Pourquoi et comment recycler les plastiques ?

Le recyclage du plastique est un enjeu de plus en plus crucial au fil du temps. Du fait des volumes impliqués à l’échelle mondiale, recycler le plastique devient une industrie mais la question concerne aussi les consommateurs qui peuvent avoir une influence sur la consommation, le gaspillage et le taux de recyclage du plastique. Voici quelques conseils toujours d’actualité pour savoir comment recycler le plastique.

Rédigé par Consoglobe, le 12 Jan 2016, à 13 h 30 min

Dans un pays comme la France, où chaque habitant produit entre 450 et 550 kg de déchets par an, il est essentiel de trouver des façons de recycler et réutiliser les produits comme le plastique.

En France, chaque habitant produit entre 450 et 550 kg par an

Selon l’organisation Valorplast, la réutilisation du plastique est très rentable.

recyclage-plastique

© Valorplast

Les bénéfices d’un bon tri du plastique de la part des consommateurs sont remarquables : tout d’abord cela permet de faire des économies, avec une réduction de l’accumulation de plastiques résiduels, on diminue la pollution et les risques écologiques. En aidant au recyclage des plastiques, chaque citoyen peut réduire les tonnages et la nocivité.

Les plastiques nous envahissent. En voici quelques exemples : les films plastiques sont partout et on en utilise 1 million de tonnes par an en France dont 90 % sont enfouis et non recyclés.

  • 1 Kg de film, sac ou sachet plastique recyclé = 0,8 Kg de pétrole brut économisé.
  • En 2003 près de 5 milliards de bouteilles ont été recyclées en France. Cela représentait 4 bouteilles sur 10.
  • Environ 1 Million de tonnes de film PE utilisé en France, et plus de 90 % sont encore enfouies et/ou incinérées à ce jour,
  • Selon l’ADEME, la production annuelle de déchets des entreprises s’élève à 22 millions de tonnes, tous déchets confondus. 880 000 tonnes sur ces 22 millions concernent les déchets plastiques, polymères dérivés du pétrole.
  • Selon l’UNU(1), l’université des Nations Unies, le plastique représente un enjeu crucial du recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Dans l’Union européenne, si 50 % de ce plastique était réutilisé, cela économiserait 5 millions de kilowattheures d’énergie et 2 millions de t d’émission de CO2, soit l’équivalent d’1,6 millions d’allers-retours Paris New-York en avion.

Que trouve-t-on dans les déchets plastiques recyclables ?

En vérité, seuls deux types de plastiques sont recyclés :

  • Le PET, qui constitue les bouteilles transparentes ou colorées
  • Le PeHD, qui constitue les bouteilles opaques (lait ou lessive).

Les autres plastiques comme le PVC ou celui des sacs de super marché ne sont pas recyclés, car cela coute trop cher. À la place, ils sont brûlés dans les incinérateurs pour produire de l’énergie (on parle de « revalorisation énergétique »). Selon l’entreprise pétrolière Total, brûler un sac plastique permet de faire briller une ampoule de 60 Watts pendant 10 minutes.

Et pourquoi recycler ces plastiques ?

Tout d’abord, parce que le plastique met entre 100 et 1000 ans à se dégrader dans la nature. Cela peut avoir des conséquences sur la faune et la flore.

Et aussi pour faire des économies : recycler une tonne de bouteilles en PET permet d’économiser 830 litres de pétrole. Une bouteille en PET donne 7 cartes à puces, et 11 bouteilles en PeHD donnent un arrosoir.

Page suivante : Comment recycler le plastique ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




162 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour, d’après le site d’un spécialiste Privé du recyclage plastique (Paprec group), il existe d’autres types que ceux cités actuellement recyclé
    paprec.com/fr/solutions-et-services-paprec/solutions-recyclage/recyclage-plastique

  2. salut les preservatif son til recycle

  3. si je comprend sa veux dire on ne recycle pas alors les sots, les termos et les bac a ordure

  4. Il y a 30 ans mon épouse a tricoté (au crochet) des sacs plastiques de supermarché pour en faire des sacs ou cabas après les avoir découpés en lanières. Depuis nous les utilisons toujours pour les courses, les voyages et aussi (très pratique) quand nous allons à la plage: indestructible, facile à nettoyer, le sable s’élimine facilement par les trous du « tricot ».

    • Bravo !
      Actuellement l’Association « les Filles du Facteur » à Montreuil, recycle les sacs plastiques et certaines bouteilles au profit de Femmes en difficulté.
      Nous collectons pour elles et si plein de projets voulaient bien se donner la main !!!!

  5. Le plastique c’est de la (m)erde donc pourquoi l’utiliser sauf exception ? Quand un produit est entouré de plastique, c’est décidé, je n’achète plus.

  6. Et ils reprennent comme d’hab, vos vieux appareils gratuitement… comme pour les bouteilles en verre…
    Ce sont toujours les mêmes qui sont gagnants….
    Je ne suis pas d’accord…
    Avant les bouteilles en verre rendues étaient payées 35cts de francs dans le début des années 80…
    Alors ça suffit comme ça…
    Ne donnez plus rien sans qu’on vous paie, car ce sont toujours les mêmes les dindons de la farce!!!

    • Recycler, ce n’est pas donner !! Lorsque vous jetez à la poubelle normale vos plastiques, ils se retrouvent dans le poisson que vous mangez !

    • si vous ne voulez pas recycler, alors n’achetez pas de plastique. C’est plus facile qu’on le croit et ça ne remplit pas vos poubelles !!!

  7. Je suis étudiant en Master 1 à l’Institut des Sciences Halieutiques et j’aimerais avoir une méthodologie sur une méthode de recyclage adapter au contexte des pays du tiers monde!

  8. j’ai besoin des informations sur la gestion de projet du recyclage des plastiques

  9. Une bouteille en PET donne 7 cartes à puces, et 11 bouteilles en PeHD donnent un arrosoir

  10. L’article m’a été beaucoup utile. Je vous remercie!

  11. bande de pollueur

  12. je voudrais en savoir plus

  13. JE SUIS UNE algérienne je suis gérante d une société familiale dans la domaine de transformation de plastique PEBD je veux ouvrir un atelier pour recycler le déchet ménagère es que vous pouvez m orienter concernant le matériel nécessaire et la surface de l atelier merci

    • Salut REMMA ZAHIRA j’ai trouver ton intervention très intéressante, Moi j’ai un projet sur ce domaine de transformation de plastique je serais très honoré si tu me fesais parvenir au moins quelques idées dans ce domaine vu que tu gères une entreprise. J’espère de tout cœur que tu recevra ce message et que tu pourra m’aider, je t’en remercie d’avance. Si tu peu m’écrire sur mon adresse e-mail : vincentdgganguia@gmail.com

  14. je suis un jeune entrepreneur Gabonais , je suis entrain de diriger ma structure dans la collecte et le recyclage des déchets plastique pour en faire des parpaings et des pavées , j’aimerais approfondir mes connaissances sur ce sujet merci de m’aider dans la méthode et les techniques, je suis prêt a suivre une formation ,mon numéro de téléphone 00241.07.53.68.73

  15. Bjr,

    Je dirige une association qui a un projet de recyclage du matériel plastique (pots de cierges) dans le but de subventionner nos initiatives à caractère social. Nous aimerions savoir si vous connaissez des entreprises qui peuvent nous accompagner dans ce projet?

    Cordialement

  16. Bonjour! Je fais le stockage en masse des plastiques PET et PeHD pour être exporter vers n´importe quel pays dans le monde merci!!!
    Contact:24104424607.

  17. Bonsoir! Excusez-moi svp à combien peut s´élèver le prix d´achat d´une compacteuse de plastique recyclable? Merci!!!
    Tel:24104424607

  18. Bonsoir! J´ai du plastique en grande quantité(PET,PEHD), et j´ouvrirai dans ma ville une entreprise de recyclage dans ce domaine , je suis à la recherche de partenaires sérieux et veux acheter des machines de recyclage plastique !!!
    Contact:24104424607

  19. GEAPE

    En effet, nous saluons les efforts des autorités consistant à encourager la population de Goma pour les travaux de lutter contre l’insalubrité. C’est le cas du travail communautaire appelé « salongo » de chaque samedi où tous les habitants doivent faire la propriété des parcelles et même les environs, avant d’aller au service.
    Malheureusement, les sachets plastiques qui sont des matières non biodégradables se retrouvent partout dans les rues, dans les lieux publics, et dans des parcelles. Apres balayage, la population les incinère et dont les conséquences sur le plan sanitaire et environnemental sont néfastes.
    En titre de rappel, en février 2015, nous avions menés une étude sur l’évaluation de l’impact négatif de l’usage des sachets comme combustible sur l’environnement dans la Commune de Karisimbi (ville de Goma) dont le nombre de ménages est estimé à plus de 67305. Selon cette étude, nous avons trouvé qu’il ya libération journalièrement 542 747,52 litres de CO2 et 120 610,560 litres de HCl. (Voir la lettre N°22/12/DG/GEAPE/2015 du 02 /02/2015).
    Pendant que cette situation persiste, l’incinération de sachet vient encore aggraver la situation, car chaque samedi, la population de Goma incinère les sachets. Selon nos enquêtes, une petite boutique dans le quartier, distribue ou vend en moyenne hebdomadairement : 502 sachets incolores, 92 sachets noirs, 81 sachets bleu-blanc, 49 sachets verts et 7 sachets jaunes et dont la masse est respectivement : 502g ; 266,8g ; 413,1g ; 450,8g et 185,5g et dont la masse totale est de 1818,8 g de sachets par semaine. L’incinération de cette quantité de sachet chaque samedi libère 2903 litres de CO2 et 3 litres de HCl. D’après le statistique du service urbain de l’environnement de Goma, en 2014 il ya au total 477 boutiques fournissant 867 567,6g des sachets et dont leur combustion libère plus de 1 384 731 litres de CO2 et 14 731litres de HCl hebdomadairement lors de l’incinération des sachets à l’issu de chaque « Salongo ».
    Cette situation n’est pas sans conséquences sur la santé. Le HCl est un gaz est caustique pour les voies respiratoires. Selon les statistiques au niveau de la Division Provincial de Santé du Nord-Kivu, pour l’année 2012 il y a eu 428 975 cas des Infections Respiratoires Aigues (IRA) et 405 839 cas de la grippe ; et il faut signaler que les IRA figurent en troisième position parmi les maladies tueuses.
    Le CO2 et le HCl sont des gaz à effet de serre, mais ce dernier absorbe très fortement les infrarouges beaucoup plus que le CO2 à poids égal ce qui prouve que sa contribution dans le réchauffement climatique n’est pas négligeable. D’après Sanga-Ngoie et Fukuyama (1996) cité par Dr Assani Ali Akamose dans sa publication L’état de l’environnement en République Démocratique du Congo à l’aube du IIIème millénaire, ils montrent qu’à Goma, entre 1960 et 1990 il ya eu une augmentation de température de 0.79 ° C et une diminution de 472 mm des totaux pluviométriques. En outre, les données pluvio-thermiques de l’Observatoire volcanologique de Goma (moyenne effectuée sur une durée de 19 ans soit de 1990 à 2009) du Département de Géophysique (janvier 2009) montre une température moyenne de 18.73°C. Pour le moment, le réchauffement climatique devient des plus en plus perceptible, car selon les statistiques au niveau l’OVG, il y a toujours de plus en plus augmentation de température dont en voici les moyennes annuelles : 21,9625 °C en 2013 et 22,0525°C en 2014.
    L’augmentation de cette température sera à la base de la prolifération des maladies. Selon un rapport de la FAO intitulé « Changement climatique et ravageurs et maladies transfrontière » il est dit ce qui suit « Les pays dépensent des sommes d’argent considérables pour se débarrasser des maladies et des ravageurs des animaux et des plantes. Or, le changement climatique est non seulement en train de créer des conditions propices au développement de ces ravageurs et maladies dans de nouvelles régions, mais il est aussi en train de modifier leurs modes de transmission ». Un autre rapport, annuel de 2012 produit par le Programme National de Lutte contre le Paludisme, montre que « près de 9,4 millions des cas de paludisme et près de 24 mille décès liés à cette pathologie ont été enregistrés au cours de cette année » ; et pourtant une hausse des températures est susceptible de prolonger la vie des moustiques et la saison de transmission des maladies.
    Sans conteste le changement climatique est un fait réel à Goma, conscient ou non nous en subirons les effets aux conséquences parfois irréversibles et dont malheureusement l’incinération des sachets vient aggraver la situation à lorsque l’arrêté ministériel du 12 avril 2007 interdisant le commerce d’alcool, d’eau de vie et de liqueur en sachet et l’Arrêté Arrêté interministériel n°001/CAB/MIN/PME/ 2012 et n°003 CAB/MIN/ECO&COM/2012 du 21 août 2012 dont son article 1ier qui stipule ce qui suit « Il est interdit sur l’ensemble du territoire national, la fabrication, l’importation et la commercialisation des emballages non biodégradables ».
    Tout en ne décourageant pas le « salongo », qui du reste contribue à lutter contre l’insalubrité, nous pensons qu’il serait mieux de prévoir les mécanismes d’évacuation des sachets au lieu de les incinérés car les conséquences sur la santé et l’environnement sont irréversibles.
    Eu égard à ce qui précède nous recommandons ce qui suit :
    • Aux autorités de la RDC au niveau National et Provincial
    – d’appliquer les arrêtés ministériels susmentionnés et de punir les contrevenants;
    – Privilégier une collaboration sous régionale de la CIRGL dans la mise en œuvre de la loi ;
    – sensibiliser les populations sur les conséquences de l’incinération des sachets ;
    – interdire l’incinération des sachets ;
    – augmenter le réseau des stations météorologiques pour mieux surveiller le réchauffement climatique ;
    – Promouvoir des emballages écologiques comme ceux en coton ou en papier au lieu des sachets ;
    – Mettre en œuvre des unités industrielles de transformation/ recyclage de déchets plastiques déjà existants ;
    • A la population de Goma et ses environs
    – De cesser l’incinération des sachets ;
    – D’utiliser les paniers pour faire le marché et autre emballages en papier ;

    Pour GEAPE Directeur Exécutif

    NYEBONE Faustin

  20. je suis un tunisien , je veux avoir des informations sur le coût d’un projet de recyclage de plastique et où on peut vendre le produit de plastique recyclé
    merci
    mon numéro : 00216 26976602

  21. je voudrais creer un atelier de recyclage de plastique en tunisie je cherche un partenaire pour m’aider a financier un tel projet

  22. mohauia@gmail.com
    Je voudrai monter une unité de recyclage qui peut m’aider.
    Je reponds au +22790844769

Moi aussi je donne mon avis