Tabac : la cigarette électronique est-elle moins nocive ?

Rédigé par Annabelle, le 14 Mar 2013, à 15 h 48 min

La e-cigarette serait-elle moins nocive que la cigarette conventionnelle ? Avec le peu d’informations et de recul que l’on a sur la cigarette électronique, on nage en plein brouillard.
Que contient réellement une cigarette électronique ? Doit-on la considérer comme un produit de grande consommation ou comme un dispositif médical lié à l’arrêt du tabac ?

Comme aucune réponse satisfaisante n’a encore été entendue, Marisol Touraine, ministre de la santé a commandité une enquête début mars. En attendant les résultats, voici quelques pistes de réflexion.

Que contient une cigarette électronique ?

CC : leonardrodriguez

CC : leonardrodriguez

La e-cigarette ou cigarette électronique apparue en Chine dans les années 2000 est arrivée en France en 2008. Elle a été l’une des réponses proposées au fumeur pour « mieux supporter » l’interdiction de fumer dans les lieux publics depuis le 1er février 2007.

En effet, le principe de la cigarette électronique est que celle-ci ne rejette aucune fumée. A la place, c’est de la vapeur, aromatisée ou non, que le « e-fumeur » exhale.

Le saviez-vous ? On surnomme vapoteurs les adeptes de la cigarette électronique. Ils seraient 500 000 en France.

Les composants de la cigarette électronique

La e-cigarette comporte 3 éléments :

1. La batterie
Il s’agit en général d’une pile lithium. La batterie sert à alimenter la vaporisation liquide de la nicotine. Elle est plus ou moins grande selon le modèle de cigarette, ce qui fait varier la quantité de vapeur produite. Egalement, la taille de la batterie détermine le poids de la cigarette.
Les batteries peuvent être automatiques ou manuelles. Dans le second cas, il faut appuyer sur un bouton, le switch, pour la faire fonctionner.

e-cigarette

2. L’atomiseur
Appelé aussi vaporiseur ou clearomiseur, il contient une résistance qui va chauffer les e-liquides contenus dans la cartouche.

3. La cartouche ou filtre
Elle contient les e-liquides et parmi eux, le liquide de base qui peut être du propylène glycol (PG), du glycérol ou de la glycérine végétale (VG). La cartouche peut contenir ou non de la nicotine. Enfin, sur certains modèles, il y a possibilité d’ajouter des arômes : tabac, vanille, fruits, etc.
En chauffant, les e-liquides se vaporisent, à une température d’environ 50°C, générant une « fumée artificielle » sans combustion.

Si les substances telles que le PG ou le glycérol sont autorisées dans les cosmétiques, ce n’est pas pour autant qu’elles sont inoffensives.

En outre, on ne sait pas pour le moment quels peuvent être les effets de ces substances sur l’organisme en cas d’inhalation.

*

> suite : Les composants d’une cigarette conventionnelle

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

29 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai fumé en moyenne quinze cigarettes par jour pendant plus de trente ans, avec diverses tentatives d’arrêt qui n’ont jamais duré plus de six mois. Depuis deux ans j’ai complètement arrêté la cigarette grâce au vapotage (liquide à 16 mg de nicotine pendant un an puis 11 mg et maintenant 6 mg) Je précise que j’ai essayé plusieurs produits sans succès, parce que trop agressifs avant de tomber sur celui que j’utilise actuellement, qui est à base de glycérine végétale bio. Il à l’avantage de ne me brûler ni la gorge, ni les poumons. Les résultats ont été indiscutablement positifs pour moi :

    1 – J’ai retrouvé ma capacité respiratoire et ma voix !
    2 – Je suis beaucoup moins « accro » (quand je vapote, c’est une bouffée par ci par là. Vapoter pendant dix minutes serait un supplice. Dès lors l’étude à laquelle vous faîtes allusion part d’un principe faux.)
    3 – L’idée de reprendre une cigarette ne me vient plus à l’esprit.
    4 – Il n’ y a plus d’odeur désagréable chez moi et je n’incommode plus les autres.

    Mais comme pour le reste, il faut apprendre à vapoter sans excès et trouver un liquide non agressif. De plus, pour l’entourage et donc aussi pour soi-même, il est indispensable de trouver un produit au goût léger et ne dégageant aucune odeur.

    Avec tout ça, je sens que je finirai par m’en passer complètement. Mais ça ne me sera pas imposé par les autres . Et ça se fera sans violence …

    Alors à tous ceux qui partent en croisade contre le vapotage en étant convaincus que cette pratique est aussi dangereuse que le tabac, je dis : « vous faîtes fausse route. Au lieu d’aider les fumeurs, vous les rendez hargneux. Quand on fume ça correspond à quelque chose. Et ce quelque chose est différent pour chacun…Alors, comme ça se fait actuellement, il serait peut-être opportun de laisser ceux qui le souhaitent expérimenter ce substitut du tabac, et peut-être cette méthode pour arrêter définitivement toute ingestion de nicotine et retrouver leur indépendance naturelle. »

  2. J’attends avec impatience les statistiques sur les décès comparés et avérés entre les consommateurs de fumées du tabac et les vapoteurs. Curieusement, mon épouse qui a fumé 2 à 3 paquets de Johnson sans filtre pendant 38 ans a arrêté de tousser après trois jours de vape, mes trois filles courent maintenant le double du trajet qu’elles effectuaient du temps de leur tabacfobie, leur dépendance effective pendant des années dès les premières bouffées de fumée et un sevrage serein par la vape en une semaine. Le taux de nicotine est descendu progressivement à 0 en 1 mois à peu près et la fameuse gestuelle n’a presque plus de sens. Je ne retrouve rien de l’article à charge dans le vécu de la famille, nous vivons pourtant depuis toujours sur la même planète. Je ne vape ni ne fume, mais ne voudrai revivre le passé pour rien au monde, toux, cendres, odeurs, fumées,etc. Sans même évoquer le côté financier des traitements médicaux pour les affections respiratoires qui ont chuté drastiquement.

  3. Article tout à fait obsolète et orienté.
    Parcourez les nombreux blogs indépendant de vape avec de vrais spécialistes ( qui citent leurs sources, au passage…) pour vous faire une idée sur le sujet !

  4. je viens de commencés la cigarette elec j’ai tout de suite accrocher je ne suis plus fatiguer après une clope fin bref c’est vraiment cent fois mieux que de fumer du tabac classique résultat j’ai arrêter la clope sa fait deux jours sa ne m’attire plus du tout .(menthe fraîche quel merveille 🙂 )

  5. Moi,je ne fume plus depuis 4 mois alors que j’étais à 25 clopes par jour. 4 mois que je tiens avec une e cigarette!!! J’ai commencé avec 16 mg de nicotine et maintenant je suis à 6 mg . Trop fière de moi!!!
    Le problème c’est que je l’ai au bec toute la journée pratiquement !! Est-ce normal? Je suis inquiète. Mon but c’est d’arriver à 0 de nicotine et aussi de me débarrasser complètement de la cigarette électronique. Mais vais-je y arriver? J’ai vraiment l’impression que je suis passée d’une addiction à une autre. Qu’en pensez-vous ?

    • Je viens de lire ton com et je me permet d’y repondre avec beaucoup d’attention. Comme tu le sais ertainement, nous n’avons certainement pas assez de recul sur l’E-Ciguarette pour pouvoir afirmer avec certitude qu’elle est sans danger. Ceoendant j’ai lu beaucoup de choses sur ce cette ciguarette et je crois en effet que de toutes façons, elle reste tout de même beaucoup moins dangeureuse que la ciguarette classique. Il n’y a qu’a voir la composition d’une ciguarette classque et celle du e-liquide; il n’y a pas photo. LE FAIT QUE TU L4ai toujours au bec comme tu dis est certainement parce que c’est nouveau et que comme chaque chose nouvelle, ont l’adopt toujours avec exageration.Mais c’est comme quelque chose que l’on a peur d’égarer, donc on la garde en main. Je suis devenu adepte de cette solution et je t’assure que je ne m’en porte que miex. Salut

Moi aussi je donne mon avis