Combattre le stress et les insomnies grâce à la phytothérapie

En plus de ravager la qualité de la journée, le stress déborde parfois sur la nuit. Préoccupations de tout ordre, pensées qui tournent en rond, agitation, difficultés à s’endormir… c’est la porte ouverte aux insomnies. Comment réagir le plus naturellement possible ?

Combattre le stress et les insomnies grâce à la phytothérapie

Les troubles du sommeil peuvent avoir différentes causes, qui toutes méritent d’être recherchées puis traitées. Le stress est à lui tout seul un grand empêcheur de dormir tranquille. Si c’est lui le responsable de vos nuits blanches, comment détourner son attention et retrouver un sommeil paisible ?

Des règles simples pour de meilleures nuits

Pour mettre tous les atouts de votre côté, respectez d’abord quelques règles qui favorisent, dans tous les cas, de meilleures nuits :

  • Dormez dans une chambre bien rangée, fraîche et confortable, suffisamment aérée et plongée, pour la circonstance, dans une certaine obscurité. Sans télévision ni ordinateur dans la pièce !
  • L’activité physique régulière permet d’évacuer le stress, c’est vrai, mais pas durant les 4 heures qui précèdent votre coucher : à ce moment-là, ils risqueraient de rendre l’endormissement encore plus difficile.
  • Café, alcool et produits trop sucrés pris avant de se coucher sont de grands ennemis du bien dormir.
  • Plutôt que de les exciter, apprenez plutôt à détendre votre corps et votre esprit avant d’aller vous coucher : yoga, relaxation, respiration (voir notre article dans ce dossier)… faites-en une bonne habitude !
  • En guise de dernière boisson de la journée, la médecine ayurvédique, tradition millénaire de l’Inde, préconise une tasse d’eau chaude avec une pointe de couteau de noix de muscade râpée. Une variante : une cuillère à café de cardamome en poudre dans une tasse de lait chaud, si vous le supportez.

phytotherapie-stress-insomnies

Un bouquet de vertus

Côté phytothérapie, trois plantes sont vos grandes alliées, tant pour combattre le stress que pour retrouver plus facilement les bras de Morphée. Ce sont la valériane, la passiflore et le houblon.

La valériane est appréciée depuis l’Antiquité pour ses propriétés sédatives et relaxantes. Elle apaise les tensions et a un effet calmant sur le système nerveux.

La passiflore, elle, grâce à ses vertus sédatives et tranquillisantes, combat aussi bien l’insomnie chronique ou passagère que les états de nervosité, d’anxiété ou de surexcitation.

phytotherapie-stress-insomnie-passiflore

Quant au houblon, outre sa saveur amère bien connue des amateurs de bière, il possède aussi une action sédative qui en fait un remède précieux contre les difficultés d’endormissement et l’anxiété. Prudence tout de même : il est tout à fait déconseillé en cas d’état dépressif.

Dans les situations de stress, d’irritabilité ou de nervosité, avant des examens ou à tout autre moment, la mélisse et l’angélique peuvent également vous aider. Toutes deux détendent l’esprit et modèrent les émotions. La mélisse, que l’on retrouve dans un remède fabriqué autrefois par les moines, combat également les troubles digestifs et les maux de tête liés au stress.

Pour que vos nuits soient plus paisibles, pensez encore à l’eschscholtzia ou, c’est bien plus facile à retenir, pavot de Californie. Il normalise les fonctions psychologiques, ce qui en fait le « somnifère » préféré de nombreux phytothérapeutes.

Basilic, lavande, tilleul, fleur d’oranger ou églantier sont également des plantes qui ne veulent que le plus grand bien de vos nerfs et de vos nuits. Seules ou mélangées, vous les apprécierez en infusion ou en décoction, mais aussi en teintures ou en comprimés.

Quant à savoir ce qui vous conviendra le mieux, et surtout sous quelle forme et combien de fois par jour, votre pharmacien vous conseillera volontiers.

Des cocktails à croquer

Il existe également des dragées et des sirops composés de mélanges des plantes citées plus haut. Leurs avantages sur de simples infusions ? Plus concentrés, ils se traduisent souvent aussi par une efficacité supérieure. Ces préparations, proposées aussi bien pour aider à se détendre que pour favoriser le sommeil, ne provoquent pas d’accoutumance lorsqu’elles sont utilisées conformément aux prescriptions, et peuvent donc être prises en automédication.

Si vous prenez d’autres médicaments cependant, une précaution s’impose : en parler à votre pharmacien, car les interactions sont possibles, même avec des médicaments traditionnels de la phytothérapie. Ce n’est pas, rappelons-le, parce qu’ils sont naturels qu’ils sont forcément dépourvus d’effets secondaires.

Fort de ce judicieux conseil, ne vous privez pas de l’aide de la nature : à vous des journées sans (trop de) tensions et des nuits sans moutons !

Un petit livre dans le même sens : Bien dormir au naturel de B. Graz et J. Falquet, aux éditions Sang de la Terre.