Urbanisme crowd-funded : quand les habitants financent les infrastructures de leur ville

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 27 Nov 2013, à 15 h 02 min

Un marché fermier à Los Angeles

Toujours aux Etats-Unis où l’urbanisme crowd-funded fait des adeptes, ce projet de marché fermier et écologique qui a vu le jour à Los Angeles. L’objectif a été simple : donner l’opportunité à chaque habitant de pouvoir se fournir en produits frais, bio, de saison et locaux à des prix abordables.

Atwater Village Farm a pu se concrétiser grâce à la participation de près de 200 crowdfunders qui ont rassemblé plus de 22 000 $. L’argent a servi à financer le local, le système de réfrigération, le lieu de stockage de la nourriture, les licences etc. Il est devenu un lieu de rencontre sous le signe du « slow food » où chacun peut profiter des produits de ferme des producteurs alentours.

*

suite > un entrepreneur colombien lève des millions pour un gratte-ciel !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Je trouve que c’est vraiment une très bonne initiative. Cependant, des problèmes peuvent surgir notamment dans les pays reculés. Il y a, d’une part, le pouvoir d’achat qui n’est pas le même pour chaque ménage. D’autre part, la question de la transparence dans la gestion des fonds qui seront collectés. Nonobstant ces problèmes, force est de constater que c’est une idée très aguichante.

  2. Très bonne idée mais je verrai plutot un fonctionnement de type co-financement.

    Pour reprendre l’exemple du pont, la municipalité payerais pour un pont moche en béton; et le crowfunding payerais le supplément pour un joli pont en bois.

    C’est juste un exemple à ne pas prendre au pied de la lettre !

  3. Merci pour cet article qui en inspirera beaucoup d’entre nous, je l’espère.

  4. A la fois je dis bravo, dans l’optique « aide toi, le ciel t’aidera », mais à la fois n’est-ce pas quelque part justifier la non prise en charge par la municipalité.
    en tout cas, bel exemple du principe assez répandu chez les américains (et oui !) :
    « Ne te demande pas ce que la Communauté peut faire pour toi, mais ce que Toi tu peux faire pour la Communauté ».

Moi aussi je donne mon avis