Textile. Le lin, aussi bien que le carbone !

Textile. Le lin, aussi bien que le carbone !

Avant, il n’y avait que le carbone. Rien de mieux pour fabriquer des fibres aux qualités exceptionnelles : incassables et légères. Mais, ô surprise, le lin devient un matériau compétitif pour fabriquer des fibres hautes performances. Un autre projet d’avenir écologique et économique.

Des fibres textiles innovantes

projet avenirRigidifiées avec des matrices à base de colle synthétique, les fibres carbone forment un matériau composite aux propriétés très recherchées, dans les industries automobile et aéronautique notamment.

« Ces fibres servent de raidisseur pour soutenir les grandes tôles tendues derrière les moquettes des Airbus A 320, explique Damien Soulat, professeur  et responsable du laboratoire de GEnie et Matériaux TEXtiles (GEMTEX, premier laboratoire universitaire français en textile qui axe ses thématiques autour de différentes problématiques liées à l’innovation dans le domaine textile) à Roubaix. Elles représentent 30 % des matériaux de l’avion. Dans l’hélicoptère NH90 d’Eurocoptère, elles passent à 90 % ! ». Mais ces fibres miraculeuses ont pourtant un gros défaut : avec l’augmentation du prix du pétrole, elles coûtent de plus en plus cher !

L’aéronautique et l’automobile concernées par le lin

damien soulat fibre de linCe problème concerne aussi l’industrie automobile. Le responsable de GEMTEX explique que si cette industrie n’est pas en avance par rapport à l’aéronautique en ce qui concerne l’allègement des matériaux, elle rattrape en ce moment son retard ; et va même plus loin, en s’intéressant à l’éco-conception et au recyclage des matériaux. Ce réveil soudain est lié à la norme européenne sur les rejets de CO2, qui passe à seulement 130 g en 2014. « 2014, c’est demain ! Pour l’instant, seules les petites voitures et les électriques sont dans cette nouvelle norme. Pour que le parc automobile entier y arrive, il n’y a qu’une solution : diminuer le poids des véhicules, surtout les plus gros. La recherche s’active beaucoup en ce moment », explique le scientifique.

Sur la photo, Damien Soulat présente les fibres de lin ( à G. : un échantillon de tissage très large et une planche) et celles de carbone ( à D. : un échantillon de tissage serré et une baguette incurvée).

La fibre de lin, une solution inattendue

Les travaux sur la réduction des frottements,  ou sur la propulsion n’ont rien donné de probants. Ce sont les scientifiques à qui on ne pensait pas qui ont trouvé la solution : les chercheurs du textile.  Ils ont mis au point une fibre composite dont les propriétés sont tout aussi intéressantes que celles du carbone. Avec un très gros avantage : un coût beaucoup plus bas. Et un avantage encore plus intéressant pour la planète : elle est écologique ! Donc parfaite pour l’éco-conception et recyclable.

fibre de linCe joyau s’appelle le lin. « En plus de tout cela, le lin a des propriétés mécaniques très intéressantes, dont une est fondamentale : la légèreté », continue Damien Soulat. Des arguments pour une concurrence sérieuse à la fibre de carbone. D’autant plus que  70 % de la production européenne est faite… en France. Cette proximité de production du lin, à laquelle s’ajoute une culture facile, aux dires de Damien Soulat,  met d’emblée hors-jeu d’autres fibres naturelles comme le bambou ou la fibre de coco par exemple («Trop loin, donc avec des coûts de transports élevés »).

La fibre de lin

Les caractéristiques techniques de la fibre de lin sont assez exceptionnelles. Le lin peut absorber beaucoup d’eau. C’est une fibre très résistante et très fine. Elle a l’avantage par rapport à ses concurrentes synthétiques de ne pas souffrir des ultras violets du soleil. (Le lin, un isolant naturel)

*

La suite > les qualités de la fibre de lin et le lin dans la déco