Nestlé prie les habitants de Vittel d’aller boire ailleurs

Du fait de la surexploitation de la nappe phréatique de Vittel par Nestlé Waters, les habitants sont invités à aller puiser leur eau quotidienne dans une autre nappe, à 15 kilomètres de là.

Rédigé par Paul Malo, le 14 Dec 2018, à 11 h 35 min

Vittel, un nom de ville symbole d’eau minérale. Mais pour la mettre en bouteille, Nestlé Waters demande aux habitants de la ville d’aller boire ailleurs…

À Vittel, des pipelines pour aller puiser l’eau dans une autre nappe phréatique

C’est une situation ubuesque d’un point de vue naturel, un projet absurde contre lequel s’élèvent France Nature Environnement et Vosges Nature Environnement (1).

Déjà, en mars dernier, elles alertaient sur l’épuisement de la ressource en eau à Vittel par Nestlé Waters. Mais maintenant, le géant de l’eau prévoit de construire des dizaines de kilomètres de pipelines pour que les habitants de la ville puisent leur eau quotidienne dans une nappe phréatique située à 15 km de Vittel, dans un cours d’eau dont la qualité qui laisse à désirer.

Cette eau minérale puisée par Nestlé Waters dans la nappe d’eau souterraine de Vittel est mise en bouteille puis commercialisée en Allemagne. Pour Jean-François Fleck, président de Vosges Nature Environnement« on marche sur la tête : plutôt qu’une diminution des prélèvements accordés à la multinationale, le département et les pouvoirs publics envisagent de puiser ailleurs pour approvisionner les populations. Comment peut-on envisager de construire 30 à 50 km de pipeline pour alimenter des communes qui disposent déjà de leur propre ressource en eau ? ».

Pour continuer à alimenter le marché allemand, les Vitellois devront-ils puiser leur eau à 15 km de chez eux ? © Shark_79

Alerte : un bien commun accaparé par des intérêts privés

Après un courrier au préfet resté sans réponse, l’association Vosges Nature Environnement a adressé un courrier au ministre François De Rugy en septembre pour demander le retrait des autorisations de prélèvement et de consommation d’eau accordées à Nestlé Waters dans la nappe concernée.

Pour elle, « l’entreprise doit au plus vite stopper cette surexploitation de la ressource en eau, pour assurer l’alimentation des populations locales, le fonctionnement des milieux aquatiques et la protection pérenne des nappes souterraines. Il s’agit de priorités légales qui ne sauraient passer après les bénéfices d’un grand groupe industriel ».

Les citoyens peuvent tout de même donner leur avis sur le sur le sujet : une consultation publique a été ouverte le 13 décembre, pour une durée de deux mois. À l’issue et en fonction des avis recueillis, la Commission Locale de l’Eau décidera, ou non, de revenir sur sa décision d’aller puiser dans une autre nappe pour approvisionner les populations.

« Loin de régler le problème, la solution proposée pose une fois de plus la question de l’accaparement d’un bien commun pour des intérêts privés, estime Michel Dubromel, président de France Nature Environnement. Dans le contexte actuel de changement climatique où l’accès à la ressource en eau est de plus en plus difficile, il est nécessaire d’assurer le partage et une utilisation responsable de la ressource, et de faire passer les intérêts économiques de certains groupes après l’intérêt général ».

Pour en savoir plus sur la concertation publique, rendez-vous ici

Illustration bannière : Femme buvant un verre d’eau – © HQuality
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




9 commentaires Donnez votre avis
  1. Ne perdons pas notre temps, il a été déjà dit par un ex-ministre que la démocratie s’use face aux lobbies. Je remercie et complète d’autres consomm-acteur sur cette liste qui parlent efficacité avec le Boycott de précaution. En plus ce sera aussi de la sobriété car il y a déjà tellement d’autres bonnes raisons d’arrêter l’eau dans du plastique et des camions Diesel.

  2. ici il est facile de critiquer, sans connaitre les tenants et aboutissant de cette situation pour info le prélèvement de la part de nestle n est que de 25 pourcent d autre acteur de la région sont également responsable ne faire que le procès de nestle est réducteur cela est dirige par des ong qui se situent hors de l Europe notamment auxétats unis ou il me semble ils sont mal place pour donner des leçons de plus le responsable d’oiseaux nature n hésite pas, lui, a construire çà propre piscine ou et la cohérence

    • « que » de 25 % ?
      pour un seul ?
      effectivement, une « goutte d’eau » …

  3. Si Nestlé continue ses prélèvements, il faudra boycotter TOUS ses produits !!!!!!!!!

    • Il faut déjà boycotter tout ses produit.
      C’est l’une des sociétés les plus ingrate et malfaisante du 21ème siècle !

  4. Bonjour, l’eau appartient aux habitants des communes, doit être gratuite et non commercialisée !!!!!

    • L’eau est toujours gratuite puisque personne n’est responsable de son existence.
      D’ailleurs, les produits naturels, par essence, sont toujours gratuits.
      Par contre, sa collecte, son conditionnement et son transport ont un coût, sans même parlerde la chaine de commercialisation.

  5. Absurde et indécent !

Moi aussi je donne mon avis