Agir pour la planète

10 conseils pour adopter une tortue

10 conseils pour adopter une tortue

Sur consoRécup, le service de don de consoGlobe, au fil des années le nombre de dons et d’adoptions d’animaux a régulièrement augmenté. On y donne surtout des chiots ou des chatons, mais également toutes sortes d’animaux, y compris certains assez rares ou inattendus, dont les tortues. Voici, 10 conseils prodigués par les soigneurs du Musée océanographique de Monaco pour ceux qui veulent s’occuper d’une tortue.

10 conseils pour adopter une tortue

Comment prendre soin de votre nouveau compagnon ? Depuis plusieurs années, lds particuliers demandent aux soigneurs du Musée océanographique de Monaco de les aider lorsqu’ils trouvent une tortue abandonnée, de terre comme de mer. Le MoM en a tiré 10 conseils de base permettant de conserver une tortue en pleine santé.

Adoption d’une tortue : 10 conseils

Quels sont les symptômes qui peuvent m’alerter sur l’état de santé d’une tortue ?

L’observation d’une tortue permet d’anticiper et de faire face à des problèmes liés à sa santé. Une tortue malade présente un comportement anormal qui s’exprime par les symptômes suivants :

- manque de dynamisme, perte de l’appétit et de poids
– démarche désynchronisée et frottement du plastron sur le sol
– respiration bruyante, sifflante, gueule entrouverte, hypersalivation
– liquide épais s’écoulant des narines
– diarrhée, constipation
– enfoncement des globes oculaires
– larmoiements et paupières gonflées
– présence de tâches rouges sous les écailles des membres ou du plastron
– ramollissement de la carapace avec retard de croissance
– déformations de la dossière

Offrir à sa tortue sa dose de rayonnements ultra-violets (UV)

Veillez à lui donner quotidiennement sa dose d’UV qui lui est vitale. Une exposition à la lumière naturelle du soleil ou, à défaut, sous des lampes spéciales délivrant des “UV-B” lui permettra de synthétiser la vitamine D, indispensable à l’absorption intestinale du calcium (élément primordial pour le développement du squelette et de la carapace).

Conserver la tortue à l’ombre

Fabriquez-lui un enclos au soleil – indispensable à la tortue – avec un point d’eau (une petite assiette, toujours remplie d’eau propre). Assurez-vous qu’elle puisse se mettre à l’ombre à tout moment si elle en ressent le besoin.

Donner de la nourriture saine à sa tortue

Tortue sillonnee Centrochelys sulcata

Il y a des tortues carnivores (qui vont manger poissons, crustacés, insectes, etc.), des tortues herbivores (qui vont manger plantes, fruits, légumes) et des tortues omnivores (qui ont un régime alimentaire à la fois carnivore et herbivore) Il faut donc déterminer les besoins alimentaires spécifiques de chaque tortue ! Il faut lui donner de la nourriture tous les jours, mais pas en petite quantité selon sa taille, bien sûr. Pensez à varier son régime  pour éviter des carences alimentaires. Privilégiez les aliments riches en calcium, nécessaires à la rigidité de sa carapace.

Donner de l’eau à la torture

Veillez bien à ce que la tortue ait toujours de l’eau pour s’hydrater. Le bac d’eau doit être adapté à la tortue ; la hauteur d’eau ne doit pas présenter un risque de noyade pour les tortues terrestres ; pour les tortues aquatiques, bien sûr, plus il y a d’eau, plus elles ont de la place pour nager !

En hiver, laisser la tortue hiberner

Certaines espèces de tortues ont besoin d’hiberner d’autres, au contraire, n’hibernent jamais ! Renseignez-vous tout d’abord sur les besoins biologiques de votre tortue. Si la tortue doit hiberner, veillez à respecter les conditions indispensables pour la mise en hibernation :

  • animal adulte (hibernation des juvéniles possible si 4°C< T (°C)< 6°C strictement)
  • animal en bonne santé avec des réserves graisseuses suffisantes
  • réduction de l’alimentation dès 6-8 semaines avant hibernation
  • diète de 3 semaines avant hibernation + bains d’eau tiède (25-30°C) de 15 min
  • période favorable à l’hibernation : de fin octobre à mars (éviter hibernation > 20 semaines pour adultes, 4 semaines pour juvéniles)

Pour la faire hiberner, placez la tortue dans une caisse pleine de terre meuble et de feuilles  : elle pourra ainsi s’enfouir. Ajoutez paille + foin en grande quantité + grillage de protection contre les rongeurs. Placez la caisse dans une pièce calme à 5-10°C (contrôle avec thermomètre). Au cours de l’hibernation, pesez votre tortue régulièrement (perte de poids normale : -1 % Poids Vif initial /mois).

Si la tortue a uriné, ne la remettez pas à hiberner (risque de déshydratation).

Faites cesser l’hibernation lorsque les risques de gelée sont définitivement passés. Pour cela, procédez à un réchauffement et à une exposition à la lumière progressifs de la tortue. Quand elle est réveillée, baignez-là dans une eau tiède afin qu’elle puisse s’abreuver et qu’elle puisse éliminer les toxines (acide urique). Pesez-là et assurez-vous qu’elle n’ait pas perdu plus de 2 à 5 % de son poids vif. Nettoyez délicatement ses yeux. Vérifiez la reprise de l’alimentation dans les 7 jours post-hibernation ; si tel n’est pas le cas, prenez conseil auprès d’un vétérinaire.

Evitez les courants d’air car les tortues sont sujettes aux rhinites, qui peuvent dégénérer en pneumonie.

*

Suite > si votre tortue n’est pas en forme