Les bouteilles en plastique à nouveau autorisées dans les parcs américains

Donald Trump est revenu sur la décision de l’administration Obama qui, en 2011, permettait aux parcs naturels américains d’interdire la vente de bouteilles en plastique sur leur territoire afin de réduire la pollution sauvage.

Rédigé par Émilia Capitaine, le 22 Aug 2017, à 11 h 25 min

Le président des États-Unis Donald Trump a, une nouvelle fois, pris une décision à contre-courant, qui a été largement critiquée par les médias, les associations et les défenseurs de l’environnement : il a autorisé les parcs nationaux américains à reprendre la vente de bouteilles en plastique aux visiteurs. La vente de ces bouteilles avait été interdite en 2011 par l’administration de Barack Obama afin de réduire la pollution dans les parcs nationaux.

La fin de l’interdiction de la vente de bouteilles en plastique

Barack Obama n’avait pas interdit formellement la vente de bouteilles en plastique dans les parcs : la loi prévoyait en effet, qu’un parc national pouvait opter pour une interdiction pure et simple de ces ventes dans les buvettes et autres magasins qui se trouvaient sur son territoire. Adoptée en 2011, la loi avait alors été vivement critiquée par les industriels car 23 parcs naturels américains sur 417 avaient opté pour une interdiction.

Découvrez les chiffres hallucinants des ventes de bouteilles en plastique dans le monde sur le Planetoscope.

Selon le communiqué de presse publié le 16 août 2017 sur le site officiel du National Park Service en charge de la majorité des parcs naturels américains, l’administration de Donald Trump a tout simplement décidé de revenir en arrière. La nouvelle législation interdit aux parcs d’interdire la vente des bouteilles en plastique. Une mauvaise nouvelle pour l’environnement.

Un argumentaire très proche de celui des lobbys

La décision de lever cette possibilité d’interdire les bouteilles en plastique n’a pas manqué de soulever une vague de critiques aux États-Unis. Ce qui pose notamment problème est l’argumentaire utilisé dans le communiqué de presse du National Park Service. L’interdiction de la vente de bouteilles en plastique aurait empêché les visiteurs d’acheter la “boisson la plus saine“, soit l’eau, tout en laissant disponibles les boissons sucrées.

Illustration bannière : Pollution plastique – © AS photo studio Shutterstock

Cet argument avait été utilisé en 2016 par l’International Bottled Water Association, le plus important lobby de l’industrie des bouteilles en plastique, pour demander le retrait de la loi. Or l’argument ne semble pas tenir la route : les 23 parcs ayant interdit la vente de bouteilles en plastique ne l’ont fait qu’après avoir installé des robinets permettant aux visiteurs de remplir leurs gourdes.

Illustration bannière : Femme terminant une bouteille d’eau dans un parc national – © Irina Mos
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




6 commentaires Donnez votre avis
  1. Le seul objectif de ce soi-disant président est de détricoter tout ce qui a été entrepris par son prédécesseur, histoire de laisser sa marque, même si c’est au détriment du bon sens et des habitants !

  2. Ce n’est pas forcément Trump le coupable!
    Ce sont tous les gens qui jettent les bouteilles dans la nature.
    Civisme, convivialité sont des mots peu ou pas connus pour certains!

  3. Trump et ces millions d’américains qui ont voté pour eux sont une belle représentation de cette espèce vivante prétendue supérieure : l’espèce humaine, la seule sur cette planète qui détruit son environnement !
    L’interdiction pure et simple est la meilleure des solutions : pas d’usine à gaz permettant ceci ou cela à condition qu’il fasse beau ou qu’il n’y ait pas de vent ! Le plastique doit être banni de notre vie quotidienne. Point barre. Il faudra en venir un jour ou l’autre, c’est inévitable. Alors, autant le faire maintenant.

  4. Mettre le même prix pour les bouteilles en ver et en plastique.
    Lorsque une personne rapporte une bouteille en ver on lui redonne 50 centimes ,comme une consigne sur le ver,sur le plastique il ne reçoit rien .
    Pour une personne qui jette une bouteille en plastique dans la nature et s, il est pris une amande de 20 euros .
    Je vous jure que les mentalités changeraient vite ..
    Si vous voulez que le monde respect, il faut touché aux portefeuilles..

    • Les interdire de notre territoire serait encore plus simple ; c’est à dire faire comme le Costa Rica qui banni progressivement le plastique à usage unique.

      On y arrive bien pour les sacs en plastique. Pourquoi pas pour les bouteilles ?

    • les sacs en plastique, interdits ? Parlons en ! Combien de magasins en donnent encore ? Tous, petits comme grands, ça fait de la pub gratuite.

Moi aussi je donne mon avis