40 % des produits de beauté contiennent des perturbateurs endocriniens

Rédigé par Jean-Marie, le 16 Sep 2013, à 18 h 06 min

« Il s’agit ici de la protection de notre santé, de celle de nos enfants et de notre environnement, c’est pourquoi nous appelons le gouvernement à interdire l’usage des perturbateurs endocriniens dans nos produits du quotidien et les entreprises à se mobiliser pour la recherche afin d’étudier les meilleures alternatives possibles » s’insurge le Président de Noteo Institut. « En attendant ces évolutions, nous recommandons aux consommateurs d’être vigilants sur leurs produits du quotidien »

Les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens : ils interviennent de façon insidieuse sur l’organisme en entrainant des perturbations plutôt qu’une intoxication. Ils peuvent ainsi perturber l’organisme, imiter l’effet d’une certaine hormone ou bloquer l’actions d’autres hormones. Les perturbateurs endocriniens peuvent intervenir très tôt dans la vie de l’Homme, pouvant avoir alors des effets irréversibles.

> Ils sont aujourd’hui accusés de conduire à des problèmes de croissance et de reproduction, ainsi que des anomalies cellulaires.

> En effet, on absorbe des perturbateurs endocriniens dans l’alimentation (pesticides, contamination par les emballages et les récipients), la respiration (effluves de parfums, émanations des produits d’entretiens, de bricolage et de nettoyage, vapeurs dégagées par certains matériaux) et par contact avec la peau (cosmétiques, crèmes solaires, restes de produits de lessive sur les vêtements) et même des fraises !

On suspecte les perturbateurs endocriniens d’être la cause de l’augmentation des cas de cancer du sein, des testicules et de la prostate ; de l’abaissement de la qualité du sperme ; de la diminution de l’âge de la puberté ; et même des changements dans le comportement des nouveaux-nés et des jeunes enfants. Cependant, étant donné la multitude de substances chimiques synthétiques que nous absorbons quotidiennement, les liens de cause à effet sont considérés comme « pratiquement impossible à prouver ».

Parce qu’il est compliqué pour le consommateur de se repérer, d’identifier les produits qui contiennent des substances à risques et ceux qui n’en contiennent pas, Noteo propose un service qui permet de décrypter les étiquettes. Très utile !

Noteo, l'appli qui unifie la notation des produits de consommation

spiruline algueCette étude vient confirmer celle d’UFC Que Choisir divulguée en 2011 et qui portait aussi sur les perturbateurs endocriens :  une étude portant sur 66 produits d’hygiène et de beauté et qui mettait également en garde contre l’effet cocktail :  la question se pose quand on utilise plusieurs produits quotidiennement. « C’est ce que nous avons constaté avec le triclosan pour lequel nous avons trouvé des teneurs acceptables sur les dentifrices et les déodorants pris isolément, mais qui atteignent un niveau de risque significatif pour une utilisation combinant les deux produits« , affirmait déjà l’association.

*

Je réagis

Grâce à son dispositif de notation sur les critères santé, environnement, social et budget sur des milliers de produits du quotidien (hygiène-beauté, alimentation, produits d’entretien), les consommateurs peuvent sélectionner les meilleurs produits, en toute connaissance de cause ! Noteo est accessible gratuitement via un site web (www.noteo.info) et une application mobile (iPhone / Android). Rendez-vous sur le site de Noteo

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. si il y a un risque environnemental diffus pour toute la population, c’est surtout les caractéristiques de l’exposition professionnelle (dose, fréquence et durée) qui induisent des risques largement majorés pour certains métiers en contact avec des médicaments, solvants, pesticides, métaux dans les industries chimiques, pharmaceutiques, cosmétiques, plasturgiques, … et dans le secteur agricole.
    source : La prévention des risques professionnels des perturbateurs endocriniens : officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507

  2. Dans la vie il y a ceux qui achètent des produits tout fait (beurk-beuk)et ceux qui les font eux même (alimentation, produits d’entretien, cosmétiques…)Néanmoins, pour les cosmétiques, c’est un savoir faire un peu oublié mais pas compliqué !

    Abrakélavie
    Véronique

  3. Il existe un fabricant pionnier dans la non-toxicité depuis 1987 : Neways. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez me demander des infos. Neways évite plus de 3000 substances controversées dans les cosmétiques et soins personnels, dont beaucoup de perturbateurs endocriniens. Je me ferai un plaisir de vous aider.

  4. Mais on prefere supprimer les encres couleurs des tatouages … Je comprens hollande .. si il y a plus de make up sur sa femme , il risque de plus vouloir la monter ..

  5. Pas besoin d’une étude pour le savoir, le livre de Rita STIENS « la vérité sur les cosmétiques » édité il y a bien plus de 10 ans, donne un panorama très complet de tous les produits toxiques pour la peau et l’environnement. C’est au consommateur de lire les étiquettes et d’éviter les produits dangereux.

    • On pourrait dire aussi que c’est aux fabriquants d’être corrects et d’arrêter de mettre des produits nuisibles ou suspects. Rêvons!!

Moi aussi je donne mon avis