Quel est le poids de l’ESS en France ?

L’Economie Sociale et Solidaire (ESS) rassemble des coopératives, mutuelles, associations, syndicats et fondations qui conçoivent l’économie autrement. Novembre est le mois de l’ESS en France : l’occasion de découvrir cette économie dynamique.

Rédigé par Annabelle, le 1 Nov 2016, à 16 h 51 min

Loin d’être confidentiel, le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble 10 % des salariés en France, une part qui a tendance à s’accroître. Comme chaque année en novembre, le mois de l’ESS est l’occasion de mettre en valeur cette forme d’économie plus humaine.

Quelles structures composent l’ESS ?

Les organisations qui constituent l’ESS peuvent être de nature très diverse. On y rassemble les associations bien sûr mais aussi les coopératives, les mutuelles ou les fondations. Ces acteurs divers sont cependant d’accord sur une série de principes communs.

Les principes de l’ESS

  • Une gouvernance démocratiqueLes dirigeants sont élus, et les décisions sont prises en accord avec la volonté collective, sur le principe de « une personne, une voix ».
  • La libre adhésion. Ce principe laisse à tout individu le droit de participer et d’adhérer à l’organisation de son choix.

economie sociale solidaire

  • L’Homme au coeur de l’économie. L’individu prime sur la recherche de profit, ce qui se traduit par des services innovants et équitables.
  • Un investissement solidaire. Les bénéfices sont destinés à être reversés à l’organisation elle-même, afin de développer son activité : il n’y a pas d’actionnaire à rémunérer. C’est d’ailleurs pour cette raison que le secteur a beaucoup mieux résisté à la crise que les autres.

Une diversité de salariés

Si l’ESS est représentée par des secteurs très attendus comme les hébergements médico-sociaux par exemple, elle se trouve aussi dans des domaines où on l’attend moins. Ainsi, 46 % des assurances font partie de l’ESS, ainsi que 30 % des services financiers (qui englobent les mutuelles et les banques coopératives).

L’ESS emploie 2,37 millions de salariés, dans 221.325 établissements(1). Parmi eux, on compte 1,5 million d’associations en France, qui emploient en moyenne 13 salariés. Aujourd’hui cependant, quatre associations sur cinq ne fonctionnent exclusivement qu’avec des bénévoles.

Le poids de l’ESS dans l’économie française est donc extrêmement important. Il est en outre très largement réparti sur tout le territoire français. Par exemple, seuls 20 % des sièges des fondations sont basés à Paris.

Un secteur clé pour la consommation responsable

L’économie sociale et solidaire est très présente sur les secteurs de l’environnement et de la consommation responsable. Ses entreprises innovent dans de nombreux domaines comme l’agriculture biologique, les énergies renouvelables, la finance solidaire ou le recyclage.

Les structures de l’ESS agissent à la fois positivement sur l’environnement, mais aussi sur l’économie en favorisant l’emploi local et le lien social, tout en proposant un fonctionnement démocratique. C’est la raison pour lauelle on a tout intérêt à mieux connaître les structures qui font l’ESS sur notre territoire.

Lire page suivante : le mois de l’ESS

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. je suis trésorière au sein de l’association HORIZON BOCAGE, qui oeuvre à la plantation et à la restauration de haies bocagères en Loire Atlantique, sur la commune d’Aigrefeuille sur maine, plus particulièrement.
    Cette association est toute jeune puisqu’elle n’a même pas 1 an mais nous y mettons toute notre énergie et notre enthousiasme pour corriger les erreurs du passé et éduquer sur les bienfaits des haies bocagères.
    A travers chaque association, c’est un vrai pouvoir citoyen qui s’exprime et permet de changer de manière plus solidaire le monde dans lequel nous vivons.

    Alexandra

  2. Emmanuel MARIE-LUCE
    Président de l’association L’ARBRE A VIE
    Chevalier de la légion d’honneur
    Bonjour,
    Durand ces vingt dernières années, l’association L’ARBRE A VIE dont j’ai l’honneur d’être le président fondateur, a travaillé en étroite collaboration tant avec les services de l’état (DIREN/ DEAL), qu’avec les collectivités locales de Martinique, sans oublier la ville du Robert qui en son temps nous a permis d’inaugurer les deux concepts que sont « Le panneau d’affichage autorisé » ainsi que « La pré enseigne collective ». Les problématiques “choisies” par l’association ont débouché sur des solutions concrètes que nous avons inscrites dans les appels à projets lancés par l’ETAT, le PNRM, L’office du tourisme, L’ARDTM, L’AGENDA 21 etc. Aujourd’hui encore, nous continuions à interpeler les maires de la Martinique avec le soutien de la CRESS Martinique pour ce grand projet que nous avons appelé « L’accueil visuel en Martinique ». La ville de DUCOS et son maire Monsieur Charles André MANCE a entamée avec l’association un partenariat, pour que la réalisation de tous ces projets primés, labellisés afin qu’ils basculent dans l’ESS au profit d’un grand nombre de chômeurs, au profit de la protection de notre environnement.

Moi aussi je donne mon avis