Un radiateur électrique performant ? Oui, c’est possible

C’est le moment de réaliser des travaux de chauffage dans la maison et donc de réfléchir à toutes les options que l’on trouve sur le marché. Parmi elles, les radiateurs électriques : d’installation simple et rapide, cette solution peut aussi séduire par son investissement de départ peu onéreux et son prix d’utilisation non dépendant des énergies fossiles. Faisons un petit tour d’horizon des modèles disponibles à ce jour.

Rédigé par Stephen Boucher, le 25 May 2016, à 10 h 00 min

Le chauffage constitue un investissement sur le long terme, qu’il peut être intéressant de planifier avant le retour de l’hiver. Il est donc essentiel de parfaitement bien se renseigner avant de s’engager. Pour vous aider à faire votre choix, nous vous expliquons les paramètres à surveiller, dont la technologie et la puissance.

Les différents types de radiateurs électriques

Convecteur électrique, panneau rayonnant et radiateur à inertie, il existe une multitude de radiateurs électriques, mais ils ne se valent pas tous. Une petite mise au point s’impose sur les quatre principales familles.

Les convecteurs

L’air froid s’introduit dans la partie inférieure. Une résistance électrique le réchauffe, puis le rejette dans la pièce. Les anciens modèles de convecteur que certains appellent « grille-pain » sont assez rudimentaires et ne proposent pas de régulation précise. Résultat : des déperditions de chaleur, appelées « trains de chaleur », surviennent.

Radiateur électrique convecteur

Radiateur convecteur © Desiart Shutterstock

Avec ce genre d’appareils de chauffage, le confort est aléatoire et les dépenses difficilement maîtrisables. De plus, lorsque la température des éléments chauffants est élevée, des odeurs de poussières calcinées et un phénomène d’assèchement de l’air peuvent être incommodants.

Les panneaux rayonnants

Les radiateurs électriques rayonnants se composent d’une plaque chauffée grâce à une résistance. La façade diffuse, ensuite, la chaleur sous forme de rayonnement. Grosse ombre au tableau : ils sont gourmands en électricité.

Radiateur électrique rayonnant

Radiateur électrique rayonnant © ktynzq Shutterstock

Les radiateurs à accumulation

Appelé également radiateur accumulateur, il stocke la chaleur durant la nuit, au moment où les tarifs d’électricité sont les moins élevés. La manne d’énergie accumulée se diffuse au fur et à mesure de la journée. En période de grands froids, ce modèle de radiateur électrique perd en efficacité : la chaleur emmagasinée est, en effet, parfois insuffisante pour tenir jusqu’aux heures creuses. À l’inverse, cette chaleur sera gâchée si elle n’est pas utilisée.

Les radiateurs à inertie

Appréciée pour sa chaleur douce, cette technologie procure un confort thermique agréable. Il existe deux types de modèles :

Radiateur  © SP-Photo Shutterstock

Radiateur à inertie fluide © SP-Photo Shutterstock

  • Dans le premier, dit « à inertie fluide », un fluide caloporteur circule dans un circuit à l’intérieur du radiateur afin de diffuser la chaleur. À l’usage, des fuites peuvent survenir au niveau des joints et des soudures.
  • Le deuxième modèle, le radiateur à inertie sèche, se compose d’un coeur de chauffe en fonte ou en céramique. Les radiateurs Aterno, par exemple, utilisent la brique réfractaire en céramique.

La puissance idéale, pour un chauffage électrique efficace

La puissance de votre radiateur constitue un critère essentiel pour avoir bien chaud durant la saison hivernale. En effet, en sous-régime, vous aurez tendance à augmenter constamment le thermostat, et en sur-régime, vous ne chaufferez pas mieux. En plus, dans les deux cas, votre installation consommera beaucoup plus d’énergie qu’avec un radiateur adapté.

Plusieurs éléments sont à prendre en compte dont les dimensions de votre pièce. En règle générale, le technicien chauffagiste compte entre 70 et 100 W par m2 pour une hauteur de plafond standard (2,50 m) et une habitation parfaitement isolée. Ces chiffres fluctuent également en fonction du climat de votre région de résidence. Par exemple, pour une surface de 10 à 15 m2 soit un volume approximatif de 35 m3, la puissance recommandée sera de 1 000 W. À noter, si les dimensions de la pièce sont supérieures à 30 m2, il est préconisé d’installer deux radiateurs. Il existe également des cas particuliers comme les mezzanines, les couloirs ou les pièces en L, par exemple.

Le mieux : faire appel à un professionnel habilité afin d’établir un bilan complet.

Les certifications, un gage de qualité

Les produits de qualité sont estampillés de plusieurs certifications  :

  • La certification CE : l’ensemble des fabricants sont dans l’obligation de se conformer aux différentes normes de sécurité imposées par les institutions européennes.
  • La certification NF Électricité : attribuée par un organisme indépendant, l’AFNOR, elle garantit la conformité des appareils électriques et atteste de leurs performances réelles. Radiateur électrique certification NF électricité
  • L’Indice de Protection (IP) : Cet indice se compose de deux chiffres. Le premier indique le niveau de protection contre les solides (essentiellement les poussières). Il varie entre 0 à 6. Pour les radiateurs, il est, généralement, de niveau 2. Le deuxième signale la protection contre les éclaboussures de liquides. Il oscille entre 0 et 9.

Pensez-vous que le chauffage électrique n’a plus la côte ?

D’après l’ADEME, 31 % des logements français, individuels ou collectifs, sont équipés d’un chauffage électrique. Certains radiateurs électriques peuvent donc s’avérer être des systèmes performants, notamment ceux à inertie sèche. Mais gardez toujours en tête que sans une bonne isolation et des systèmes de régulation, il n’y a de chauffage efficace, électrique ou autre.

Illustration bannière : Radiateur électrique, gros plan- © Mateusz Papiernik Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. PS : j’ai oublié, lorsqu’on dit : « les locataires n’ont guère le choix du chauffage, il est certain qu’on ne peut faire autrement que de prendre le chauffage qu’il y a, ou alors, chercher un logement qui possède le chauffage qu’on souhaite.

    On entend souvent dire que le chauffage au gaz est moins cher, oui mais il ne faut pas oublier les frais fixes : abonnement, entretien chaudière (indiqué précédemment), donc si on a un petit logement, le chauffage au gaz va revenir plus cher au final que de l’électrique, par contre pour un logement plus grand, ça s’inverse.

    Et lorsqu’on nous parle de logement économiques en chauffage, c’est bien précisé que seule la consommation est prise en considération, à l’exclusion des frais d’abonnement et d’entretien, et 300 euros d’écart sur l’année, ça joue. Et pour un tout petit logement (il existe des studios de 20 m2 avec chauffage central au gaz) les frais fixes vont coûter plus cher ou aussi cher que la conso;

    Donc ne nous faisons pas trop d’illusions.

    Lorsqu’on a la chance d’avoir le soleil qui tape tout l’après midi, en hiver, ça c’est intéressant, c’est du chauffage gratuit, à condition d’ouvrir les volets, on voit des gens qui ont un logement plein sud qui laissent les volets fermés toute la journée en hiver. ça ce n’est pas écolo.

  2. Merci Anne de cet éclairage. Mais vous nous laissez sur notre faim : qu’en est-il de ces pompes à chaleur air air qui consomment moins ?
    Bon nombre de locataires n’ont pas trop de possibilités ni en terme de choix de chauffage ni d’isolation. Alors que leur conseiller ?

    Bien cordialement

    • bonjour, Il n’y a pas que les locataires qui n’ont pas le choix du chauffage, lorsqu’on achète en copropriété, on est obligé de prendre le chauffage prévu. Actuellement le chauffage par radiateurs électrique est banni avec la RT 2012, alors on a soit du chauffage collectif qui parfois dessert tout un quartier avec une grosse chaudière à bois déchiqueté, ou une chaudière gaz collective pour le bâtiment. Parfois il y a des petites chaudières individuelles au gaz. Mais alors là, on a 200 euros d’abonnement au gaz et 100 euros pour l’entretien chaudière payable par l’occupant du logement, et j’allais oublier 40 euros pour l’ouverture du contrat. Donc la première année sans la moindre conso, on a déjà 340 euros de frais fixes, et ceci que le logement fasse 25 m2 ou 90 m2…

      Il est un peu stupide, dans des logements récents super isolés et de petite surface : inférieur à 40 m2 de ne pas tolérer du chauffage électrique bien conçu et bien installé, quitte à taxer davantage au delà d’une certaine consommation.

      Pour les PAC AIR/AIR, c’est en quelques sortes une clim qui peut être utilisée en chauffage (certaines sont bloquées pour ne faire que chauffage). Mais en copropriété, ce n’est pas évident à installer car il faut l’accord de la copropriété, à moins que ce ne soit prévu à l’origine et que les logements en soient équipés. ça utilise bien de l’électricité mais en moyenne 3 à 4 fois moins que des radiateurs électriques.
      Par contre, celui qui a une maison particulière, il peut faire ce qu’il veut, mais en faisant attention que ça ne puisse nuire au voisins (notamment bruit, vibrations si c’est trop près du voisin et si c’est pas bien installé.)

      Ce système est connu et plus répandu dans le sud que dans le nord, même s’il y en a un peu partout, car les dernières sont encore plus performantes notamment en région froide.

  3. Lorsque vous parlez de radiateurs à inertie, vous montrez un radiateur à bain d’huile (qui est un radiateur d’appoint sur le même principe que les radiateurs à fluide caloporteur, ou les radiateurs avec coeur en fonte ou avec stéatite, céramique etc… Pour tous ces radiateurs, la résistance chauffe soit un liquide, soit un solide, ce qui permet de stocker un peu de chaleur un moment. Cette chaleur diminue progressivement et au bout de 20 ou 30 mn selon que le thermostat les a fait chauffer plus ou moins longtemps, ils redeviennent froids si on a coupé l’alimentation.

    Il ne faut pas perdre de vue que, seule la résistance produit la chaleur, le liquide ou le solide ne multiplie pas les calories produites par la résistance, sinon ce serait un miracle.

    Ils offrent un meilleur confort (surtout pour une utilisation sur plusieurs heures que les simples convecteurs. Ces derniers seraient plutôt mieux pour un chauffage ponctuel de courte durée, car ils montent rapidement en température.

    Les radiateurs à accumulation, c’est autre chose. Les plus petits pèsent au moins 200 kg, l’essentiel du poids étant constitué par des briques réfractaires.
    On les fait chauffer (donc consommer du courant) la nuit en tarif heures creuses un peu moins cher qu’en heures pleine, mais de moins en moins intéressant. Et vu leur masse, ils peuvent dissiper la chaleur toute la journée, on peut les régler pour qu’ils chauffent plus ou moins fort.

    Ils sont en perte de vitesse depuis quelques années.
    Pour les radiateurs électriques on prévoit 100 watts/m2 ou 40 watts/m3 pour isolation moyenne, et il vaut mieux deux petits radiateurs qu’un plus gros afin de mieux répartir la chaleur. (deux radiateurs de 1000 watts plutôt qu’un de 2000 watts).
    Et bien sûr, on ne le répètera jamais assez, il faut une bonne isolation

    Il ne faut pas trop se ruiner pour des radiateurs électriques. Qu’ils soient à fluide, à stéatite, céramique et j’en passe, le rendement est le même au final : ceux qui gardent la chaleur plus longtemps ont mis plus de temps à chauffer ou restituent moins bien la chaleur, il ne faut pas trop se laisser raconter d’histoires. Et les radiateurs à inertie avec une surface rayonnante, ça contente le client : il sent rapidement la surface chaude, mais cette résistance surfacique va occuper 500 watts sur un radiateur de 1500 watts, donc il ne restera que 1000 watts pour la partie inertie…. Pas terrible.

    Il faut parler aussi des PAC AIR/AIR, à peu de chose près clim reversible inverter qui consomment nettement moins que des radiateurs (en moyenne 3 fois moins que les radiateurs).

  4. Lorsque vous parlez de radiateurs à accumulation, vous montrez un radiateur à bain d’huile (qui est un radiateur d’appoint sur le même principe que les radiateurs à fluide caloporteur, ou les radiateurs avec coeur en fonte ou avec stéatite, céramique etc… Pour tous ces radiateurs, la résistance chauffe soit un liquide, soit un solide, ce qui permet de stocker un peu de chaleur un moment. Cette chaleur diminue progressivement et au bout de 20 ou 30 mn selon que le thermostat les a fait chauffer plus ou moins longtemps, ils redeviennent froids si on a coupé l’alimentation.

    Il ne faut pas perdre de vue que, seule la résistance produit la chaleur, le liquide ou le solide ne multiplie pas les calories produites par la résistance, sinon ce serait un miracle.

    Ils offrent un meilleur confort (surtout pour une utilisation sur plusieurs heures que les simples convecteurs. Ces derniers seraient plutôt mieux pour un chauffage ponctuel de courte durée, car ils montent rapidement en température.

    Les radiateurs à accumulation, c’est autre chose. Les plus petits pèsent au moins 200 kg, l’essentiel du poids étant constitué par des briques réfractaires.
    On les fait chauffer (donc consommer du courant) la nuit en tarif heures creuses un peu moins cher qu’en heures pleine, mais de moins en moins intéressant. Et vu leur masse, ils peuvent dissiper la chaleur toute la journée, on peut les régler pour qu’ils chauffent plus ou moins fort.

    Ils sont en perte de vitesse depuis quelques années.
    Pour les radiateurs électriques on prévoit 100 watts/m2 ou 40 watts/m3 pour isolation moyenne, et il vaut mieux deux petits radiateurs qu’un plus gros afin de mieux répartir la chaleur. (deux radiateurs de 1000 watts plutôt qu’un de 2000 watts).
    Et bien sûr, on ne le répètera jamais assez, il faut une bonne isolation

    Il ne faut pas trop se ruiner pour des radiateurs électriques. Qu’ils soient à fluide, à stéatite, céramique et j’en passe, le rendement est le même au final : ceux qui gardent la chaleur plus longtemps ont mis plus de temps à chauffer ou restituent moins bien la chaleur, il ne faut pas trop se laisser raconter d’histoires. Et les radiateurs à inertie avec une surface rayonnante, ça contente le client : il sent rapidement la surface chaude, mais cette résistance surfacique va occuper 500 watts sur un radiateur de 1500 watts, donc il ne restera que 1000 watts pour la partie inertie…. Pas terrible.

    Il faut parler aussi des PAC AIR/AIR, à peu de chose près clim reversible inverter qui consomment nettement moins que des radiateurs (en moyenne 3 fois moins que les radiateurs).

Moi aussi je donne mon avis