Le polyamour : s’aimer sans se mentir ?

Rédigé par Sandrine Pouchain, le 10 Apr 2015, à 15 h 14 min

Avez-vous déjà entendu parler du concept de polyamour ? Dans notre société où la norme est la monogamie, les polyamoureux choisissent de vivre plusieurs amours simultanément, honnêtement et librement. Il n’y a plus un(e) mais des princes(-ses) charmant(e)s. Décryptage.

Polyamour : définition

Le mot polyamour (« polyamory » en anglais) a été créé au début des années 1990. Il vient du grec poly, signifiant « nombreux », et du latin amor, signifiant « amour ». Être « polyamoureux », c’est donc avoir de multiples relations amoureuses en même temps, souvent engagées, dans le cadre d’un accord mutuel entre les personnes impliquées.

coeur polyamour polyamoureux couple société amour

En France, les « polys », comme on les appelle aussi, représenteraient aux alentours de 2 % de la population (environ 5 % aux États-Unis). En comparaison, environ 7 % des Français seraient échangistes, selon un sondage Ifop de 2010. Le libertinage séduit d’ailleurs de plus en plus de Français.

Françoise Simpère, journaliste et auteure de romans, et qui se revendique polyamoureuse depuis les années 1970, qualifie joyeusement le polyamour de lutinage : « le lutinage veut concilier la nécessité d’un pôle stable, où les enfants n’ont pas à assumer les aléas sentimentaux de leurs parents, avec le besoin de s’enrichir affectivement, intellectuellement et sexuellement avec des amants qui apportent chacun leur propre univers ».

Pour ou contre le polyamour ? Les éléments du débat

À ce stade de la lecture de cet article, vous vous sentez certainement (rayer les mentions inutiles) : attiré par le concept, un peu déboussolé, ou carrément sceptique…

Nous sommes tous uniques. Certains d’entre nous sont 100 % monogames, d’autres privilégient l’adultère (passager ou sur le long terme) lorsqu’ils ont des envies d’ailleurs, et d’autres encore s’orientent vers une ouverture du couple honnête et sincère. Les partisans et détracteurs apportent les arguments suivants au débat.

amour-couple-polyamour-polyamoureux-03

Les pour

La transparence

L’Ifop nous apprend que l’infidélité est en nette progression depuis les années 1970 : plus d’un homme sur deux (55 %) et près d’une femme sur trois (32 %) admettent avoir été infidèles. Les polyamoureux pensent donc que le corps de l’autre lui appartient et qu’il est libre de vivre une relation romantique à l’extérieur du couple. On ne serait ainsi pas obligé de tout se raconter, mais on est invité à être heureux de voir la personne que l’on aime s’épanouir en toute liberté, tout en continuant à choisir de partager sa vie en commun.

Des relations de qualité

Il ressort d’un article de Live Science, relatant les conclusions de psychologues américains qui se sont penchés sur le polyamour, que les polys possèdent certaines qualités d’honnêteté, d’ouverture et de communication, qualités auxquelles tant monogames que polygames pourtant aspirent. Vivre plusieurs relations amoureuses simultanément n’est en effet pas simple. Cela nécessite de beaucoup se parler et de dévoiler ses sentiments en toute confiance et bienveillance. Il est également nécessaire d’apprendre à gérer ses émotions, notamment la jalousie, pour vivre ces relations sereinement.

amour-couple-polyamour-polyamoureux-cadenas-02

Moins de divorces

Voici le témoignage d’Audren, devenu polyamoureux il y a trois ans après avoir découvert la relation extraconjugale de son épouse, comme il l’explique sur son blog. Toujours amoureux, sa femme et lui ont décidé d’ouvrir le couple, et ils en sont satisfaits, comme en témoigne Audren : « Elle m’annonce qu’elle en aime un autre. Elle est heureuse et toujours amoureuse de moi, et puis je l’aime trop pour jouer au jaloux ».

Même lorsqu’ils aiment encore leurs partenaires, la plupart des gens divorcent lorsqu’ils rencontrent quelqu’un d’autre. Sous le coup de la passion, ils détruisent leurs foyers et ce qu’ils avaient passé des années à construire. Et si notre coeur était assez grand pour aimer plusieurs personnes à la fois, est la question qu’ils invitent à se poser.

Page suivante : Polyamour, les contre

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice/journaliste freelance, devenue éco-citoyenne à la naissance de mon premier enfant il y a 10 ans déjà (c’est fou comme devenir parents peut...

24 commentaires Donnez votre avis
  1. Ah la dictature des sentiments…

    Donc si je ressens qq-ch pour un tel ou une telle, il serait dommage, inutile, et/ou malhonnête (selon les avis) de le repousser. La sincérité avec moi-même me conduirait donc à répondre positivement à ce qui m’anime, ce qui titille mon coeur.

    Le polyamour, c’est se laisser guider par les deux enveloppes extérieures constituent l’être humain: le corps et l’affectivité. Les enveloppes plus profondes, à savoir la raison et la conscience, qui révèlent que l’être humain a avant tout besoin d’être reconnu comme être UNIQUE, on les laisse de côté.
    Le poly-amour nécessite une chose: ne pas trop approfondir, en rester à un amour superficiel, un amour qui souffre moins… puisqu’il aime moins.

    Le refus du refus

    Le poly-amour, c’est l’amour selon mon humeur, l’endroit où je suis, les personnes que je côtoie. Le refus de se limiter. Un truc bien de notre époque consumériste, qui a de grandes difficultés avec le renoncement, la frustration, l’effort. Ceux-ci sont pourtant gages de bonheur, de joie, à l’image de l’ascension d’une montagne.

    « Sans se mentir »

    Le « mono-amour » serait mensonge?
    Que chacun ressente ça et là une émotion amoureuse, qu’il soit marié ou non, en couple non, c’est une évidence. Laisser ce sentiment sans suite serait un mensonge?
    Ce serait oublier que les sentiments sont fluctuants, qu’ils n’ont aucune vocation à diriger notre vie seuls, qu’ils s’intègrent au contraire dans un tout. Par des actes, des paroles, nos sentiments vont évoluer. Il arrive d’être moins amoureux de sa femme/son mari. Et alors? On se quitte, on va voir ailleurs, par sincérité avec des sentiments fluctuants? Au mépris de la responsabilité?
    On peut aussi être dans la vérité en refusant un sentiment, en le laissant à sa place. Cela ne rend pas triste.
    On peut poser des actes d’amour avec l’être unique choisi de longue date: l’écouter, passer du temps avec lui/elle, lui faire un cadeau, s’enquérir de comment il va… tous actes qui seront le creuset de sentiments, réactiver, faire renaitre la joie d’être ensemble, encenser le quotidien.

    C’est tourner autour de son propre nombril que de s’ausculter en permanence et suivre ses affects pour batifoler d’un(e) à l’autre. On sait pourtant depuis longtemps que le vrai bonheur c’est de le donner, c’est d’aimer l’autre, se donner à lui.

    Le poly-amour c’est prendre le grand risque de rester dans le JE. JE prends, JE m’épanouis, JE … Et l’autre, comment vit-il les choses?
    Non qu’il ne faille pas s’aimer soi-même, mais à chercher en soi-même le critère du bonheur, on finit par oublier que c’est en se donnant qu’on se réalise.

    Enfin comparer l’amour pour plusieurs partenaires sexuels à l’amour pour plusieurs enfants c’est se bercer d’illusions voire se mentir. Il est évident qu’on peut aimer aussi fort chacun de ses enfants autant qu’ils sont.
    Mais la force d’un couple base d’une famille ne se limite pas à ressentir un sentiment amoureux, vivre une intimité physique et quelques moments de loisirs ensemble. L’amour c’est avant tout des actes. Il s’agit de porter ensemble le quotidien: aspects matériels, aspects organisationnels, professionnels, etc c’est du concret.
    Comment vivre cela quand on a deux, trois amoureux? A moins de vivre sous le même toit, c’est impossible.

    « Se découvrir poly »

    Là il faut stopper l’embrouille tout de suite. Le poly-amour c’est pas un truc génétique, c’est pas le 3e sexe. Il s’agit bien d’un choix de la volonté. Tout le monde, absolument tout le monde peut tomber amoureux de plusieurs personnes. Certains suivent leurs sentiments, ou certains sentiments, d’autres non. Point barre.

    Société de divertissement

    A une époque où les loisirs sont rois, le poly-amour trouve sa place, logiquement. Il s’agit d’une sorte de jeu de l’amour, d’amour-loisir où le sentiment amoureux nous mène à vivre des aventures amoureuses. On donne des moments de plaisir aux autres, c’est sympa, agréable quand on y consent.

    C’est particulièrement à la mode dans une société où beaucoup de repères ont volé en éclats. Disparition des contraintes morales et matérielles qui tenaient jadis unis le couple, augmentation du divorce, instabilité de l’emploi, crise des valeurs, nous vivons une époque difficile. Le poly-amour peut être pour certains une réponse.

    Histoire personnelle

    On peut aussi être blessé dans son amour, suite à une histoire difficile. Ces blessures si elles sont non soignées, peuvent nous mener sur des voies que nous n’aurions pas choisies ordinairement, mais qui vont compenser notre mal, notre souffrance, que cette dernière soit consciente ou non. A-t-on relu notre histoire?

    Il ne s’agit nullement pour moi de blâmer le choix du poly-amour, et encore moins ceux qui le pratiquent, mais de bien comprendre ses ressorts et ne pas le confondre avec le bonheur, qu’on voudrait parfois transformer en « absence de frustration » ou « suite de plaisirs successifs », càd une sorte de bonheur au rabais.

    Je souhaite le vrai bonheur à tous, et bonne journée.
    Cordialement.

    • Bonjour, je suis journaliste pour l’émission « Toute une histoire » sur France 2 et je prépare une émission sur les nouvelles expériences amoureuses et les nouvelles façons de s’aimer. Je suis à la recherche de personnes qui accepteraient de venir témoigner sur notre plateau et nous raconter leur histoire et leur expérience en tant que polyamoureux.
      Je suis disponible à l’adresse mail suivante : lea.konigswerther@reservoir-prod.fr

  2. Personnellement, je ne suis pas choquée par ce genre de relations. Je pense qu’au contraire d’une hypocrisie comme c’est souvent lu dans les commentaires en réaction, il faut être matures pour aimer quelqu’un en le partageant. L’honnêteté est la clé de cette relation.
    Je ne crois pas vraiment à une vie longiligne avec une seule personne, car il y aura forcément un moment où l’on aura des envies différentes.
    Si avoir d’autres relations amoureuses permet de combler les manques créés par ces différences, je ne vois pas tellement où est le mal.
    Tromper est bien pire, et largement plus répandu, car c’est un acte lâche et Ô grandement hypocrite, puisque ce mot est apprécié ici !
    On ne parle pas de polygamie et de partouzes, mais bien d’amour sincère envers plusieurs personnes. Pourquoi pas après tout? On a bien plusieurs amis, et on les aime!!
    Merci d’avoir soulevé cette réflexion, qui nous sort un peu du cadre de la « normalité »!!
    🙂

    • « On ne parle pas de polygamie et de partouzes, mais bien d’amour sincère envers plusieurs personnes. »
      –> Et quelle est votre définition de la polygamie ?! La polygamie signifie qu’il y a un vrai engagement, puisqu’il y a mariage. Et aussi que les femmes doivent être traitées avec équité. Cela me semble bien plus noble que le « polyamour ».
      Le « polyamour » c’est encore un nouveau mot pour désigner une variante de l’adultère. Certes ça n’est pas caché, mais ça reste ponctuel (même si la durée peut varier, elle est limitée), et une femme est privilégiée par rapport à l’autre.

  3. Je vis depuis 27 ans en couple et je suis poly depuis 8 ans et nous avons des ados qui connaissent mes amours. Nous partageons du temps ensemble, lors des vacances notamment ou lors d’évènements comme mon anniversaire. Avoir à mes côtés les personnes que j’aime, ce ne peut être que du bonheur. En dehors de mon couple, je vis des relations essentiellement demi-sexuée. Cela convient à chacun-e. Je m’enquière (presque de trop) que tout le monde soit heureux, y compris les relations amoureuses de mes amours extérieurs (pas 150, juste 2). Parce que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, si l’une des personne vit mal la situation, ce mal être se répercutera automatiquement à l’ensemble des relations. Mon poly, ce n’est pas de la facilité ou de l’égoïsme, c’est mon évolution personnelle et je l’ai voulu dans un cadre de bienveillance et du respect de chacun-e. Aujourd’hui, je ne ferme plus ni mes yeux, ni mon coeur et j’accueille dans ma vie, aussi ponctuellement au sein de ma vie de famille, les personnes qui créent en moi les émotions caractéristiques liées à l’amour. Comment croire que l’on pourra ne plus aimer, simplement aimer, parce que l’on vit en couple ? En quoi ceci impliquerait que je perde ma capacité à aimer ?

    • Bonjour, je suis journaliste pour l’émission « Toute une histoire » sur France 2 et je prépare une émission sur les nouvelles expériences amoureuses et les nouvelles façons de s’aimer. Je suis à la recherche de personnes qui accepteraient de venir témoigner sur notre plateau et nous raconter leur histoire et leur expérience en tant que polyamoureux.
      Je suis disponible à l’adresse mail suivante : lea.konigswerther@reservoir-prod.fr

      Merci pour votre aide 🙂 !

  4. Je viens de fêter avec bonheur 43 ans de vie commune avec mon mari, nos avons deux filles, et nous espérons continuer à vieillir ensemble, en gardant dans nos vies les hommes et les femmes que nous avons aimé ou aimons. Je dis bien « aimés »: ce n’est pas comme semblent le dire les commentaires, du papillonnage ou du libertinage. Ce n’est pas non plus une multiplication sans fin des partenaires, car aimer demande du temps et de la disponibilité qu’une trop grande dispersion ne permet pas. Pourquoi aimer au pluriel? Parce qu’il existe d’autres personnes aimables (dignes d’être aimées) que son ou sa partenaire et qu’il est passionnant de les découvrir sur le long cours: mes amoureux restent dans ma vie entre 10 et 30 ans, ce ne sont pas des passades. Pourquoi ne pas souhaiter être l’Unique de mon partenaire de vie? Parce que j’ai certes de multiples qualités, mais qu’il y a forcément des choses que je ne peux pas lui apporter et que je souhaite que jamais il ne se prive de quoi que ce soit au motif que nous sommes ensemble. Aimer, c’est ouvrir le monde à celui ou celle qu’on aime, ce n’est pas fermer la porte. C’est parfois difficile, cela demande beaucoup de réflexion, d’humilité, de confiance en soi et en l’autre, aussi je ne recommande ce mode de vie qu’à ceux et celles profondément convaincus qu’il correspond à ce qu’ils sont. En revanche, je ne vois pas pourquoi les gens qui préfèrent rester monogames (ce qui est leur droit absolu) ne supportent pas que d’autres vivent différemment.

    • Merci pour votre commentaire Françoise, il est grandement apprécié. Votre expérience est un exemple pour celles et ceux qui se découvrent polys.
      Et en effet, acceptons les différences et contentons-nous de trouver notre propre bonheur, sans juger la façon dont les autres trouvent le leur. Nous sommes tous uniques et c’est ça qui est beau.

  5. Pas du tout convaincue par le concept. Sentiment que ce principe est un choix de faiblesse, d’hypocrisie effectivement, sentiment que c’est un jeu avec le feu. Pas sure que tous les protagoniste vivent si sereinement que cela le truc et que cela soit si sain pour le développement des enfants d’ailleurs (puisque c’est un argument…j’aimerais avoir des exemples d’histoires familiales de polyamoureux et savoir comment ils s’organisent avec les enfants).
    Ne vaudrait-ce t’il pas plus que les couples puisent en eux-même et s’inscrivent dans une réelle recherche d’harmonie ensemble, dans cette dualité, avec un vrai travail en profondeur afin de trouver l’épanouissement dans un renouveau permanent qui enracine et embellisse la relation ?

    Et si la jalousie était l’expression d’une souffrance légitime, conséquence du sentiment d’être traité comme un vulgaire râtelier (référence à l’expression « manger à tous les râteliers »). Et une sonnette d’alarme pour dire « y a un problème », j’me sens pas respecté dans ma dignité dans ma spécificité de partenaire unique.

    Je m’interroge vraiment sur le sens de tout ça … ça me fait vraiment penser à un certain consumérisme amoureux, « je prends c’qu’il y a à prendre et le reste très peu pour moi », je le trouverai ailleurs… n’est-ce pas vivre dans le fantasme permanent d’une illusion…?

  6. Réfréner notre envie compulsive de l’Autre.

    Pour ma part, je préfère les 20 ans de fidélité avec tous les jours la « même » merveilleuse personne : ma femme. Ces « butinages » à répétition sont peut-être plaisants un certain temps, mais ne mènent pas à grand chose, encouragent l’instabilité, sont synonymes d’immaturité et de peur de s’engager réellement dans l’altérité. Ensuite, à un âge avancé, on se retrouve bien souvent TOUT seul et/ou avec l’impression d’être passé à côté de la vraie vie … en Dieu.

    Cf ces vieux « has been » de la génération 68, que côtoient mes nombreux oncles et tantes, qui sont leurs contemporains : ils sont complètement « paumés »…

    • Pourquoi tout seul ? Justement, ce concept permet, entre autres choses, de rester en couple avec la personne que l’on aime sans devoir se séparer à chaque fois que l’on a des envies d’ailleurs (monogames à répétition). De nombreux polyamoureux sont en couple depuis des décennies.

  7. Bonjour,
    Désolée, mais le mot polyamour est un mensonge pour se donner bonne conscience, ce n’est que de la perversion et de l’hypocrisie. Ce n’est jamais que ce que certains appelaient autrefois vulgairement : « une partouze » pas avec plusieurs personnes en même temps. Appelé « polyamour » n’est en fait que le plaisir du sexe avec des personnes différentes et quand je dis le plaisir du sexe, c’est encore à voir, car le vrai plaisir on ne l’a qu’avec une personne que l’on aime et on ne peut vraiment aimer qu’une personne à la fois. Quand on croit en aimer une autre, ce n’est en fait «  »qu’une attirance physique » », mais les sentiments on ne peut les avoir pour plusieurs personnes…

    • «  » »On ne serait ainsi pas obligé de tout se raconter, mais on est invité à être heureux de voir la personne que l’on aime s’épanouir en toute liberté, tout en continuant à choisir de partager sa vie en commun. » » »

      ça, c’est le début d’une «  » »collocation » » », mais ça n’a rien à voir avec l’Amour !

    • J’ai deux enfants et je les aime tous les deux. J’ai plusieurs amis à qui je suis profondément attachée. De même pour les membres de ma famille. Mais en Amour, on ne pourrait aimer vraiment qu’une seule personne à la fois ?
      Ce peut être le cas pour certaines personnes qui voient les choses ainsi, mais qu’elles n’imposent pas leurs vues à tout le monde. Aimer plusieurs hommes ou femmes ne fait pas des polyamoureux des « partouzeurs ».

    • Avec tout mon respect, Janine, qui pensez-vous être pour juger ainsi la nature des sentiments d’autrui et leur teneur?
      Ne vous est-il jamais venu à l’esprit que pour les polys, c’est la monogamie (que nombre de personnes dans l’histoire de l’humanité n’ont pas hésité à bafouer soit dit en passant) qui est un mensonge?
      Qui êtes vous pour affirmer que votre avis sur l’amour le sexe et le plaisirs sont des vérités universelles et irrévocables?

  8. C’est du pipo toutes ces statistiques, 2% de poly en france? 2 personnes sur 100 vivent honnêtement ce genre d’amour…? je n’y crois pas
    55% d’hommes admettent avoir été infidèles – mais combien de fois ? si c’est une fois en embrassant seulement sa secrétaire, ça compte!

  9. le monde sera un vaste bobinard où tout se jettera en l’air gaiement –

    mais au fait, quelle est votre définition de l’AMOUR ??

    • Tout le monde

    • Bonne question Charlotte. Ne pas prendre les mots pour des idées avant toute tentative de réponse.

  10. Faiblesse de pervers, hypocrisie de faibles.

    • Perversion des faibles, hypocrisie de pervers.

  11. Très bon article! 🙂

Moi aussi je donne mon avis