L’EU tiraillée entre promotion de la consommation de viande et impératifs environnementaux

La Commission européenne finance différentes campagnes visant à promouvoir la consommation de viande, des efforts qui vont à l’encontre des engagements qu’elle a pris en tant que signataire de l’Accord de Paris sur le climat.

Rédigé par Anton Kunin, le 18 Feb 2020, à 11 h 35 min

L’ONG néerlandaise Wakker Dier en appelle à Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, chargé du Green Deal européen.

60 millions d’euros sur trois ans pour inciter à consommer de la viande

On le sait : l’élevage est un contributeur majeur au réchauffement climatique. Selon une étude réalisée en 2017, l’élevage d’animaux ruminants a un impact 3 à 10 fois supérieur à l’impact de la production des autres types de denrées alimentaires, et 20 à 100 fois supérieur à l’impact de la culture de végétaux. Malgré cela, la Commission européenne finance chaque année des campagnes de communication visant à promouvoir la consommation de viande.

Lire aussi : ‘200 personnalités co-signent une tribune pour ‘en finir avec l’élevage intensif’

Entre 2017 et 2019, l’UE a ainsi dépensé 60 millions d’euros, répartis à travers une vingtaine de campagnes de communication dans différents pays, a calculé l’ONG néerlandaise Wakker Dier. Et elle n’a pas l’air de vouloir s’arrêter : dernier exemple en date, en novembre 2019 4,4 millions d’euros ont été octroyés à une campagne en faveur de la consommation de poulet, qui devrait commencer en 2020 et durer jusqu’à fin 2021. Objectif affiché de cette campagne : augmenter la consommation de poulet de 1,22 % en Europe(1).

Lire aussi : Souffrance animale : encore une vidéo choc dans un élevage de poules

Une politique européenne contraire aux objectifs nationaux

Pour l’ONG néerlandaise Wakker Dier, ces campagnes, mais surtout leur financement par la Commission européenne, doivent s’arrêter. « L’Europe cultive un système d’aides archaïque et court-termiste, un système aux dépens des animaux, de l’environnement et de la santé », s’émeut Anne Hilhorst, porte-parole de cette ONG.

Anne Hilhorst attire aussi l’attention sur le fait que son pays, les Pays-Bas, mène une politique visant à décourager les consommateurs d’acheter de la viande. Par exemple, le Centre néerlandais pour la Nutrition a récemment lancé une campagne intitulée « Il n’y a pas que la viande », dans laquelle il attire l’attention sur les effets de la viande sur la santé. La Commission européenne et certains gouvernements nationaux mènent donc des politiques à visée opposée.

« Une tirelire cherche à abattre l’autre. Même une publicité contraire aux objectifs sociaux reçoit des fonds publics », résume ainsi la situation Anne Hilhorst.

C’est à couteaux tirés entre les associations et l’Union Européenne qui finance la promotion de la consommation de viande © kvasilev

Il s’agit donc d’une approche de plus en plus indéfendable de la part de l’Union Européenne : comment peut-on prétendre vouloir prendre soin de la santé des européens et faire face aux changements climatiques, et dans le même temps financer des campagnes visant à inverser le déclin de la consommation de viande ou à réfuter les soi-disant « fake news » sur les mauvais traitements sur les animaux d’élevage ?

Illustration bannière : Un boucher qui fait la promotion de son bacon – © Iakov Filimonov

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. C’est une question qui n’existait pas quand les éleveurs ne faisaient que la quantité de viande nécessaire aux besoins des hommes, pas comme aujourd’hui qu’on tue des quantités énormes d’animaux pour faire n’importe quelles quantités de cochonneries, cuites et crues, desquelles des millions de tonnes sont jetés à la poubelle…… C’est le gendre humain qui est devenu complètement cinglé !!!!

Moi aussi je donne mon avis