EDITO – #balancetonporc : le sens de la civilisation

Alors que le mouvement de catharsis collective se déploie sur les réseaux sociaux pour dénoncer le harcèlement sexuel dont sont victimes tant de femmes autour du ‘hashtag’ #moiaussi, certains s’interrogent sur la violence de l’autre cri de ralliement, #balancetonporc. Tant la dénonciation que la force négative de ce dernier sont pourtant la marque d’une civilisation en marche.

Rédigé par Stephen Boucher, le 23 Oct 2017, à 14 h 50 min

Nous vivons un moment de catharsis salvatrice. La catharsis, chez les classiques, c’est l’expulsion libératrice par le corps ou l’esprit d’une humeur négative.  Wikipedia rappelle que chez les anciens : cette purgation est vue « comme un mal nécessaire à la guérison : le mal par le mal« .

Cette purgation, nous la vivons actuellement pour les crimes de moindre ou grande ampleur que vivent tant de femmes. Et la force de son expression est bon signe : c’est que nous devenons plus civilisés.

Dans La civilisation des moeursl’un des pères de la sociologie moderne, Norbert Elias, trace l’historique de la maîtrise des pulsions et de la civilité qui font les moeurs d’aujourd’hui. Au cours des siècles, l’expression de la violence, la maîtrise de son corps, de la sexualité progressent.

Nous sommes aujourd’hui le produit de centaines d’années d’intégration d’acquis sociaux, qui font que nous ne mouchons plus dans nos manches, ne collons plus une tarte à celui qui nous fait offense, n’acceptons plus la fessée comme principe éducatif, ni ne pissons derrière les rideaux ou pratiquons des activités sexuelles au regard des autres (du moins hors recherche explicite).

#balancetonporc : vive le politiquement correct

Ce qui paraissait tolérable passe progressivement du côté de l’intolérable, comme aujourd’hui, espérons-le, les rapports de domination physique des femmes par les hommes. Oui, le droit de cuissage est archaïque. Oui, pincer les seins de ses collaboratrices « pour rigoler« , et pire, est totalement inacceptable.

Nous offusquer de la violence du mot d’ordre #balancetonporc, c’est en cela manifester notre rejet de la violence. C’est appliquer le principe éthique « ce que tu ne veux pas qu’on te fasse, ne le fais pas à autrui« . Il est intéressant d’observer qu’à d’autres époques, nous n’aurions probablement pas été choqués par la virulence de l’expression. Nous ne tolérons plus celle-ci ni celle qu’elle dénonce et l’exprimons avec force. Et c’est tant mieux.

Comme Christine Boutin qui dénonçait la semaine passée le « dégueulis » selon elle que sont les révélations douloureuses des femmes sur les réseaux sociaux, il y en aura bien sûr toujours qui dénigreront cette avancée vers la civilisation comme une hypocrisie.

balance ton porc Christine Boutin

Christine Boutin cc Stan Jourdan Flickr

Pire, comme Madame Boutin parlant de cette « grivoiserie qui fait partie de l’identité française« , ils parviennent trop souvent à dévaloriser ces efforts comme l’honni ‘politiquement correct’, formule semblant rassembler tout ce qui empêcherait la prétendue franche rigolade entre copains, la joie de vivre simple et les moeurs libérées. Quoi de plus sympa en effet qu’une amicale main aux fesses à la machine à café du bureau, vous en conviendrez, non ? !

Soyez politiquement corrects, vous allez dans le sens de l’histoire. D’ailleurs, on s’en félicite, Christine Boutin a aussi annoncé la semaine passée qu’elle prenait sa retraite après 40 ans de carrière.

Illustration bannière – École de Fontainebleau – La Femme entre les deux âges cc Wikimedia
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Je suis d’accord avec Noël …et Pierre!
    Mais avant tout, je déplore le manque d’éducation des enfants : civique et sociétale. On ne leur apprend plus le respect de l’Autre, qu’il soit une femme, une personne âgée, un handicapé ou un étranger.
    En ce qui concerne l’avis de Pierre, je note que son exemple « demeure de standing » vise l’ostentation…Dans une société, dont beaucoup sont économiquement malmenés, le luxe tapageur attirera les délinquants. Non plus les « voleurs patentés », mais ceux qui pensent qu’il suffit de se servir. De même, les femmes qui s’habillent comme des cagoles, donnent un peu trop l’impression que « c’est à prendre »…A propos d’études « sérieuses » je me rappelle celle publiée (il y a longtemps !) dans un périodique scientifique sérieux (La Recherche)présentant la corrélation entre image et stimulation sexuelle : édifiant!
    Enfin, personnellement, je n’ai guère été « harcelée », présentant une réponse proportionnée chaque fois qu’un « porc » essayait et c’était, en cas de plainte, sa parole contre la mienne, en temps réel, pas 15 ans plus tard!

  2. Merci pour cet article et cette prise de position. Dois-je l’avouer, je l’apprécie d’autant plus qu’il est écrit par un homme. Oui, les choses avancent, et si je ne pense pas que les porcs se calment, au moins les (vrais ? ) hommes se rendent compte de l’ampleur du harcèlement et ses diverses formes. Inattendu mais bienvenu !

  3. Le sens de la civilisation, c’est aussi arrêter de rendre les femmes plus ou moins coupables des agressions dont elles sont victimes. Est-ce qu’on va dire au propriétaire d’une demeure de standing qu’il « provoque » les cambrioleurs et qu’il devrait habiter une demeure plus commune? Les femmes sont libres de s’habiller comme elles veulent (les hommes aussi mais ils n’osent pas). D’ailleurs aucune étude sérieuse n’établit de corrélation entre la tenue vestimentaire et la violence sexuelle.

    • Désole mais vous n’avez rien compris à mon post, loin de moi de culpabiliser les femmes, mais il faut bien reconnaitre que certaines femmes ont de tenues inappropriées et font dans la provocation, après elles s’étonnent d’être harcelées, je n’ai pas dit violées, quand vous dites qu’aucune étude sérieuse n’établit de corrélation entre la tenue vestimentaire et la violence sexuelle, je dirais plutôt qu’aucune étude sérieuse n’a été faite pour établir la corrélation entre la tenue vestimentaire et la violence sexuelle.

  4. Attention toutes fois de ne pas tomber dans une sorte de vengeance et salir certaines personnes par des délations fantaisistes, car il faut bien le reconnaitre c’est paroles contre paroles surtout sur des faits qui remontent à plusieurs dizaines d’années.
    De plus certaines femmes portent des tenues plus que provocantes, qui avec certains hommes un peu « dérangés de la braguette » ne se contrôlent plus et arrive ce qui arrive, loin de moi d’en faire une généralité mais cela existe et personne ne peut le nier..

Moi aussi je donne mon avis