40 % des produits de beauté contiennent des perturbateurs endocriniens

Rédigé par Jean-Marie, le 16 Sep 2013, à 18 h 06 min

40 % des produits de beauté contiennent encore des perturbateurs endocriniens. Telle est la conclusion effarante d’une étude réalisée par Notéo. Pour les consommateurs, cela signifie une exposition quotidienne puisque toutes les catégories de produits sont concernées. Faisons le point sur cette inquiétante nouvelle.

La salle de bain envahie par les perturbateurs endocriniens

Selon une étude réalisée par l’Institut Noteo, 40 % des produits d’hygiène-beauté  contiennent des perturbateurs endocriniens (PE). En clair, les produits suivants contiennent au moins une substance perturbatrice du système endocrinien :

–  71 % des fonds de teint,
– 40 % des rouges à lèvres,
– 38 % des crèmes pour le visage,
– 36 % des déodorants,
– 30 % des dentifrices
– 24 % des shampoings

 Les parabens dans les produits de beauté

Parmi les substances les plus utilisées, on retrouve

– les Parabènes,
– le Cyclopentasiloxane,
– le Triclosan  :  est un agent chloré antifongique et anti bactérien qui se trouve fréquemment dans les produits cosmétiques : on le trouve dans des savons, dans des déodorants où on l’emploie à la place de l’aluminium.
– des absorbeurs de rayons UV.

Dans la plupart des cas, ces toxiques sont mélangées et utilisés de manière combinée, c’est-à-dire qu’un produit contient plusieurs de ces substances à risque. D’où le risque de l’effet cocktail… aux conséquences inconnues.

perturbateurs-endocriniens-salle-de-bainsinfographie réalisée par Noteo

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. si il y a un risque environnemental diffus pour toute la population, c’est surtout les caractéristiques de l’exposition professionnelle (dose, fréquence et durée) qui induisent des risques largement majorés pour certains métiers en contact avec des médicaments, solvants, pesticides, métaux dans les industries chimiques, pharmaceutiques, cosmétiques, plasturgiques, … et dans le secteur agricole.
    source : La prévention des risques professionnels des perturbateurs endocriniens : officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507

  2. Dans la vie il y a ceux qui achètent des produits tout fait (beurk-beuk)et ceux qui les font eux même (alimentation, produits d’entretien, cosmétiques…)Néanmoins, pour les cosmétiques, c’est un savoir faire un peu oublié mais pas compliqué !

    Abrakélavie
    Véronique

  3. Il existe un fabricant pionnier dans la non-toxicité depuis 1987 : Neways. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez me demander des infos. Neways évite plus de 3000 substances controversées dans les cosmétiques et soins personnels, dont beaucoup de perturbateurs endocriniens. Je me ferai un plaisir de vous aider.

  4. Mais on prefere supprimer les encres couleurs des tatouages … Je comprens hollande .. si il y a plus de make up sur sa femme , il risque de plus vouloir la monter ..

  5. Pas besoin d’une étude pour le savoir, le livre de Rita STIENS “la vérité sur les cosmétiques” édité il y a bien plus de 10 ans, donne un panorama très complet de tous les produits toxiques pour la peau et l’environnement. C’est au consommateur de lire les étiquettes et d’éviter les produits dangereux.

    • On pourrait dire aussi que c’est aux fabriquants d’être corrects et d’arrêter de mettre des produits nuisibles ou suspects. Rêvons!!

Moi aussi je donne mon avis