Le saviez-vous : lorsqu’une mouche tombe dans un verre, mieux vaut que ce soit un mâle !

L’expérience scientifique paraît amusante, mais les conclusions sont intéressantes et nous en apprennent beaucoup sur la perception du monde animal par les humains. Pourquoi une mouche femelle tombée dans un verre gâche-t-elle tout le contenu de la boisson ?

Rédigé par Maylis Choné, le 20 Nov 2017, à 11 h 20 min

Les scientifiques suédois ont procédé à plusieurs expériences et leurs résultats sont formels : une mouche femelle gâche le contenu d’un verre quand elle y tombe. Ce n’est pas le cas pour les mâles.

Le contenu d’un verre gâché par une mouche femelle

L’expérience menée par les scientifiques Peter Witzgall and Paul Becher de l’université des sciences agricoles d’Uppsala en Suède peut sembler légère. En réalité, les résultats qu’ils ont obtenus sont très révélateurs sur l’interaction et le lien des humains avec le monde animal et en particulier avec les mouches.

Lire aussi : Ces insectes – et poils de rat – qu’on mange sans le savoir

L’idée de départ est simple : il s’agissait de comprendre pourquoi lorsqu’une mouche mâle tombe dans un verre, le contenu n’est pas altéré alors que les femelles de la même espèce gâchent toute la boisson.

Les chercheurs ont procédé à plusieurs tests avec des experts allemands du vin. Lors de la dégustation, certains verres contenait du vin où avaient été plongés des femelles pendant 5 minutes, d’autres avaient contenu des mâles, tandis que les derniers étaient parfaitement préservés du contact des insectes. En à peine quelques secondes les spécialistes ont su détecter les verres dont le contenu avait été visité par des femelles. Comment cela est-il possible ?

mouche tombée dans un verre, verre de vin

© Africa Studio

Des phéromones très puissantes

Plus concrètement, les experts ont senti les phéromones laissées par la femelle – pour attirer les mâles – dans les verres. Un nanogramme de phéromones a suffi pour que les experts estiment que le goût du vin soit devenu « désagréable ». Goûté ou senti ? On parle bien d’odeur car les phéromones n’ont pas de goût. Et l’odeur paraît plutôt intense et tenace car même après le lavage du verre, elle n’a pas disparu totalement.

Un simple contact, même très rapide, de la femelle avec le contenu du verre suffit car les phéromones sont présentes sur toute la surface de son corps. « Nous pensons qu’il est intéressant de comprendre que les mouches et les humains sont très sensibles au même composé » termine Paul Becher.

Illustration bannière : Mouche noyée dans un verre – © capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis