Fourrure : les étiquettes nous mentent, comment reconnaître la vraie de la fausse ?

Fourrure : les étiquettes nous mentent, comment reconnaître la vraie de la fausse ?

A l’étiquette, pensait-on, mais ce n’est pas toujours le cas. Dès lors, voici quelques astuces pour reconnaître la fausse fourrure de la vraie.

Ne vous laissez pas trompez : apprenez à reconnaître la fausse fourrure et la vraie

Les termes à connaître

Certaines étiquettes ne dissimulent pas la vérité mais encore faut-il connaître les différentes appellations des fourrures d’animaux, et notamment  dans les différentes langues (ici entre parenthèses). On trouve couramment, selon la Peta :

  • belette (Mustela frenata, Mustela nivalis, Weasel, Wiesel) ;
  • carcajou (Gulo gulo, Vielfraß, Wolverine) ;
  • castor (Biber, Castor canadensis) ;
  • chat (Cat, Felis silvestris, Katezenfell, Katze) ;
  • chien (Dog, Hund)
  • chinchilla ;
  • coyote (Canis latrans, Kojote) ;
  • écureuil (Blacktall, Eichhörnchen, Sciurus carolinensis, Squirrel, Tamiasciurus hudsonicus) ;
  • hamsters (Cricetinae) ;
  • hermine (Hermelin, Mustela erminea) ;
  • kangourou (Kangaroo, Känguru, Macropus antilopinus, Macropus fuliginosus, Macropus giganteus, Macropus rufu) ;
  • lapin (Conejo, Kaninchen, leporellus, Levreau, Rabbit) ;
  • loup / chien-loup (Asiatic jackal, Asiatic raccoon, Canis lupus, Hundefell, Wolf) ;
  • loutre (Lutra canadensis, Otter) ;
  • lynx (Luchs, Lynx canadensis, Lynx pardinus, Lynx rufus) ;
  • martre d’Amérique (Amerikanische Marder, Marten, Martes americana) ;
  • mouffette rayée (Mephitis mephitis, Skunk, Striped Skunk) ;
  • ours (Bear, Tragen, Ursus americanus, Ursus maritimus) ;
  • pékan (Fischer, Fisher, Martes pennanti) ;
  • phoque (Phocidae, Seals) ;
  • rat musqué (Bisamratte, Muskrat, Ondatra zibethicus) ;
  • raton laveur (Procyon lotor, Raccoon, Waschbär) ;
  • renard (Alopex lagopus, Fox, Fuchs, Urocyon cinereoargenteus, Vulpes vulpes) ;
  • vison  (Mink, Mustela lutreola, Mustela vison, Nerz).

Quand la fausse fourrure est vraie

Les étiquettes textiles sont parfois trompeuses : la vraie fourrure est parfois étiquetée fausse fourrure pour des raisons de profits. Difficile parfois de la reconnaître car on peut la tondre, on peut la teindre et son aspect est alors très proche. On retrouve aussi la fourrure pour la déco, les jouets pour animaux ( !) ou encore pour orner des textiles non portés.

vraie-fourrure-fausse-animaux-00-ban

Dans le doute, nous vous conseillons de ne pas acheter de fourrure, même si elle paraît fausse, tant que vous n’êtes pas certain de sa provenance et de son mode de fabrication. Sans parler des colorants éventuellement nocifs, la fourrure peut participer au trafic mondial de peaux de bêtes…

Quelques astuces pour repérer la vraie fourrure

Dans les magasins, personne ne sera probablement à même de vous répondre et il faudra donc déterminer vous même si la fourrure que vous regardez / touchez est véritable.

A la vue, la vraie fourrure a une base de cuir, et c’est bien là le signe le plus reconnaissance. Généralement l’ensemble est épais, avec une partie de poils fins plus bouclés et des poils longs qui se divisent quand on souffle dessus. La plupart des articles en fausse fourrure ont des poils de même longueur et de même couleur, même si certains imitent les fourrures véritables. La vraie fourrure peut cependant avoir été coupée pour une allure uniforme, il faut donc d’autres tests.

fourrure-animaux-cadavres

Le toucher va confirmer ou infirmer une première impression. Pour la fausse fourrure, les poils sont souvent rêches. La fourrure véritable est douce et souple et il est facile d’enrouler les poils autour des doigts.

Deux autres tests, pas réalisable en magasin, à part éventuellement celui-ci discrètement : plantez une aiguille dans la base pour établir la résistance, qui sera fatalement plus forte pour le cuir. Le deuxième test, conseillé par The Humane Society, ne peut pas être réalisé en magasin et doit de toute façon l’être avec une grande prudence : il s’agit de brûler la fourrure. En cas de vraie fourrure, l’odeur est caractéristique, comme si on brûlait un cheveu, contrairement au synthétique qui dégage une odeur de plastique brûlé.

*