L’usage de matière d’origine animale sera précisé sur les étiquettes textiles

Rédigé par Aurore, le 8 Jun 2012, à 14 h 00 min

Mercredi 20 avril 2011, plusieurs négociateurs du Parlement et du Conseil européen ont réussi à se mettre d’accord sur une nouvelle réglementation qui devrait faire évoluer l’étiquetage textile. Désormais, si le produit vendu a nécessité l’utilisation d’une matière d’origine animale, cela devra être mentionné sur les étiquettes.

La fourrure animale : une étiquette pour prévenir les consommateurs

Dans le monde de la Mode, il n’existe parfois pas de limite… Ainsi, pour suivre les tendances, certaines marques n’hésitent pas à utiliser de la fourrure animale, pour sublimer un manteau, une robe, une veste…

Pourtant, derrière la beauté du vêtement, peut se cacher certains massacres, certaines traques à quelques animaux rares ou en voie de disparition, au pelage pourtant apprécié des fashionistas.

Cela ne concerne pas que la haute couture, mais également la grande distribution à l’image dela marque grand public Etam qui vient tout juste d’annoncer avoir renoncé à la fourrure pour ses produits.

Parfois, le commerce de la fourrure va même plus loin en s’attaquant à nos animaux de compagnie comme l’explique l’association PETA Allemagne qui révélait il y a quelques années le trafic de fourrures de chiens et chats en Chine.

La mention “origine animale” obligatoire

Pour que chaque personne soit donc bien consciente de son acte lorsqu’elle achète de la fourrure animale, une nouvelle réglementation européenne est entrée en application le 8 mai dernier. Elle oblige les producteurs de textiles à afficher l’utilisation de matière d’origine animale sur leurs produits.

*

La suite p.2> Un nouvel étiquetage au niveau européen

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Une grosse imprécision dans cet article, en plus de la fourrure, la laine est également “matière d’origine animale” et là on n’a pas à avoir mauvaise conscience à la voir utilisée (sauf éventuelle maltraitance).
    Les étiquettes textiles vont-elles distinguer le type de “matière d’origine animale” ?

  2. une bonne initiative !

    nous attendons avec impatience que le même type de règlementation soit mis en place en Europe (dans tous les pays), concernant la composition des aliments industriels, plats préparés etc !

    Parce que nous voulons pouvoir choisir de consommer des aliments sans produits d’origine animale !

Moi aussi je donne mon avis