Le "lait" de soja  : un danger pour les bébés !

Le « lait » de soja  : un danger pour les bébés !

Elles sont à la mode, même pour les bébés. Or les boissons végétales, injustement appelées « laits », à base de soja, de riz, d’amandes, etc., ainsi que les laits d’origine animale autre que bovine (de chèvre, de brebis, de jument, par exemple) ne sont pas du tout adaptées aux besoins des enfants de moins de 1 an.

C’est la conclusion d’un avis de l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) rendu public le 5 février dernier (1). Un avis qui va sûrement susciter des réactions…

Des besoins nutritionnels spécifiques

bebe-lait-04

(© CC, Yoshiyasu Nishikawa)

L’alimentation infantile fait l’objet d’une réglementation très précise et pointilleuse (2) sur la composition des laits, appelés « préparations pour nourrissons » et « préparations de suite« . Elle fixe les ingrédients et les teneurs minimales et maximales en vitamines et minéraux autorisés dans ces produits, mais aussi les allégations sur les étiquetages.

Cette composition est basée sur les besoins nutritionnels, très spécifiques et surtout très importants du nourrisson et du jeune enfant dont il faut assurer la croissance, qui se traduit par :

  • une augmentation du poids de 50 %,
  • une multiplication de la taille  par 3,
  • un cerveau qui passe de 300 g à 1 kg, soit une croissance cérébrale de 2 g/jour.

Des besoins nutritionnels adaptés à la croissance

bebe-lait-02

(© CC, Jessica Merz)

C’est le seul moment de la vie où la croissance est aussi importante (même comparée à l’adolescence). Les besoins nutritionnels le sont donc eux aussi : énergie, protéines ou acides aminés, lipides, minéraux, vitamines, oligo-éléments doivent être justement dosés en fonction de l’âge du bébé.

Pour couvrir ces besoins, les pédiatres recommandent l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois, puis complété par une alimentation diversifiée. En cas d’alimentation par biberon, ils recommandent l’utilisation de préparations pour nourrissons jusqu’à 4-6 mois, puis de préparations de suite avec la diversification alimentaire.

Des « laits » qui n’en sont pas

bebe-lait-03

(© CC, Lauren Paulsen)

La dénomination « lait » est définie par la réglementation européenne comme « le produit provenant de la traite d’une ou de plusieurs vaches ». La réglementation française précise que tout lait provenant d’une femelle laitière autre que la vache doit être désigné par la dénomination « lait », suivie de l’indication de l’espèce animale dont il provient : « lait de chèvre », « lait de brebis« , « lait d’ânesse« , etc., rappelle l’Anses.

Concernant les boissons d’origine végétale, seules les dénominations « lait de coco » et « lait d’amande » sont autorisées. Les autres produits devant porter le nom de « boisson » ou de « jus« . On devrait donc dire « jus de soja« , « jus d’amande« , etc.

Ces boissons d’origine végétale ne font pas l’objet d’une réglementation spécifique et sont seulement soumises aux obligations relatives aux produits d’alimentation courante. Ce qui laisse la place aux dérives

> Suite : Des risques de carences graves