Au boulot à vélo : comment s’équiper pour être pro et cycliste

Né de la contraction entre « vélo » et « taf », le vélotaf se développe de plus en plus dans les grandes villes. Nombreux sont ceux qui choisissent de pédaler pour aller travailler, et ce, par tous les temps. Comment donc pratiquer le vélotaf toute l’année, avec la tenue et l’équipement adaptés pour rester pro dans son apparence et confortable au quotidien ?

Rédigé par Stephen Boucher, le 9 Apr 2017, à 10 h 05 min

Nous ne le répéterons jamais assez : lorsque c’est possible, mieux vaut privilégier le vélo à la voiture. Tout d’abord parce que c’est excellent pour notre santé et ensuite, bien sûr, parce que le vélo ne pollue pas. Mais certains hésitent à se rendre à leur travail à vélo, ne sachant pas comment concilier confort, apparence professionnelle, et cyclisme en ville.

Comment s’habiller pour faire du vélo en ville ?

Partir travailler en vélo, l’idée est plutôt séduisante lorsque la distance entre votre domicile et votre lieu de travail le permet. Cependant, il vous faudra composer avec les aléas météorologiques et vous habiller en conséquence. Si vous négligez cette étape de préparation, vous risquez dd’arriver au travail soit en sueur soit trempé par la pluie, soit les deux, ce qui compromettrait sérieusement votre aventure “vélotaf“.

C’est vrai, qui aurait envie d’arriver devant son boss les cheveux raplapla et dégoulinant de pluie ? Et cette odeur de sueur qui inonde tout le bureau, on en parle ? Personne n’aurait envie, on est bien d’accord. Alors pour éviter ces désagréments, on fait quoi ?

Avant de parler vêtements, parlons sac et équipement de vélo

Evitez tout d’abord de porter un sac en bandoulière ou sur le dos. C’est la garantie de zones de transpiration, en plus de l’inconfort. A vélo, naturellement, vous êtes à l’air, donc la ventilation se fait toute seule. Il suffit de ne pas la bloquer !

De préférence, équipez-vous donc d’un sac de taille suffisante, qui puisse se clipser sur votre porte-bagage. De taille suffisante, car il vous permettra de garder certains équipements en permanence avec vous : équipement de pluie, petite pompe à vélo, kit de réparation de pneu. On n’en pas besoin si souvent, mais autant les avoir avec soi le jour où on en a besoin !

On s’équipera aussi avec profit d’un outil multi-fonctions compact (combinant tournevis cruciforme, clés Allen, clé plate, etc.). Vous serez ainsi paré pour effectuer les principaux réglages de votre vélo.

Concernant votre sac, choisissez-le également étanche et conçu pour recevoir votre ordinateur portable et vos affaires, tout en les protégeant de l’humidité. De nombreuses marques proposent ce genre de sac, du plus solide et pratique, comme Ortlieb, aux marques misant plus sur l’aspect pratique et esthétique, comme Vaudé.

En ville donc, privilégiez un vélo tout équipé : garde-boue, porte-bagage, lumières… Certains aimeront ajouter une protection autour de la chaîne pour éviter que le pantalon ne se salisse. D’autres – si vous en avez les moyens – opteront pour un vélo à vitesses intégrées dans le moyeu de la roue arrière : finies les salissures et les dépaillages !

Enfin, entretenez régulièrement votre vélo : état des freins et des pneus, chaîne lubrifiée. Cela vous simplifiera la vie, et vous aidera à rester propre et pro.

L’hiver – des vêtements chauds et respirants

Une fois protégés, vous pouvez porter n’importe quels vêtements, sport ou confort, costume ou tailleur.

travail à vélo

© Paul Vasarhelyi Shutterstock

Pour avoir chaud à vélo, sans pour autant transpirer, respectez la règle des trois couches. Pour commencer, enfilez un sous-vêtement à manches longues, de préférence en polyester ou en laine, qui agira comme une première couche d’isolation thermique.

Par dessus, ajoutez un vêtement qui gardera la chaleur produite par votre corps. Le plus adapté ? Un vêtement en fibres polaires qui en plus de vous tenir chaud, ne vous entravera pas dans vos mouvements de part sa légèreté. Et pour terminer, une veste respirante et imperméable, de préférence avec des motifs rétro-réfléchissants incorporés. Pour encore plus de confort, pensez également aux gants !

L’été – place à l’air

Première chose, pour rassurer les novices : quand on se remet au vélo, on transpire plus que quand on est habitué à faire de l’exercice régulièrement. Donc ne vous laissez pas impressionner par les premiers trajets. Deuxièmement, rappelez-vous – désolé des détails – que ce n’est pas la sueur qui sent, ce sont les bactéries qui s’en délectent, après quelques heures. Donc, ce n’est pas parce que vous avez légèrement transpiré sur votre vélo qu’il y a un souci. Enfin, n’oubliez pas que l’été, dans le métro, le bus, ou votre habitacle de voiture, vous allez aussi transpirer. Au moins à vélo vous pouvez avoir de l’air ! Bref, il faut relativiser le souci de la “sueur à vélo”.

Néanmoins, pour être certain d’être à l’aise en arrivant à votre réunion, pensez à laisser passer l’air. Là aussi, votre sacoche pratique peut être cruciale, pour y glisser votre veste de costume soigneusement pliée par exemple, et la ressortir à l’autre bout du trajet.

Enfin, ceux qui en ont la possibilité peuvent penser à se changer tout simplement en arrivant au travail, en amenant avec vous votre blouse ou chemise du jour, par exemple.

travail à vélo

© michaelheim Shutterstock

En cas de pluie, des vêtements imperméables dans le fond du sac

La pluie peut vous surprendre pendant votre trajet et dans ce cas, mieux vaut être bien équipé. La veste imperméable, respirante si possible, est donc essentielle, tout comme le pantalon. Les qualités respirantes varieront grandement avec le prix. Mais bon, pour le prix d’un mois d’abonnement aux transports en commun ou celui de la réparation d’un rétroviseur de voiture, vous pourrez vous offrir des matériaux de qualité…

Optez aussi pour un sur-pantalon imperméable, pour cas de forte pluie, voir de sur-chaussures qui vous protégeront efficacement des intempéries, pour ceux dont les trajets sont les plus longs. Vaut mieux les avoir au fond du sac !

Lire page suivante : quel équipement pour rouler en sécurité ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis