Comment remédier à la procrastination ?

À l’origine, nous devions publier cet article hier. Finalement, procrastineurs que nous sommes, nous ne le faisons qu’aujourd’hui !

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 7 Mar 2021, à 11 h 14 min
Comment remédier à la procrastination ?
Précédent
Suivant

Renvoyer un formulaire, débarrasser le grenier, appeler son assurance… On se passerait bien de toutes ces corvées ! Certains adoptent la technique du « plus vite commencé, plus vite terminé », quand d’autres repoussent sans cesse au lendemain. Ces derniers, les procrastinateurs, sont souvent jugés. Mais après tout, ont-ils vraiment tort ?

Définition de procrastiner

Ne jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même. Cette phrase, les adeptes de la procrastination l’ont entendue plus d’une fois.

Procrastination maladie ou signe d’autre chose ?

Le terme procrastination vient du latin procrastinatio : pro signifie « en avant » et crastinus est un dérivé de cras qui veut dire « demain ». La procrastination désigne donc cette tendance à remettre au lendemain.

Nous avons tous et toutes tendance à remettre des tâches qui nous semblent pénibles. Mais les procrastinateurs reportent de façon systématique des tâches ou des activités qui sont pourtant prioritaires.

La procrastination, pas si mauvaise !

De plus en plus d’études se rangent du côté de la procrastination. Celle-ci pourrait même avoir des bienfaits sur la créativité, la concentration et la façon de travailler.

En effet, procrastiner peut aider à prendre du recul, avoir le temps de réfléchir avant d’agir et pousser à se concentrer davantage puisqu’il reste moins temps pour accomplir la tâche !

Dans certains cas, la procrastination permet d’éviter de passer par des étapes parfois inutiles en allant droit au but, avec gain de temps à la clé.

Si la procrastination n’est pas une maladie, elle peut être le signe d’autres troubles.
Ainsi, les psychologues établissent un lien entre la procrastination et les troubles de l’anxiété, le perfectionnisme, une faible estime de soi ou une personnalité impulsive. Elle peut aussi être liée à une peur de l’échec ou à l’inverse, une peur de la réussite.

Le vrai problème : se sentir coupable

procrastination

Les procrastinateurs sont jugés – © Aggapom Poomitud

Le problème avec la procrastination tient souvent au regard de l’autre. L’entourage peut avoir tendance à cataloguer le procrastinateur comme quelqu’un de paresseux. C’est surtout cet aspect qui peut être pesant pour la personne.

Le stress l’envahit et surtout, un grand sentiment de culpabilité. Ceci n’est pas sans conséquence. Selon des études publiées par le Journal of Behavioral Medicine, la procrastination chronique cause un stress rendant plus vulnérable à certains problèmes de santé tels que maux de tête, troubles digestifs, troubles du sommeil, états grippaux, etc.

Heureusement, il existe des méthodes ou astuces pour arrêter de procrastiner !

Se débarrasser tout de suite de la tendance à procrastiner

Le fait de procrastiner peut tenir à une simple erreur de jugement. On se dit que cette tâche peu attirante ne devrait prendre que deux minutes. On a donc tout le temps pour la réaliser. Les distractions également jouent un rôle important : avoir un écran sous le nez en permanence contribue largement à nous détourner du droit chemin !

Des astuces pour arrêter de procrastiner

La première chose à faire qui peut aider est sans doute d’identifier ce qui fait peur pour mieux l’appréhender. Est-ce que cela relève du perfectionnisme, d’une forme de découragement, d’un sentiment d’urgence ? Si l’exercice est difficile à faire seul, on peut faire appel à un thérapeute ou un spécialiste des TCC. Les thérapies cognitives et comportementales sont très indiquées dans ce cas de figure.

Ensuite, comme l’environnement peut pousser à la procrastination, mieux vaut, autant que possible, fuir les distractions.

Enfin, tout long voyage commençant par un simple pas, une façon de rendre la tâche redoutée moins impressionnante est de la découper en plusieurs mini tâches. On aura tout de suite moins l’impression de s’attaquer à une montagne.

procrastination

Éviter les distractions – © Motortion Films

Dans tous les cas, surtout, ne pas oublier de se récompenser ! De cette façon, on peut se dire : si je m’occupe dès maintenant du changement d’adresse de ma carte grise, je m’offre un petit quart d’heure de vidéos de chats sur YouTube.

S’inspirer des sagesses traditionnelles

En japonais, kincho signifie stress. Il renvoie à la mise en tension de la corde de l’arc. Pour atteindre sa cible, l’archer ne fait qu’un avec son arc. Son corps et son esprit doivent être soumis à la juste tension pour que la flèche atteigne sa cible.

C’est ce que cette sagesse japonaise nous enseigne. Maîtrisé, le stress est ce qui va aider à propulser l’idée jusqu’à sa réalisation. Se soumettre à la juste quantité de stress est un moyen d’éliminer cette tendance à procrastiner pour passer à l’action. Le kincho, comme d’autres méthodes, permet d’accéder à ses ressources intérieures.

Et vous, êtes-vous du genre à reporter tout au lendemain ?

Illustration bannière : Procrastiner signifie remettre au lendemain – © Lisa-S
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis