Urbanisme crowd-funded : quand les habitants financent les infrastructures de leur ville

Rédigé par Annabelle, le 27 Nov 2013, à 15 h 02 min

Un entrepreneur colombien lève des millions pour un gratte-ciel !

L’urbanisme crowd-funded serait-il sans limite ? C’est ce que l’on peut penser lorsque l’on considère le coup de maître de Rodrigo Nino. Le businessman a créé une entreprise en 2003 au nom très évocateur, Prodigy Network, dont le but était d’aider les petits investisseurs à financer de grands projets. Celui-ci a battu des records en parvenant à fédérer 3 500 habitants de Bogota qui ont rassemblé 200 millions de dollars pour financer la construction du plus haut immeuble de la capitale colombienne.

© Pedro Felipe / Wikimedia

© Pedro Felipe / Wikimedia

Ne comptant pas s’arrêter là, R. Nino a lancé un site basé sur le partage d’idées des citoyens qui souhaitent changer leur ville : maciudadideal.comma ville idéale »)

*

Je veux témoigner

Sur le crowdfunding et la finance solidaire :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Je trouve que c’est vraiment une très bonne initiative. Cependant, des problèmes peuvent surgir notamment dans les pays reculés. Il y a, d’une part, le pouvoir d’achat qui n’est pas le même pour chaque ménage. D’autre part, la question de la transparence dans la gestion des fonds qui seront collectés. Nonobstant ces problèmes, force est de constater que c’est une idée très aguichante.

  2. Très bonne idée mais je verrai plutot un fonctionnement de type co-financement.

    Pour reprendre l’exemple du pont, la municipalité payerais pour un pont moche en béton; et le crowfunding payerais le supplément pour un joli pont en bois.

    C’est juste un exemple à ne pas prendre au pied de la lettre !

  3. Merci pour cet article qui en inspirera beaucoup d’entre nous, je l’espère.

  4. A la fois je dis bravo, dans l’optique « aide toi, le ciel t’aidera », mais à la fois n’est-ce pas quelque part justifier la non prise en charge par la municipalité.
    en tout cas, bel exemple du principe assez répandu chez les américains (et oui !) :
    « Ne te demande pas ce que la Communauté peut faire pour toi, mais ce que Toi tu peux faire pour la Communauté ».

Moi aussi je donne mon avis