‘Poule-emploi’ : devenez éleveur de poules avec Cocorette

Vous en avez assez de votre vie citadine et souhaitez changer de vie en vous installant à la campagne ? Vous souhaitez vous reconvertir dans une profession agricole ? Et si vous deveniez éleveur de poules avec ‘poule-emploi’?

Rédigé par Audrey Lallement, le 10 Mar 2018, à 10 h 34 min

Cocorette recrute ! Cette entreprise du Pas-de-Calais cherche de nouveaux éleveurs. Pour ce faire, elle a lancé « Poule-emploi« , une campagne avec un site au ton jeune et décalé. Objectif : vous aider à monter votre projet et vous accompagner.

La poule, un animal qui a le vent en poupe

Depuis quelques années, la poule a le vent en poupe. Et pour cause, elle possède de nombreuses qualités : elle permet de réduire les déchets en mangeant vos épluchures et tous les restes alimentaires, donne des oeufs de qualité livrés à domicile, se régale des insectes parasites du jardin et enfin, a un intérêt éducatif non négligeable si vous avez des enfants.

poule-emploi

© Lukas Beno

Cerise sur le gâteau, c’est un animal peu exigeant qui ne nécessite pas d’avoir un jardin immense. Bonne nouvelle aussi : inutile de subir des cocoricos matinaux puiqu’il n’y a pas besoin de coq pour avoir des oeufs.

Bref, la poule c’est tendance et plusieurs projets ont déjà été lancés. Dernier en date : une start-up qui recueille de vieilles poules qui, en raison de leur grand âge (plus de 18 mois !), pondent moins que les plus jeunes. Objectif de cette initiative baptisée « Poulehouse » : les recueillir pour leur éviter l’abattoir. Cette fois-ci on joue encore avec les mots et c’est « Poule-emploi« , un site créé par Cocorette, une entreprise du Pas-de-Calais située à Arras et qui vend des oeufs.

Lire aussi : Une start-up commercialise les oeufs de ‘vieilles’ poules pour leur éviter l’abattoir

Une campagne pour recruter des éleveurs de poules

Objectif de Cocorette ? Attirer l’attention sur un ton décalé et mener une campagne de recrutement. L’entreprise, qui vend des oeufs de poules élevées en plein air, collabore actuellement avec plus de 450 fermes et cherche de nouveaux candidats. Elle souhaite attirer notamment ce qu’elle nomme les « néo paysans », c’est-à-dire des citadins qui décident de s’installer à la campagne et se reconvertir dans un métier agricole.

Il faut dire que la demande en oeufs bio, label rouge et de poules élevées en plein air ne fait qu’augmenter. Le consommateur est en effet devenu sensible au bien-être des animaux et surveille aussi son assiette. Par ailleurs, la filière a été particulièrement touchée par l’affaire des oeufs contaminés au Fipronil, un insecticide toxique interdit dans la production alimentaire à destination des humains.

poule-emploi

Des oeufs frais © only_kim

Avec « Poule-emploi », Cocorette s’engage à accompagner ceux qui se lancent dans le projet

Pour aider les ‘néo-paysans’ à se lancer dans « l’aventure Cocorette », l’entreprise propose un accompagnement qui commence par un test sur son site Poule-emploi. En cas de réussite au « Cocotest », il faudra passer par d’autres étapes : une prise de contact, la mise en forme du projet, l’aide pour les démarches administratives, etc. « Ça y est, vous vous sentez enfin prêt à enfiler vos bottes, marcher dans la boue et chouchouter vos petites poulettes ? Alors, c’est parti, on vous montre dès maintenant la route à prendre vers votre future prairie », lit-on sur le site.

Si vous êtes intéressé par l’élevage de poules, vous pouvez postuler sur le site Internet de Cocorette. Attention néanmoins, il vous reste peu de temps pour vous lancer : les candidatures sont autorisées jusqu’au 15 mars. Si votre dossier est accepté, il faudra compter environ 9 à 12 mois avant l’arrivée de vos poules.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.poule-emploi.com

Illustration bannière : Des poules élevées à l’ancienne – © FiledIMAGE
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. il faut aussi savoir que les installations avicoles sont porteuses de risques professionnels élevés pour les aviculteurs : risques respiratoires, locaux nécessitant l’utilisation fréquente de produits de nettoyage, de désinfection et de produits phytosanitaires… : les aviculteurs sont exposés à risques supérieurs à la moyenne : nombreux accidents du travail et ces dangers sont souvent sous-estimés. Il est donc indispensable de prévenir ces situations dangereuses pour faire de l’aviculture

Moi aussi je donne mon avis