Covoiturage et vélo : Une nouvelle aide pour les trajets des salariés ?

Afin d’accélérer le recours au vélo et au-covoiturage durant le déconfinement, et décharger les transports en commun, le gouvernement a accéléré la mise en place du « forfait mobilités durables ».

Rédigé par Paul Malo, le 12 May 2020, à 11 h 25 min

Le bon vieux vélo s’annonce comme la vedette du déconfinement, qui aura accéléré la mise en place du « forfait mobilités durables » prévu dans la Loi d’orientation des mobilités (Lom).

Soutenir le recours au vélo et au covoiturage

Après le déconfinement, le gouvernement va débloquer 20 millions d’euros pour encourager la pratique du vélo notamment pour se rendre au travail. L’idée est d’éviter un report massif des Français sur les transports en commun et sur la voiture. L’État veut aussi accélérer l’instauration dans le secteur privé du forfait mobilités durables.

C’est « une étape franchie pour des déplacements plus propres, a tweeté la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne. Dès aujourd’hui, toutes les entreprises peuvent mettre en place le forfait mobilités durables : 400 euros par an et par salarié pour prendre en charge les trajets domicile-travail par exemple en vélo et covoiturage. » En effet, le décret d’application pour le secteur privé du « forfait mobilités durables » prévu dans la loi d’orientation des mobilités a été publié le 10 mai.

Lire aussi : Quel vélo pour aller au travail ?

Désormais, les entreprises vont donc pouvoir soutenir concrètement le recours au vélo et au covoiturage par leurs salariés. Des transports plus propres et moins coûteux qui permettent également de réduire l’affluence dans les transports en commun, et donc la circulation du Covid-19.

Les employeurs privés peuvent donc mettre en place dès maintenant une aide pouvant aller jusqu’à 400 euros par an et par salarié, aide entièrement exonérée d’impôt et de cotisations sociales.

Il remplace l’indemnité kilométrique vélo

« Aujourd’hui, la voiture reste le moyen de transport utilisé par la majorité des Français qui se rendent au travail, même pour les trajets de moins de un kilomètre, précise Élisabeth Borne. Cet encouragement financier individuel peut être décisif au moment où nous développons des pistes cyclables ou des voies réservées au co-voiturage ».
Ce « forfait mobilités durables » remplace l’indemnité kilométrique vélo mise en place jusque-là, mais est cumulable avec la participation de l’employeur à l’abonnement de transport en commun.

Les entreprises vont donc pouvoir soutenir concrètement le recours au vélo et au covoiturage par leurs salariés © Diego Cervo

Ce forfait « mobilités durables » va également être mis en place dans la fonction publique d’État. Il s’élèvera à 200 euros par an et concernera les magistrats, personnels civils et militaires de l’État.

Pour bénéficier de la prise en charge de vos frais de déplacement domicile-travail, vous devrez en tant que salarié fournir chaque année « un justificatif de paiement ou une attestation sur l’honneur relatif à l’utilisation effective d’un ou plusieurs des moyens de déplacement mentionnés ».

À savoir

Pour aider les citoyens à s’équiper de vélos électriques, l’État, les régions et les municipalités offrent aussi des primes pouvant aller jusqu’à 500 euros sur l’achat d’un VAE neuf.

Un coup de pouce sera également donné aux personnes prêtes à adopter le vélo pour se déplacer au quotidien grâce à un forfait de 50 euros afin de faire réparer sa « vieille » bicyclette (réfection des freins, des lumières, changement des pneus…). Les réparateurs seront référencés sur le site de la fédération française des usagers de la bicyclette (FUB).

Illustration bannière : Femme rentrant du travail à vélo – © ImageFoto
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bon début, mais ce forfait de 400€ devrait être obligatoire pour l’employeur, de plus pourquoi seulement 200€ pour la fonction publique d’état?

Moi aussi je donne mon avis