RBR 2020, la nouvelle réglementation (pas que) thermique

Rédigé par Annabelle, le 3 Nov 2013, à 11 h 30 min

La RT2012 va bientôt laisser place à une nouvelle réglementation, mais celle-ci ne portera pas uniquement sur l’aspect thermique. Prochainement, les bâtiments devront répondre aux normes RBR 2020, pour Réglementation Bâtiment Responsable, qui prend en compte la qualité de l’air intérieur, une vraie nouveauté.

Des bâtiments plus performants et plus sains

Il y a 2 ans presque jour pour jour, la RT2012 entrait en vigueur. Elle se démarquait des réglementations thermiques précédentes en imposant un objectif global, en réclamant une consommation maximale de 50 kw/m².an d’énergie primaire.

Pour rappel, la RT2012 s’articulait sur 3 axes :

  • La consommation énergétique du bâtiment
  • L’efficacité énergétique du bâti
  • Le confort d’été dans les bâtiments non climatisés.

>>> Pour en savoir plus : Habitat. La RT 2012 entre en vigueur

Avec la RBR 2020, la question thermique n’évolue pas. En revanche, les problématiques d’énergie renouvelable et de diminution des GES seront davantage mises en exergue.

Ainsi, là où la RT2012 exigeait une consommation maximale d’énergie primaire par m², la RBR 2020 tiendra aussi compte d’un poids carbone par m². Avec cette nouvelle réglementation plus globale, c’est la performance environnementale des bâtiments (ressources, déchets, air, eau, énergie grise…) soit tout son cycle de vie qui sera pris en compte. Cela impliquera un recours plus systématique aux matériaux écologiques.

Un autre aspect essentiel de la RBR 2020 est celui de ne plus faire l’impasse sur la qualité de l’air intérieur. Ce point est en effet crucial puisque il impacte directement la santé des habitants et leur bien-être. Qualité de l’air intérieur et isolation phonique sont 2 postes qui faisaient défaut aux précédentes réglementations thermiques.

Des questions en suspens

photovol16Jusqu’à aujourd’hui, on s’est penché sur la performance individuelle des bâtiments. Le groupe de réflexion sur la RBR 2020 tente de redéfinir le bâtiment à énergie zéro : sera-t-il un bâtiment à énergie positive ou fera-t-il partie d’un ensemble de bâtiments, à l’échelle d’un quartier ou même d’une ville, qui produira plus d’énergie qu’il n’en consomme ?

Autre interrogation, celle de la consommation d’énergie renouvelable. Aujourd’hui, il est plus rentable de revendre l’énergie qu’on a produite soi-même grâce au photovoltaïque ou à l’éolien.

Qu’en sera-t-il demain, l’énergie renouvelable produite sera-t-elle consacrée à l’auto-consommation ou sera-t-elle entièrement réinjectée dans le réseau national ?

Le groupe de travail sur la RBR 2020 a débuté ses réflexions en janvier 2012. Il reste encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre l’objectif de bâtiments totalement décarbonés.

 

*

Je veux témoigner

Sur le même thème : 

 

Image à la une : CC ALexandre PRévot

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. Je crois que la RT 2012 est allée déjà trop loin avec des objectifs de consommation irréalistes, il serait temps de calmer le jeu ! La qualité de l’air est déjà très bonne avec la VMC simple flux et encore meilleure avec une double flux car équipée de filtre, je ne vois pas trop où est le problème. Quant au bruit c’est une autre réglementation déjà existante qui s’applique.
    Avant d’en créer une autre, il faut vérifier déjà les impacts de la RT 2012 qui a renchéri beaucoup le coût de construction avec une rentabilité négative. Il faut viser l’optimal et non satisfaire des délires irréalistes des écologistes déconnectés des réalités !

  2. C’est bien beau de faire des maisons à moindre consommation, sans ondes électromagnétiques, …
    Mais pense-t-on aussi aux personnes qui veulent faire construire une maison, surtout les primo-accédants. Qui leur donne l’argent à dépenser en plus pour faire tout cela. Déjà avec la RT2012, le coût des maisons a pris 10 à 15%¨(et je pense être léger). Avec cette nouvelle réglementation, combien vont-elles prendre?
    Comme quelqu’un l’a dit plus haut, faites en des recommandations et non pas des obligations. Les personnes qui ont l’argent le feront et les nouveaux accédants feront du mieux qu’ils peuvent.
    Ou alors tout simplement, demander aux constructeurs de maison, ou aux fournisseurs, de ne pas répercuter cette augmentation, voir même à l’état de baisser toutes ces taxes qui pèsent.

  3. c’est une réalité affligeante, manque de couleur, expression permanente des fautes de gout,on est dans les produits naturels, écologiques, non nocifs, non toxiques, et le combat pour le prix juste. Et l’humain d’abord.
    il y a tout à faire, mais chaque jour nous prouve qu’on est moins seul dans cette quête légitime.

  4. Et si on prenait en compte aussi la responsabilité esthétique, au lieu de faire de nos villes des horreurs dépressogènes abominables (à l’image de l’horreur prise en photo qui sert d’exemple ici). On pourrait par exemple bannir le béton de la construction d’habitation : quel énorme progrès ce serait !

  5. bonjour,
    Toujours des règlements, des contraintes, ce apporte des dépenses souvent importantes en frais de contrôle, il serait plus simple d’en faire des recommandations, vu le prix de l’énergie les gens qui construisent sont dans l’obligation de viser des économies !
    Il en a toujours était ainsi depuis la nuit des temps, même bien avant le pétrole.

    J’ai d’ailleurs remarqué que dans le prix d’une maison le matériau le plus dispendieux étaient les taxes, redevances, impôts, frais d’études, de contrôles, (seuls les honoraires d’un architecte sont justifiés). sans oublier les frais financiers dans la majorité des cas.

  6. Il est bien dommage que l’énergie grise ne soit pas prise en compte. L’énergie grise c’est celle nécessaire à la production d’un matériaux (et son transport?) et dans bien des cas elle est supérieure à celle que le matériau en question permettra d’économiser. Ainsi une maison RT 2012 à 50 kWh/M2/an consomme plus d’énergie grise que celle qu’elle consomme sa vie durant.

  7. c’est très important pour nous de savoir quelle est la maison saine en bois ou en béton ,briques ?? à étudier ainsi les pollutions électromagnétiques :portable ,wifi ??laquelle sera anti ondes ??
    IL FAUT SAVOIR qu’il faut mieux avoir la maison en bois massif mais à quel prix ?? fournisseur ??
    nous sommes équipés AUX APPAREILS filaires même le téléphone , modem.

  8. ce qui est regretable, c’est que la pollution electromagnetique ne soit pas prise en compte (attenuation de defenses immunitaires)… une maison en bois est plus nocive qu’en beton ou briques… meme sans aller aussi loin, l’interdiction du wifi allume en permanence, via des box qui sont top puissantes, sans precautions d’utilisation, devrait etre interdit. en rt 2010, le cablage est obligatoire, mais pour favoriser l’allumage du wifi, les operateurs offrent des tablettes qui ne marchent qu’en wifi afin de laisser en route les hotspots (wifi dedie aux autres utilisateurs que soimeme…). quand certains se rendront compte que leurs migraines, fatigues, nausees (…) viennent du wifi, ils comprendront ce message…

    • Vous pouvez developper sur “une maison en bois est plus nocive qu’en beton ou briques…” , j’avoue que je ne saisis pas trop..

    • Sans vouloir me substituer à Marc, mais au cas où il ne reviendrait pas sur cette page, je puis vous dire que le bois laisse effectivement très bien passer les champs électromagnétiques, contrairement à la brique ou au ciment qui sans les stopper les atténuent un peu.
      Donc, plus que toute autre, la maison en bois doit être équipée d’un réseau de fils blindés (la phase suffit)pour les champs électriques, et torsadés entre eux (phase et neutre)pour les champs magnétiques.

Moi aussi je donne mon avis