Perte de mémoire : fatigue, stress ou maladie ?

Les processus de mémorisation sont complexes. Si bien que lorsqu’il y a oubli, on ne sait pas toujours s’il s’agit de quelque chose de normal ou de pathologique. Décryptage de la perte de mémoire.

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 18 Apr 2021, à 9 h 00 min
Perte de mémoire : fatigue, stress ou maladie ?
Précédent
Suivant

Les petites pertes de mémoire sont extrêmement fréquentes. Qui ne s’est jamais retrouvé dans une pièce sans plus savoir ce qu’il était venu y faire ? Les trous de mémoire n’ont donc souvent rien d’inquiétant. Mais alors, quels sont les signaux d’alerte d’un trouble de la mémoire ? Nous vous donnons quelques points de repère pour le savoir.

Qu’est-ce qu’un trou de mémoire ?

Ce qu’on appelle communément des trous de mémoire ou troubles mnésiques correspondent à plusieurs choses.

Trois capacités altérées

Lorsqu’on a un problème de mémoire, ce sont en fait trois capacités naturelles du cerveau qui ne fonctionnent pas correctement.

  1. Le cerveau ne parvient pas à mémoriser un événement ou un fait nouveau. La personne ne se souvient pas de ce qu’elle a mangé la veille par exemple.
  2. Il lui est impossible de retrouver un souvenir, donc quelque chose de plus ancien.
  3. Les deux en même temps.

La mémoire, un processus complexe

Il n’existe pas une mémoire mais bien des mémoires. C’est en cela que le processus est complexe. Et qu’il est donc difficile parfois de distinguer un trouble de la mémoire d’un simple oubli.

perte de memoire

Mémoires à court terme et à long terme permettent d’apprendre – © Semachkovsky

Pour schématiser, deux types de mémoire coexistent et s’entremêlent : la mémoire à court terme et la mémoire à long terme.

La mémoire à court terme porte sur les événements récents. Elle sert, entre autre, au stockage des informations. C’est la mémoire à court terme qui permet de retenir un numéro de téléphone avant de l’enregistrer dans son répertoire.

La mémoire à long terme concerne les souvenirs plus anciens. Elle est subdivisée en d’autres catégories de mémoires. La procédurale permet de se souvenir comment marcher ; la sémantique stocke nos connaissances ; la mémoire épisodique nous ramène vers le passé et permet de se situer dans le temps. Enfin, la mémoire perceptive est liée à nos cinq sens. C’est la fameuse madeleine de Proust.

Différents troubles de la mémoire

Une chose importante à ne pas oublier, justement : l’oubli est une fonction naturelle et vitale du cerveau ! En effet, l’oubli permet de faire le tri dans les informations. On oublie les choses sans importance et on stocke les informations utiles.

Oups, je l’ai sur le bout de la langue

Le petit trou de mémoire est tout à fait normal. Impossible de remettre la main sur son téléphone portable ? Ce peut-être tout simplement lié à un problème de concentration. On fait les choses machinalement en rangeant son téléphone dans une poche. L’information n’a donc pas pu être bien intégrée par le cerveau.

Le fait d’être sursollicité, de faire plusieurs choses à la fois et surtout, de rester en pilote automatique entraîne ces petits trous de mémoire. Un conseil donc : cultiver la présence à soi !

 À lire aussi – Comment entraîner votre mémoire à se souvenir de (presque) tout ?

Des oublis plus fréquents qu’à l’accoutumée

perte de memoire

Chercher ses clés partout… – © kryzhov

Si vous avez l’impression que les trous de mémoire s’accumulent, il ne s’agit pas forcément de quelque chose de pathologique ou qui risque de s’aggraver. En période de stress et de climat anxiogène comme nous le vivons actuellement, la mémoire peut avoir tendance à défaillir.

Le stress et les émotions désagréables favorisent les problèmes de concentration et de mémorisation. La fatigue, elle aussi, joue sur les pertes de mémoires occasionnelles. L’abus d’alcool, de tabac ou l’usage de stupéfiants influencent négativement les capacités de la mémoire. Enfin, c’est un fait, en vieillissant, on est davantage sujet aux petits oublis.

À lire aussi – Oubliez les trous de mémoire, apprenez à les éviter !

Les troubles de la mémoire comme symptômes d’une maladie

Vous l’avez compris, dans la majorité des cas, la perte de mémoire est naturelle et n’est pas inquiétante.

Cependant, ces troubles peuvent être liés à une maladie. Si vous vous inquiétez vous-même de troubles de la mémoire, il y a des chances pour que ce ne soit pas pathologique. En effet, lorsque la perte de mémoire soudaine ou d’autres troubles mnésiques sérieux arrivent, la personne concernée ne s’en rend pas forcément compte. En général, c’est l’entourage qui s’inquiète.

Quand les pertes de mémoire deviennent vraiment fréquentes ou que le comportement change et devient complètement inhabituel, c’est là qu’il ne faut pas hésiter à consulter. Un professionnel de santé effectuera les tests nécessaires pour diagnostiquer un trouble de la mémoire immédiate par exemple ou d’autres problèmes liés à la mémorisation.

Dans tous les cas, n’attendons pas et prenons soin de notre cerveau dès aujourd’hui ! La mémoire s’entretient. Bien manger, pratiquer une activité physique et cultiver les liens sociaux sont autant de clés pour conserver une mémoire d’éléphant le plus longtemps possible.

memoire, coup de coeurperte memoire
100 tests pour entraîner sa mémoire
De Bernard Croisile

100 jeux et exercices amusants pour tester, exercer et stimuler sa mémoire sous toutes ses formes : visuelle, sémantique, épisodique…

A découvrir sur Cultura.com

 

Illustration bannière : Les troubles mnésiques – © StunningArt
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis