me demande quand on va nous dire que ce merveilleux silicone si pratique, en moules à gâteaux et tant d’autres utilisation, est toxique aussi ?

    >Pour ce qui est du dioxyde de titane, ce n’est pas moi qui le dis, mais cet article sur wikipedia

    Toxicité et écotoxicité[modifier | modifier le code]

    Faisceaux de Nanotubes de dioxyde de titane (TiO2). Aux échelles nanométriques, la toxicité et écotoxicité des matériaux diffère fortement de ce qu’elle est aux échelles micrométriques ou macroscopiques.
    Sous forme micrométrique, les poussières de dioxyde de titane sont source d’irritation oculaire et des voies respiratoires (irritation mécanique).
    Sous forme nanométrique, des effets inflammatoires semblent possibles18. Le TiO2 ne semble pas allergène sur la couche supérieure de la peau, mais il peut potentialiser un autre allergène (chez la souris, « indépendamment de la taille des particules »19), et des discussions existent quant à leur degré de toxicité, cancérogénicité et génotoxicité des nanoparticules, selon qu’elles soient enrobées ou non. L’écotoxicité des formes nanométriques est à ce jour mal connue20, et n’a été étudiée qu’en laboratoire sur des animaux et quelques plantes (microalgues ; Pseudokirchneriella subcapitata21), car ces produits ne sont diffusés dans l’environnement que depuis peu de temps.

    Cancérogénicité[modifier | modifier le code]
    Le 10 mars 2006, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane cancérogène possible pour l’homme (catégorie 2 B)22,23,24,25. Chez le rat exposé au TiO2 nanoparticulaire par instillation intra-trachéale, intra-nasale ou plus par inhalation, un impact toxicologique pulmonaire à long terme a été observé, avec « saturation de la clairance pulmonaire accompagnée d’une inflammation pulmonaire chronique, de la production d’espèces réactives de l’oxygène, d’une diminution des mécanismes de défense (antioxydants), d’une altération des cellules, d’une prolifération cellulaire et d’une fibrose »26.

    Génotoxicité[modifier | modifier le code]
    Sous cette forme, les tests in vitro montrent une toxicité cellulaire de type inflammatoire (stress oxydant) due – comme cela semble être toujours le cas chez les nanoparticules intéressantes comme catalyseur – à une réactivité de surface augmentée. Une génotoxicité a aussi été observée par de « nombreuses études »26. On suppose que cet effet provient de « la génération d’espèces réactives de l’oxygène (ERO) capables d’endommager l’ADN par exemple chez la souris27 (en présence et en l’absence de lumière UV) »26. Cet effet a été observé pour plusieurs molécules nanoparticulaires différentes26. Pour le TiO2, s’ajoutent des « propriétés photocatalytiques (propriétés susceptibles de générer des ERO après exposition aux rayonnements UV) qui seraient aussi impliquées dans la génotoxicité des NPs »26. Pour limiter ce risque, certains fabricants de crèmes solaires utilisent des NPs de TiO2 enrobées dans des substances organiques (alcoxy titanates, silanes, méthyl polysiloxanes) et inorganiques (alumine, silice et zircon)26.. Celles-ci peuvent en outre être dopées pour atténuer les effets des ERO et des « systèmes antioxydants » (e: alpha-tocophérol (vitamine E) ou acide ascorbique ou beta-carotène28) sont parfois inclus dans la formulation26.
    La forme cristalline anatase du TiO2 est photo-instable et donc peu utilisée dans les cosmétiques, au profit d’une forme rutile ou un mélange anatase/rutile plus stable à la lumière26. Cependant, une étude a conclu que ce mélange est plus réactif que les formes cristallines anatase et rutile seules 29.
    Selon Landsiedel et al. (2010) les NPs « enrobées », maintenant les plus utilisées dans les cosmétiques solaires ne se montrent pas génotoxiques dans les tests26

    • les escargots qu’on laisse ramper sur la peau font un excellent gommage 😀

Moi aussi je donne mon avis