Zoo de Mulhouse : 150 ans et pas une ride ! – Interview de son directeur

Le zoo de Mulhouse vient de fêter ses 150 ans ce qui en fait l’un des plus vieux zoos de France. Nous avons rencontré Brice Lefaux, son actuel directeur, pour qu’il nous en dise plus sur le travail de cette institution alsacienne.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 4 Jan 2019, à 7 h 53 min

C’est donc en 1868 que le zoo de Mulhouse, devenu municipal en 1893, voit le jour sous l’impulsion d’un groupe d’industriels de Mulhouse qui imagine ce zoo comme étant un « parc du peuple ».  Un siècle et demi plus tard, sa vocation a profondément évolué sans renier ses racines, vers un parc de loisirs conçu pour le bien-être de ses occupants et l’éducation de ses visiteurs.

Zoo de Mulhouse : quelles sont les clés du succès ?

150 ans après la création du zoo de Mulhouse, Brice Lefaux, son directeur, nous en dit plus sur cette structure qui a su perdurer.

Brice Lefaux directeur du zoo de Mulhouse © Zoo de Mulhouse

ConsoGlobe – Le zoo de Mulhouse a fêté ses 150 ans. Qu’est ce qui a permis à votre structure de traverser ainsi le temps ?

Brice Lefaux : La principale raison est l’affection et l’attachement que le public porte au parc depuis toutes ces années. Le parc zoologique et botanique de Mulhouse est un parc de ville où il fait bon se promener en famille et entre amis à la découverte de fleurs et d’animaux extraordinaires.

Le plébiscite n’empêche pas la critique et le parc zoologique a évolué avec la société par laquelle il est imprégné. Les enclos, les techniques et les approches se sont modernisées au profit de l’animal et du sens donné au site.

La fierté de supporter un parc qui oeuvre pour un meilleur avenir pour les espèces végétales et  animales menacées fait aussi parti des raisons du soutien au parc durant les 30 dernières années.

ConsoGlobe – D’après vous, comment les zoos vont-ils s’inscrire dans la modernité d’un siècle qui se doit d’être sous le signe du développement durable ?

Brice Lefaux : Les parcs modernes, qui sont des acteurs de la conservation comme précisé dans la Convention sur la Biodiversité de 2002, sont eux-mêmes déjà au centre d’une équation de développement durable qui allie :

  1. La sociologie et les sociétés à travers les visiteurs de tout horizon qui viennent découvrir les animaux et les plantes « en vrai ».
  2. La biologie et notamment la biologie de la conservation, par les programmes d’élevages en parc zoologique ou le soutien à des programmes de protection dans le milieu naturel.
  3. L’économie : gagner des moyens financiers à travers les entrées pour investir dans l’amélioration de la qualité de vie des animaux, tout en diminuant son empreinte carbone et en rendant durable le travail de conservation in et ex situ.
zoo de Mulhouse

Ours polaire au zoo de Mulhouse – © NeydtStoc / Shutterstock

Le lien qui fait sens au sein du parc de Mulhouse est l’éducation environnementale auprès des plus jeunes (ateliers projets avec les scolaires) et la sensibilisation à la protection de la nature. L’objectif commun étant de faire évoluer les comportements via une sensibilisation positive pour qu’individuellement nous diminuions notre empreinte environnementale.

ConsoGlobe.com – Quelle est la place des programmes de conservation dans votre zoo ?

Brice Lefaux : Ils sont le moteur de nos actions au quotidien et notre objectif ultime. Le bien être animal est ce qui nous motive au jour le jour pour que les animaux soient le mieux possible en terme de santé physique et psychologique pour ainsi présenter au public des comportements animaux le plus proches de ceux rencontrés dans la nature.

La gestion des populations de ces animaux en zoo est aussi une source potentielle d’animaux pouvant être réintroduits si besoin et si possible dans le milieu naturel comme nous le faisons avec la tortue cistude, l’ibis chauve, le vautour moine et fauve.

Vautour moine © Mriya Wildlife

Enfin le soutien à des programmes dans le milieu naturel à travers notre aide financère à 14 autres programmes (Laos, Madagascar et Côte d’Ivoire). Tous ces programmes sont menés par le parc car nous hébergeons les mêmes espèces au sein du zoo et que c’est un devoir pour nous de tout faire pour sauver les espèces menacées in et ex situ.

Dans quel endroit aujourd’hui en France, autre qu’un parc moderne comme Mulhouse, le grand public peut-il accéder à des informations venues de la planète entière sur l’état de la biodiversité ? Ou encore aux solutions qui existent et aux actions qu’individuellement ce grand public peut mener ?

ConsoGlobe – Si vous pouviez diffuser un message à un maximum de monde fréquentant des structures telles que la vôtre, lequel serait-il ?

Brice Lefaux : « Changeons de comportements de consommation ! »

L’espèce humaine est responsable de la 6e grande extinction mais elle peut aussi être celle qui l’évitera. Nos messages de sensibilisation et d’éducation environnemental sont tournés vers une prise de conscience que nous sommes les acteurs qui sauverons l’ours polaire ou l’orang-outan. Il nous faut changer nos modes de déplacement, de consommation de viande et autres produits globalisés et regarder de plus près ce que nous achetons.

ConsoGlobe – Si vous ne deviez citer qu’un seul animal au comportement étonnant, lequel serait-il ?

Brice Lefaux : Difficile question… Le martinet à ventre blanc est capable de parcourir plusieurs fois le tour de la planète en distance et voler 365 jours sans se poser. Il est présent dans la ville de Mulhouse où il survit tant bien que mal manquant d’habitat convenable pour nicher.

zoo de Mulhouse

Le martinet à ventre blanc © Keith Pritchard

Non représentés au Zoo, nous en parlons cependant dans notre parcours sur la faune locale !

Illustration bannière : Famille nourrissant une girafe – © Elizaveta Galitckaia
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Ça me choque et me navre que vous fassiez la promotion d’un zoo. Aussi bien tenu soit il. On parle d’animaux en captivité, voire en cage … C’est cher payer (par les animaux ) pour apprendre au public la biodiversité … On marche sur la tête !!!
    Et le journaliste se dit fasciné par la faune sauvage …. enfermée donc !!! Gênant !
    Tous comme les cirques, les zoos, la chasse devraient être interdits.
    Le Costa Rica a , le premier, pris des mesures dans ce sens. Je cite le président « « Nous ne voulons plus voir d’animaux en cage ou en captivité pour quelle que raison que ce soit. Sauf si c’est pour les sauver ! » Une vraie révolution culturelle ! Puissions nous en prendre de la graine !!!

Moi aussi je donne mon avis