Allergies : le printemps approche, les pollens reviennent

La floraison a commencé : les pollens se libèrent, de quoi causer des soucis aux nombreuses personnes allergiques.

Rédigé par Anton Kunin, le 14 Mar 2017, à 10 h 15 min

Les allergies respiratoires se réinvitent dans le quotidien des Français : une personne sur trois serait concernée. Pour ceux qui chercheraient à se faire désensibilier, il est déjà trop tard.

Les allergies, un fléau majeur de notre époque

En 1968, seuls 3,8 % des Français étaient sujets aux allergies respiratoires : aujourd’hui, ils sont près de 30 %. Dans les pays industrialisés, le nombre de personnes allergiques a doublé en 15 ans. Désormais, les allergies peuvent survenir à tout âge de la vie. Vous avez un nez qui coule ou vous toussez à longueur de journée ? On est tout de suite amené à croire qu’il s’agit d’un rhume léger, mais il y a des chances qu’il n’en soit pas ainsi.

Dès l’apparition de ces symptômes, il est recommandé de consulter un médecin allergologue. Il vous fera des tests pour déterminer à quels pollens ou autres allergènes vous êtes sensible et arrêtera un programme de traitement personnalisé. Dans de nombreux cas, les médecins prescrivent une thérapie médicamenteuse, mais parfois, elle ne saurait être efficace : ces patients se voient alors prescrire par exemple des séances d’acupuncture.

Les pollens resteront présents jusqu’en novembre

Tout au long de la saison de floraison, la vie des personnes allergiques aux pollens sera dure. En ce mois de mars, des pollens de bouleau, de noisetier, de chêne et de frêne sont d’ores et déjà dans l’air : une situation inhabituelle, due à une floraison précoce cette année.

En avril, s’y ajouteront le saule, le charme, le châtaignier, le cyprès, le platane, ainsi que des graminées. En mai et juin, ce sera le tour de l’olivier, et en juin et juillet, c’est le tilleul qui commencera à libérer ses pollens.

La présence de pollens se réduit dès la seconde moitié d’octobre et chute significativement en novembre. Les personnes souhaitant se faire désensibiliser ont donc tout intérêt à profiter de la période hivernale. Cependant, quelle que soit la saison, en présence de symptômes, il est conseillé de consulter un allergologue sans tarder : même si un traitement ne sera pas entrepris avant novembre, le médecin pourra prescrire des sprays ou des comprimés qui atténuent les symptômes.

Illustration bannière ©  wavebreakmedia – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Les pollens passent partout, y compris par les entrées d’air sur fenêtres nécessaires à la VMC.

    Vous pouvez les empêcher d’entrer tout en laissant l’air passer pour renouveler l’air aspiré par la VMC.

    Il suffit de suivre ce tutoriel et de faire la même chose chez vous.

  2. Peut-être une carence en iode?

Moi aussi je donne mon avis