Quels sont les aliments les plus pollués ?

Rédigé par Consoglobe, le 26 Jan 2007, à 14 h 57 min

La DGCCRF a fait une étude sur nos fruits et légumes en 2005 qui a montré à quel point nos produits frais souffrent de la pollution ambiante et notamment des pesticides.

Pesticides et aliments, un rapport effrayant

Developpement durable articleLa France est le 1er pays européen pour l’utilisation de pesticides avec 76 100 tonnes de produits phytosanitaires répandus dans les champs en 2004, loin devant l’Italie, l’Allemagne ou l’Espagne.

En Martinique ou en Guadeloupe, un insecticide, le chlordécone, qui sert à lutter contre le charançon dans les bananeraies, fait des ravages et pollue les eaux massivement : 96 % des rivières et 61 % des nappes d’eau souterraines sont contaminées*.

Or, comme le souligne l’Afsset, l’agence de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail, les pesticides qui se sont infiltrés, vont mettre jusqu’à 30 ans pour s’éliminer des sols !

*Etude 2004 de l’Institut français de l’environnement

Parmi les 169 échantillons analysés par la DGCCRF, la moitié contenait des résidus de pesticides et dans 10 % des cas dans des proportions supérieures aux normes légales. Les salades, surtout en hiver, étaient les plus touchées par les pesticides. Parmi les substances trouvées :

  • du parathion-méthyl, un insecticide pourtant interdit,
  • de l’iprodione, un fongicide cancérigène,
  • de lavinclozoline, une molécule causant des malformations génitales,
  • de l’endosulfan, un insecticide interdit par la commission européenne, …

*

La suite p.2> les nitrates dans l’alimentation

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




37 commentaires Donnez votre avis
  1. je rajoute encore, que les pllantes ne devraient pas être cultivées

    sous serre, et voir la matière où les racines puisent leurs nourritures.

    C’est sous le bon soleil, quelle doivent aussi pousser, et non être poussées dans les serres chauffées et qui coute les yeux de la tête.

    Maintenant j’en connais, beaucoup, qui sont réellement biologiques.

    Facile a reconnaitre les fruits pomme par exemple ne peuvent pas aussi belle que les chimique…il y a de engrais tel le sang, la corne sont trés cher mais BIO.

  2. Bonjour, a la lecture des poisons, il y en a partout, absolument partout.

    Les cultivateurs, dont les cultures sont fortement traitées, devraient

    deminuer les doses.

    Et comme ils gagnent très peu comme paiement pour leurs cultures, si,

    ils en mettaient moins, ou, pas du tout, cela leur seraient des dépenses de moins, dont de fortes économies au vue, du prix de ces produits.

    Condition du Bio, j’en suis en plein doute ! pourquoi ? que les terres

    cultivées avec tous les produits sanitaires, ne se retrouve pas du jour au lendemain privée de ces produits.
    Dans le temps, je cultivais mon jardin biologiquement, mais pour que la terre soit BIO, il fallait attendre 15 ans.

    Vu le grand nombre de commerces BIO, je n’y crois pas!

  3. Dés que l’on donne le pouvoir aux autres de décider a notre place;on prend un rique vital.Les industriels de l’agroalimentaire ne sont motivés que part leur benefice ;la mort programmée et soigneusement entretenue permet de lutter contre la surpopulation presente et à venir.Mourir jeune;régle en partie les deux fléaux :le chomage et les retraites.

  4. Je trouve que plus ca va ,je mange de la merde …si ta le malheur de prendre du 1er prix ,c est de la sauce de limace

  5. Dans cet inventaire, je pensais trouver les pommes en bonne place dans les produits les plus pollués, or ils n’y figurent pas ???? Bizarre…!!!!

  6. @Flogaya…

    Vous êtes payés par l’agro businessour sortir de telles énormités ou quoi ?!!!!
    Il est avéré (à ce titre, je ne peux que vous conseiller la visionnage et la lecture aussi) des conférences (du livre) de Claude et Lydia Bourguignon, lesquels affirment, preuve à l’appui que la valeur nutritive de nos fruits et légumes actuels (ceux de l’agro business donc) est moitié moins importante que celle s’il y a 60 ans (tiens donc, avant que lagrobusniness n’envahisse la planete et répande ses “bienfaits” à travers cette supercherie que fut la révolution verte. Non seulement, les produits BIO sont de meilleure qualité, ont meilleurs goûts, mais en plus, ils sont de moins en moins chers. Maintenant, libre à vous de continuer à vous empoisonner.

Moi aussi je donne mon avis