Pourquoi et comment nourrir les oiseaux en hiver ?

Rédigé par Annabelle, le 17 Dec 2012, à 16 h 38 min

Nous entrons dans l’hiver qui est une période délicate pour nos amis les oiseaux. Les conditions climatiques comme le gel par exemple limitent l’accès à la nourriture pour les volatiles. De plus, les journées très courtes restreignent le champ d’action pour partir en quête d’insectes, de baies ou de graines.

Les oiseaux sont très vulnérables pendant l’hiver

Les oiseaux craignent moins la baisse de température que le manque de nourriture pendant l’hiver. Les sources d’alimentation faisant défaut, ils sont moins armés pour lutter contre le froid. La neige et le gel rendent l’accès aux larves d’insecte, aux baies et aux graines beaucoup plus difficile. Saviez-vous qu’une mésange peut perdre 10 % de son poids, en une seule nuit ?

Comment fabriquer une mangeoire pour les oiseaux ?

Fabriquer une mangeoire est simple, ludique donc une activité à prévoir pour les vacances avec les enfants, et cela ne demande pas grand-chose. Il vous suffit d’un peu de matériel de récup’ et de suivre le mode d’emploi !

Munissez-vous de :

  • 1 bouteille en plastique, vide et propre
  • 1 cutter
  • 1 morceau de ficelle (assez épaisse, elle doit être résistante)
  • 1 tournevis
  • 1 poinçon (ou tout outil capable de percer des petits trous)

Découpez à environ 5 cm de la base de la bouteille un petit rectangle (à peu près 8 cm sur 5) qui servira d’ouverture.
Rabattez légèrement le bord inférieur vers l’extérieur. La languette ainsi formée fera office « piste d’atterrissage » pour les oiseaux.
Percez 2 petits trous près du goulot afin d’y faire passer la ficelle.

Pour une version « luxe », vous pouvez ajouter un petit perchoir. Pour cela, il suffit de percer 2 trous de part et d’autre de la bouteille, et d’y glisser une longue vis (15 à 20 cm).
Déposez la nourriture au fond de la bouteille.

Et voilà ! Il ne vous reste plus qu’à trouver un endroit dans un coin tranquille du jardin et hors de portée des animaux de la maison. Il est conseillé de nourrir les oiseaux à fréquence régulière. En outre, attendez que le froid s’installe vraiment afin de ne pas rendre les oiseaux dépendants de vous. De même, stoppez la nourriture vers la fin mars, au retour du printemps.

*

La suite p.2> Quelle nourriture pour les oiseaux ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

19 commentaires Donnez votre avis
  1. dans mon jardin je nourris les oiseaux tout l’hiver avec des boules de graisse et des graines adaptées j’ai bien sûr des moineaux, des mésanges, pie, merle, rouge gorge , rouge queues,de temps en temps des huppes, tourterelle, pigeons et plus récemment des choucas des tours qui sont beaux comme tout ils sont des dizaines et cela me remplit de joie de pouvoir les aider lorsqu’il viennent tous manger sur la pelouse du moins ce qu’il en reste en hiver et la fontaine pour les désaltérer ou je casse la glace quand il gèle ce qui est assez rare dans la région il faut les aider

  2. On nourrit les oiseaux seulement à la période de l’année la plus critique pour eux. Il ne faut pas oublier, comme cela a été dit, que l’homme détruit, bien souvent, leur nourriture et leur habitat. Pour moi il est nécessaire de rétablir un certain équilibre, avant qu’il ne soit trop tard.

  3. Merci pour votre article très instructif.

    lili

  4. Je nourri chaque année les oiseaux en hiver tous les jours, et dernièrement j’ai discuter avec un ornithologue qui ma dit qu’il ne fallait le faire que lorsque la neiges ou le gel les empêcher d’accéder a leurs nourriture habituelle. Il ma dit quand les nourrissant en dehors de c’est jours la se n’étais pas leurs rendre service et que cela étais dangereux pour eux (transmission de maladies mortelle)et surtout ne pas donner des reste de nourritures et pas de pains, très mauvais pour eux.

  5. BIEN SUR QU’IL FAUT AIDER LES OISEAUX L HIVER …….C’EST TELLEMENT EVIDENT !!!!!!!!!!!!! JE NE COMPRENDS PAS LES PERSONNES QUI DISENT LE CONTRAIRE ……….N AIDONS-NOUS PAS LES GENS PAUVRES L HIVER AVEC LES ORGANISMES TELS QUE “RESTO DU COEUR” etc ALORS………….. MOI JE LE FAIS CHAQUE HIVER ET JE CONTINUERAI. MERCI

  6. j’ai toujours donné à manger aux oiseaux l’hiver
    c’est un spectacle merveilleux de les voir les uns après les
    autre picorer tout ce mélange de graines
    c’est un vrai bonheur

  7. Si vous aimez voir faune et flore sauvages dans votre jardin et protéger la biodiversité, découvrez comment les accueillir avec les Jardins de Noe et rejoignez un réseau de jardiniers soucieux de préserver notre environnement !

  8. non, pas de vis (métallique) comme perchoir.. .en cas de gel, c’est une atroce façon d’accueillir ses hôtes ! => un bout de bois, de branche, qui plus est, recyclable fera très bien l’affaire.

    je m’interroge sur la graisse qui compose les boules à donner aux oiseaux, vendues en grandes surfaces : est-on en train d’empoisonner les oiseaux de nos contrées à l’huile de palme ? Quelqu’un aurait un début de réponse ?

    Quand a savoir s’il faut les nourrir : il n’y a qu’à écouter les personnes qui ont un arbre fruitier et qui râlent sur ce que leur volent les oiseaux, pour comprendre que “oui”. => comment peut-on penser que les fruits sont fait pour les humains ? la nature les a “formatés” au goût des animaux, principalement des oiseaux, et leurs graines, noyaux, pépins, sont faits pour transiter dans leurs intestins. Si on vole les fruits aux oiseaux, il faut en replanter, et nourrir ceux qui en sont privés, c’est tout.

  9. J’ai fabriqué une mangeoire, que j’accroche sur mon balcon en période hivernale, j’y mets essentiellement du tournesol.
    Et c’est avec un grand plaisir, que j’observe mésanges bleues et charbonnières venir se nourrir à tour de rôle.
    Cela m’a permis de faire de belles photos et j’ai même dessiné l’une d’elle

  10. j’ai pris pour habitude de nourrir les oiseaux de mon jardin depuis plusieurs années. Ils me le rendent bien….du pur bonheur de les observer…

  11. Je trouve que les commentaires de chacun apportent tous une petite pierre à l’édifice et chacun a sa façon a un petit peu raison :
    – certes, d’un point de vue purement “style scientifique”, on peut dire que nourrir les oiseaux ne les aide pas à se défendre eux-mêmes
    – MAIS, comme l’a souligné fort justement quelqu’un, on a bien détruit leur habitat, flingué les arbres et les plantes avec les pesticides et insecticides, et les pauvres ne s’y retrouvent guère : on leur fusille leur habitat naturel et on devrait leur dire : “hé, les p’tits gars ! débrouillez-vous ! on va voir la sélection naturelle, hein! Les plus costauds s’en sortiront “…..Pas cool.
    – quant au débat sur les vaccins aux personnes âgées, il est tout autre et peut faire l’objet d’une discussion après s’être documenté sérieusement sur le sujet (Lisez donc “Pour aimer mieux, vaccinez moins” ou “les vaccins sont des poisons” entr’autres, et les études sérieuses indiquant l’incidence catastrophique des vaccins sur l’immense quantité de gens qui aujourd’hui sont…Alzheimer, et Dieu sait qu’il y a foule d’autres conséquences désastreuses). Ne pas tout mélanger !
    – Quant à moi, je nourris avec amour les adorables petites mésanges, rouges-gorges, pinsons, etc qui viennent dans mon jardin quand il fait froid, et ils viennent avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir ! Avec mes enfants (désormais ados), on confectionne des boules de graines nous-mêmes et ils apprécient visiblement.
    On voit les timides, qui attendent que les fonceurs soient partis, les délicats, qui picorent en plusieurs fois et y reviennent souvent, les goulûs, qui semblent avoir avalé un chrono et se dépêchent comme si on allait piquer leur assiette, les sociables, qui partagent la mangeoire avec les copains, les farceurs, qui viennent voleter autour des autres pendant qu’ils mangent, comme pour les déconcentrer….c’est un pur bonheur.
    On regarde les différentes variétés d’oiseaux qui viennent (on ne les connait pas tous) et cette année, on va investir dans un livre simple pour bien les reconnaître, justement : avez-vous une suggestion de livre abordable, avec les photos de nos petits compagnons des jardins pour apprendre à bien s’y retrouver ????

  12. elles sont revenues – elles savaient et ont réclamé dès que le froid s’est fait sentir – elles ont leurs boules à la fenêtre et c’est un plaisir de les voir – je ne pourrais faire autrement

  13. @myriam:la culture sur de grands espaces ( avec l’utilisation à outrance de produits )et la suppression des haies, tallis, fossés, ont une incidence incontestable sur la faune et la flore. Le fait d’apporter un peu de nourriture aux oiseaux, qui ont perdu subsistance et lieux pour nicher, permet de sauvegarder les variétés qui vivent ou hibernent chez nous. Pour notre part, nous nous régalons avec nos petits enfants de voir ce va-et-vient permanent. Par ailleurs, nous avons installé des nichoirs et c’est une joie de voir les petits prendre leur envol.Après quelques années, nous constatons que nous avons moins d’insectes en nous interdisant tout produit désherbant ou insecticide. Nous retrouvons également écureuils, hérissons, chauve souris, tourterelles qui se faisaient rares. Malheureusement, sur 5 ruches, il n’en reste plus qu’une au bout de 10 ans…!

  14. je nourris les oiseaux de mon jardin tout l’hiver
    c’est un beau spectacle de la fenetre de ma cuisine!

  15. Selon Myriam il serait normal de laisser mourir de faim les enfants dans le Tiers-monde car ce serait aller contre nature de les aider. Il serait tout à fait normal de ne pas vacciner nos séniors parce que s’ils meurent c’est le “tri sélectif naturel”.
    Nourrir les oiseaux en hiver c’est tout simplement les aider après avoir bétonné leur habitat qui lui était à une époque, naturel.

    • Effectivement Myriam s’est arrêtée à une époque révolue, maintenant si nous ne les aidons pas ils mourront et disparaîtront comme tant d’autres espèces qui ne viennent pas dans nos jardins

  16. Bonjour, suite à votre article sur la nourriture des oiseaux,
    il est certe agréable de se sentir utile à la nature cependant,je ne trouve pas leur rendre service de les nourrir.
    En effet leur survie ne serait plus naturel.
    Les oiseaux savent mieux que nous se contenter de peu et ainsi la nature fais un tri séléctif naturel.
    Apporté à leur besoin cette nourriture toute prête est un confort, qui l’a prouvé avec les hommes, les rendraient dependant et reduiraient leur instinct.
    Enfin c’est mon avis.
    Cdt

    • Pas d’accord avec la précédente personne..

      En effet, il ne s’agit pas de les gaver MAIS de les SECOURIR !!!

      Ts les hivers (et ce, malgré mes deux chats et chien) moineau, pigeon, tourterelle, rouge-gorge, merle, pie.. etc… sont nourris avec les restes de cuisine et diverses graines…

      Quel beau spectacle !!!

Moi aussi je donne mon avis