Lithothérapie, pierres et cristaux : l’envers de la médaille

La lithothérapie, ou soin par les pierres, connaît un véritable succès. Ces cristaux, censés nous reconnecter à la Terre, seraient cependant un désastre pour l’environnement.

Rédigé par Pauline Petit, le 9 Mar 2020, à 18 h 00 min

C’est un véritable engouement qui nous vient des États-Unis, véhiculé par les célébrités hollywoodiennes : Gwyneth Paltrow ne jure que par elles et Miranda Kerr -entre autres- en fait la promotion pour sa ligne de cosmétiques. Elles ? Ce sont les pierres et cristaux : quartz rose, jade, tourmaline… Ces pierres, si elles peuvent participer au bien-être ou à la guérison, sont pourtant peu bénéfiques pour l’environnement.

Les pierres et cristaux : pour se connecter à la Terre ou pour la blesser ?

Les pierres et cristaux envahissent les cosmétiques, bijoux et salles de yoga : on leur prête des vertus multiples, mais sait-on vraiment ce qui se cache derrière l’industrie d’extraction des pierres  ?

La lithothérapie, source de bien-être et juteux business

La lithothérapie, ou soin par les pierres, se base sur l’énergie et les vertus supposées des pierres et de leurs couleurs pour améliorer notre bien-être général ou notre état de santé. Chaque pierre possède des vertus particulières, et les professionnels de la lithothérapie peuvent aider à choisir la pierre qui nous convient : vitalité, équilibre, stress…

cristaux lithotherapie

Des cristaux en lithothérapie ©Monika Wisniewska

Si les pierres peuvent aider à trouver le chemin du bien-être, l’efficacité de la lithothérapie n’a jamais été démontrée scientifiquement et les charlatans sont nombreux qui surfent sur la vogue des pierres.
En premier lieu, les stars hollywoodiennes qui vendent leurs cosmétiques à base de cristaux, uniquement dans un but commercial. Or les dessous de l’extraction des pierres sont loin de l’image zen et healthy que l’on peut donner aux pierres et cristaux.

L’industrie des pierres, source d’exploitation humaine et environnementale

Comme pour toutes les ressources fossiles, les pierres sont une ressource non-renouvelable. On sait déjà que l’industrie des métaux et pierres précieuses, comme l’or ou les diamants, est extrêmement polluante et source de violences. C’est également le cas pour les cristaux utilisés dans le cadre de la lithothérapie.

Pour  Payal Sampat, de l’ONG Earthworks, « en RDC, l’extraction des minerais est liée à de sévères violations des droits de l’Homme et dommages environnementaux. Des enfants de sept ans travaillent dans les mines de cuivre », d’où viennent également de nombreuses « pierres qui soignent » comme la citrine ou le quartz.
Il a été interrogé par le journal The Guardian, qui a publié une longue enquête sur le sujet(1).

Même constat à Madagascar, l’un des pays qui extraient le plus de pierres. À Anjoma Ramartina, capitale du quartz rose, le travail des enfants y est fréquent, l’espérance de vie extrêmement basse et la violence y est légion.

Afin d’extraire les pierres du sous-sol, des zones vierges, parfois protégées, sont déforestées. L’industrie minière possède un impact extrêmement néfaste sur les populations d’animaux, la flore qui y vit, et les produits chimiques utilisés polluent durablement les terres et les cours d’eau.

industrie pierres

L’extraction des pierres a un impact sur l’environnement ©Red ivory

Il n’existe pas ou peu de réglementations concernant l’industrie des pierres, et il est très difficile de connaître la traçabilité des cristaux que l’on peut utiliser dans le cadre de la lithothérapie.
Comme pour de nombreux produits, les pierres achetées bon marché cachent souvent une exploitation humaine et environnementale féroce. Mais une pierre achetée au prix fort ne signifie pas forcément que l’on peut l’acheter les yeux fermés : le prix correspond parfois à des coûts élevés de publicité et de marketing, comme les « pierres qui soignent » miraculeuses vendues par Gwyneth Paltrow.

Les boutiques qui vendent des cristaux issus de sources propres se comptent sur les doigts d’une main. Kacha Stones en fait partie ; Stephen Wells, son fondateur, est basé en Inde, où il cherche des pierres de lune, tourmaline et kyanite extraites de façon responsable.
Pour lui, les processus d’extraction jouent aussi sur l’efficacité des pierres : « prendre quelque chose par la force possède un effet sur n’importe quel être vivant. Qui pourrait imaginer que l’impact d’une explosion minière n’ait aucun impact sur les pierres ? »

Il ne s’agit pas de dénigrer la lithothérapie ou de boycotter l’utilisation des pierres pour son bien-être. Mais, comme pour l’alimentation ou pour la fast fashion, il est nécessaire que les utilisateurs de pierres et cristaux, souvent sensibilisés aux problématiques sociales et environnementales, se rendent compte de l’impact de l’extraction des pierres.
Et les utilisent à bon escient, de manière raisonnée, ou se tournent vers des circuits d’extraction respectueux des humains et de l’environnement.

Illustration bannière : Pierres, cristaux, lithothérapie © ju_see

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



A la découverte du monde de demain, initiatives positives, personnalités inspirantes, nouveaux modèles économiques. Sans cesse dans les livres, sur le Net...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Très bien car nos mamans utilisaient du charbon pour laver la bouche des enfants

  2. Comme vous le précisez c’est encore un bon gros business.

    Il suffit de dire que c’est millénaire et vibratoire et c’est comme ça que fleurissent thérapeutes bidons et formations … »certifiantes. »
    Bien entendu, on ne peut accuser ni ceux qui se forment ni ceux qui portent des pierres miraculeuses, chacun fait comme il veut, comme il peut..
    Restons vigilants quand même pour ne pas tomber dans tous les panneaux.

    Merci à Consoglobe de veiller à la qualité de ses articles.

  3. Oui c’est vrais mais en tant que lithotherapeute je dit toujours a mes clients si un bracelet casse ou sitôt qu’une pierre et usé de la remettre en terre

  4. Merci pour cet avertissement. C’est bien à savoir !

Moi aussi je donne mon avis