Au Canada, on peut cueillir ses légumes au supermarché

Au Canada, on pourra bientôt cueillir ses légumes directement au supermarché. Une initiative qui garantirait la fraîcheur des produits, en limitant les déchets et les coûts de transport. Une révolution dans la grande distribution ?

Au Canada, on peut cueillir ses légumes au supermarché

Dès le mois de mars, il sera possible de cueillir soi-même salades et fines herbes dans des supermarchés de La Pocatière, au Québec. À l’origine de cette innovation qui pourrait créer une petite révolution dans le secteur de la grande distribution, une entreprise québécoise : Inno 3B.

En effet, pour les produits très frais ou fragiles comme les salades ou fines herbes, le transport est problématique, et le gaspillage est très important, les clients souhaitant des produits d’une extrême fraîcheur. Dès lors, quoi de mieux que des végétaux vivants pour garantir la fraîcheur ? Cela réduirait en outre la production de déchets pour ces produits souvent sur-emballés.

Les plants sont livrés par la société avec une solution baptisée Grow to go, qui permet de maintenir le légume vivant pendant trois à quatre semaines. Le client peut ainsi cueillir le produit directement en supermarché, ou le laisser encore pousser chez soi. Pratique pour les fines herbes afin de garantir une fraîcheur optimale.

Cueillir ses légumes vivants comme dans des serres

Pas question bien sûr de proposer des pommes de terre ou des carottes, trop gourmands en terre et en espace. L’entreprise propose aujourd’hui, outre des salades et des fines herbes, des graines germées de blé ou maïs. La prochaine étape ? Faire pousser des plants de fraises et de tomates en supermarché.

Selon Martin Brault, président de l’entreprise Inno 3B, sa technologie « permet maintenant la production avec un rendement qui est comparable ou sinon supérieur à celui des serres traditionnelles ». Même si les solutions d’agriculture hors-sol et de fermes suspendues se développent partout dans le monde, l’idée de faire venir directement les produits vivants dans les supermarchés est unique.

On peut toutefois se demander quel sera le coût énergétique de faire pousser des légumes hors-sol et sans lumière naturelle. Il s’agit du même problème que lorsque l’on fait pousser des légumes dans des serres chauffées pour pouvoir les consommer hors-saison. Ici, l’initiative règle toutefois le problème des coûts de transport et de conditionnement, et constitue une solution partielle au gaspillage alimentaire.

Même si rien ne vaut le croquant d’une laitue que l’on vient de cueillir dans son potager, cueillir ses légumes soi-même dans son supermarché semble quand même bien plus intéressant que de la consommer en sachet sous vide. Et plus amusant !