Sécurité routière : des arguments en faveur de la limitation de vitesse à 80 km/h

Passer la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes nationales et départementales permettrait-il de réduire le nombre de morts sur la route ? Certains pensent que oui, d’autres non. Une chose est néanmoins certaine : cette mesure aurait un impact positif sur l’environnement.

Rédigé par Audrey Lallement, le 23 Dec 2017, à 8 h 00 min

Face à l’augmentation du nombre de morts sur la route, la Sécurité routière envisage de mettre au point une nouvelle limitation de vitesse. Elle a d’ailleurs adressé une note aux préfets afin de présenter les arguments en faveur de cette mesure.

Limitation de la vitesse à 80 pour limiter le nombre de morts en augmentation depuis 3 ans

Malgré le renforcement des mesures de sécurité routière, le nombre de morts sur les routes ne diminue pas. Au contraire, il augmente depuis 3 ans. Ainsi, en novembre 2017, 281 personnes ont été tuées contre 258 à la même époque en 2016, ce qui représente une hausse de 8,9 %.

Dans une note envoyée aux préfets, la Sécurité routière a confirmé l’augmentation croissante du nombre de morts : +3,5 % en 2014, +2,3 % en 2015, +0,5 % en 2016. Face à ce constat, elle a donné des arguments en faveur de la baisse de la vitesse maximale autorisée (vma) sur les routes à double sens ne disposant pas de séparateur central. C’est pourquoi elle propose que les véhicules roulent à 80 km/h maximum sur les routes bidirectionnelles nationales et départementales, contre 90 km/h actuellement.

La réduction de la vitesse aurait un impact positif sur l’environnement et le porte-monnaie

Cette mesure permettrait « d’orienter durablement la courbe de la mortalité routière à la baisse » et de sauver entre 200 et 400 vies par an. Autre avantage : un réel impact sur l’environnement, avec -30 % d’émissions de gaz polluants et une réduction de la consommation de carburant (15 % selon Bison Futé) qui permettrait aux automobilistes d’économiser « 120 euros par an en moyenne ».

Découvrez les chiffres des recettes des radars en France sur le Planetoscope

Selon Airparif, qui surveille la qualité de l’air en Île-de-France, « Si on s’en tient seulement aux courbes à l’émission, ce qu’émet un véhicule en fonction de sa vitesse, cela a potentiellement un impact assez positif » rapportent nos confrères de LCI. « D’un point de vue épidémiologique, vous n’avez pas d’effets de seuil sur certains polluants tels que les particules, c’est-à-dire que chaque baisse, infiniment petite soit-elle, a un impact direct et positif sur la qualité de l’air et sur la santé ».

Une mesure qui ne fait pas l’unanimité

La réduction de la vitesse sur certaines routes est une piste sérieusement envisagée. Lors d’un déplacement en Seine-et-Marne, Édouard Philippe, le Premier ministre, a d’ailleurs déclaré qu’il se montrait favorable à cette mesure « à titre personnel » et que la décision serait prise en janvier 2018 lors du Comité interministériel de la sécurité routière.

Néanmoins, certains ne sont pas convaincus de l’efficacité de cette baisse de vitesse maximale autorisée. C’est le cas de l’association 40 millions d’automobilistes, qui estime que cela « augmentera encore le nombre d’automobilistes flashés et remplira les caisses de l’État ». L’association cite l’exemple du Danemark, où la vitesse a été augmentée à titre expérimental, ce qui a entraîné une baisse de la mortalité.

Illustration bannière : Panneau de limitation de vitesse © Nikola Barbutov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour, en ce qui concerne l’impact écologique du 80 sur routes, les 15% de baisse selon Bison Futé me paraissent totalement de l’intox !Pour ma part j’ai un véhicule automatique dont le dernier rapport passe à 85 kmh. Donc sur l’intermédiaire inférieur, la vitesse du moteur sera plus élevée. Pouvez vous m’expliquer par quel miracle, un moteur tournant plus vite et pendant plus longtemps, peut il consommer moins que le même moteur tournant moins vite et pendant moins longtemps ? Et ceci sera vérifiable sur une majorité de véhicules, mises à part peut être les petites citadines. En boite manuelle ce ne sera pas mieux car le moteur sera en sous régime, ce qui n’est bon ni pour la mécanique, ni la consommation.
    Quant à l’argument économique c’est également de la poudre aux yeux, car même si c’était vrai, cela occasionnerait une baisse de rentrées fiscales, due à la baisse de consommation, qui serait rapidement compensée par une hausse des taxes !
    Si le but était vraiment de sauver des vies, comment expliquez vous qu’absolument rien ne soit fait pour prévenir et diminuer les accidents de la vie qui tuent…..6 fois plus que la route ? Mais pas mal de personnes âgées en sont victimes et ça c’est plutôt bon pour les caisses de retraite !
    Cordialement. DC

  2. Bonjour,
    Opinion intéressante et défendable, certes! Néanmoins ce n’est pas le problème principal de la mobilité routière! L’insécurité routière et les pollutions sont avant tout causées par les comportements routiers inadaptés dont les vitesses excessives! Le principal est que la réglementation soit respectée! La route doit cesser d’être un domaine de non droit! Il faut faire respecter ce qui existe avant d’imaginer de nouvelles règles! Les autorités doivent être responsable et mettre le réseau routier sous contrôle. Lorsque je circule en Chine, le système est simple. Des caméras enregistrent le passage des véhicules et la vitesse est calculée par section. Les vitesses excessives sont automatiquement repérées et sanctionnées! Une autre solution efficace est le feu espagnol! Des feux indépendants qui passent au rouge lorsque le véhicule qui s’en approche est en survitesse! Doublé d’une caméra, il est très efficace car celui qui poursuit sa route est verbalisé pour un simple franchissement de feu rouge. MMS

Moi aussi je donne mon avis