Mort et écologie : comment rester vert jusqu’au bout ?

À quoi sert d’être écolo toute sa vie si on se met à polluer la Planète après sa mort ? Car c’est une chose aussi inévitable que la mort en soi : que l’on choisisse l’inhumation ou la crémation, notre mort aura forcément un impact sur l’environnement. Toutefois, des alternatives existent pour allier mort et écologie.

Rédigé par Annabelle, le 31 Oct 2016, à 15 h 47 min

L’explosion démographique, la raréfaction des terrains et l’obligation de se débarrasser de plus en plus de corps a un impact sur l’environnement.

Inhumation ou crémation, deux procédés polluants

Au moment du décès, seuls deux choix s’offrent à nous : la crémation et l’inhumation. Si on passe outre les motivations économiques, religieuses ou les valeurs personnelles, et que l’on ne s’attache qu’à la dimension environnementale, quel procédé est avantageux car moins nocif pour la planète ?

cimetiere-cercueil écoloLa crémation, un procédé énergivore

Les Français sont de plus en plus nombreux à faire le choix de la crémation. Elle concerne aujourd’hui un tiers des décès, et est en constante augmentation.

La crémation ne consiste par à placer un corps dans les flammes. C’est un procédé par lequel on soumet la dépouille à une température très élevée de 850°C. À cette température, le corps finit par se réduire en cendres.

Comme on peut s’en douter, ce procédé fait intervenir beaucoup de ressources : la crémation nécessite l’utilisation de 27 l d’essence pour une durée moyenne d’1h30.

Les émissions de CO2 ne sont pas le seul problème environnemental : pendant qu’il est brûlé, le corps qui a été rempli de produits formolés dégage des dioxines. Parallèlement, il peut aussi dégager jusqu’à 6 g de mercure essentiellement dus à la présence de plombages dentaires.

À cela, il faut ajouter le recours à la ressource bois : en effet, même si le corps n’est pas inhumé, il doit tout de même être placé dans un cercueil.

L’inhumation et rejet de polluants

Si aujourd’hui on compte près de 600.000 décès par an, en 2020, la France devrait comptabiliser 800.000 morts par an et autant de cercueils.

Comme on considère qu’il faut en moyenne, 1m3 de bois pour construire six cercueils, on arrive à 100.000 stères de bois, qui sont, soit enterrées, soit consumées chaque année en France… De quoi raser toute une forêt.

Le recours au bois n’est pas le seul problème. Après la mort, les pompes funèbres procèdent à la thanatopraxie – ou formolisation – afin de conserver le corps avant la mise en bière. Il s’agit d’injecter dans la dépouille jusqu’à 10 litres d’un produit aseptique et stérilisant contenant en grande partie du formaldéhyde, mais aussi du méthanol, du glycol, du phynol et de l’éosine pour ralentir le processus de décomposition. Des composés qui, lors de la décomposition du corps, s’infiltrent dans la terre et polluent immanquablement le sol et les eaux.

Ainsi, malgré ses inconvénients, la crémation est considérée comme plus écologique que l’inhumation.

Selon une étude australienne, son bilan carbone serait meilleur que celui de l’inhumation. Bien que la crémation rejette bien plus de CO2 dans l’atmosphère – 160 kg contre 39 kg pour l’inhumation – les cimetières ont un impact beaucoup plus pesant sur l’environnement à cause des stèles, de l’utilisation de pesticides et d’eau pour l’entretien du terrain, etc. En prenant tous ces paramètres en compte, les inhumations sont responsables de 10 % d’émissions en plus.

Lire page suivante : exemples de funérailles écologiques

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

33 commentaires Donnez votre avis
  1. Pas mal…. mais c’est scandaleux de faire (ou de laisser) croire aux gens que c’est en enterrant un défunt, même dans un œuf en plastique biodégradable, qu’on peut faire pousser un arbre …s’il grandit quand même, ce n’est pas grâce à la dépouille, mais malgré sa putréfaction !
    En réalité, ce n’est qu’une tentative de “green washing” d’une pratique funéraire extrêmement dommageable pour la salubrité publique et la protection de l’environnement car le véritable problème des cimetières ce sont les nappes phréatiques carrément in-dépolluables à cause de la cadavérine, de la putrèscine,
    de tous les produits chimiques accumulés dans nos corps : résidus de médicaments, pesticides, perturbateurs endocriniens, produits d’embaumement… ainsi que métaux lourds des amalgames dentaires, des prothèses, des pace-makers, … par suite de la putréfaction (mauvaise décomposition en l’absence d’air)!

Moi aussi je donne mon avis