Engagés, chacun à sa manière : les consommateurs responsables en 2016

Les Français sont de plus en plus engagés dans leurs pratiques de consommation, mais chacun à leur manière : c’est ce que montre la typologie du consommateur responsable 2016 du cabinet d’études Greenflex.

Rédigé par Stephen Boucher, le 14 Sep 2016, à 16 h 48 min

Tous les ans, le cabinet Greenflex propose une typologie des consommateurs et de leurs engagements pour des pratiques responsables. Si les chiffres de 2015 montraient une consommation responsable en berne, 2016 montre un regain d’engagement des Français dans leurs pratiques de consommation(1). Une étude éclairante sur les préoccupations de nos concitoyens.

60 % des Français sont des consommateurs engagés

L’étude a été réalisée auprès de 4.100 individus. À travers leurs réponses, des typologies de consommateurs ont pu être établies en fonction de leurs préoccupations. Il apparaît que 60,7 % des personnes interrogées se situaient « dans l’engagement » vis-à-vis de leurs pratiques de consommation.

Êtes-vous plutôt « changez rien » ou « en quête de sens » ? La nouvelle typologie des consommateurs

Les familles de consommateurs se répartissent selon deux axes, selon qu’ils perçoivent le développement durable comme une contrainte ou un engagement, et selon les priorités de chacun : préoccupations financières, bien-être, informations sur le produit…

consommateurs responsables

La typologie des consommateurs 2016 ©Greenflex

Près de 15 % des individus font partie de la catégorie des « changez rien ». Cette catégorie plutôt jeune est la seule qui ne soit pas engagée du tout dans ses actes de consommation, et très centrée sur elle-même.

De l’autre côté de la pyramide, les « exemplaires » et les « en quête de sens », des groupes largement féminins, représentent un quart de la population : engagés dans leurs actes d’achat, ils privilégient les produits bio et écologiques, sont engagés vis-à-vis des ONG ou de leurs pratiques quotidiennes. Ils sont en forte demande d’informations : à l’image des lecteurs de consoGlobe.com ?

Les « écossentiels », plutôt âgés, et les « utilitaristes », plutôt masculins, sont davantage préoccupés par l’aspect financier de la consommation et vont avoir des comportements qui visent à l’économie : bricolage, jardinage, diminution de sa consommation d’eau, privilégier les produits robustes : des actes qui sont eux aussi liés à la consommation responsable.

Des consommateurs en attente d’informations

Plus de 64 % des personnes interrogées sont en demande d’informations sur leurs produits de consommation, qu’il s’agisse de l’impact sur leur santé, sur l’environnement ou sur l’économie. Un besoin fort qui montre que les Français ont besoin d’être rassurés sur leurs pratiques. Ce besoin d’informations est le premier pas vers l’engagement : on se demande d’où vient un produit et on privilégie le local : le mot d’ordre des « locaux-motivés ».

engagement consommateur responsable bio

Le consommateur responsable s’engage de diverses manières © Shutterstock

La recherche d’informations passe essentiellement par Internet : les « connectés », groupe plutôt jeune et préoccupé par les questions environnementales, va attendre des réponses des marques à travers les sites Internet ou les réseaux sociaux.

Des motivations variées

À chacun ses motifs pour consommer autrement : les familles au-dessus de l’axe sont davantage motivées par l’aspect financier : ils rechercheront à réparer, à faire soi-même. Ils sont également à la recherche de produits plus simples et se distancent vis-à-vis des nouvelles technologies et de l’innovation.

La majorité des groupes, en-dessous de l’axe, est motivé en priorité par leur bien-être et celui de leur famille (64 %). D’autres groupes sont mûs par l’intérêt général, ou par la recherche de lien social. C’est le cas des « émoteurs », très impliqués dans l’économie collaborative et les pratiques d’échange.

Quel consommateur responsable êtes-vous ?

Une étude 2016 qui redonne le sourire et qui montre que la consommation responsable a encore de beaux jours devant elle. Et vous, quel consommateur êtes-vous ? Greenflex vous propose de faire le test pour savoir dans quelle famille de consommateur vous vous retrouvez et les leviers pour changer vos pratiques.

Pour en savoir plus : http://consommation-responsable.greenflex.com/

illustration : Le consommateur responsable s’engage de diverses manières © Shutterstock

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. « marre de faire des efforts sans en avoir les bénéfices »

    Quelle belle mentalité à la con !

    Et je parie que ces gens là on des enfants ? Ont ils un peu de matière grise pour se dire que, peut-être, se seront eux (leurs enfants) qui mes verront les bénéfices !

  2. Je me sens encore responsable de ma planète malgré la pression et les discours échevelés et contradictoires.
    Je m’informe, je compare et je choisis ma stratégie conso, et mes minis actions. Consommer local a plus de 80% pour la nourriture. Recyclage systématique, économie d’énergie, don des objets inutilisés etc, etc.
    Quoi faire de plus ? Il arrive que je  »impatiente des leçons données par quelques uns.
    Mais je reste convaincue que mon devoir d’humain c’est de préserver au mieux l’avenir pour ceux qui nous suivent.

  3. 5 termes anglais sur 9, ça a du chauffer dur au marketing. Surtout avec une faute Franglais, c’est « modern » et pas « modernes ».

  4. Eh bien moi je serais plutôt dans la catégorie des « je ne rentre pas dans les catégories à la con ». Autant il y a quelques années, la typologie Ethicity permettait d’expliquer les comportements, autant là, on est dans le grand n’importe quoi. C’est artificiel et ça ne correspond plus à rien.

Moi aussi je donne mon avis