Toussaint : êtes-vous prêt à faire composter votre corps après votre mort ?

L’humification consiste à faire composter son corps après sa mort. Un procédé écolo et enthousiasmant pour certains (mais pas pour tout le monde !).

Rédigé par Audrey Lallement, le 1 Nov 2022, à 9 h 19 min
Toussaint : êtes-vous prêt à faire composter votre corps après votre mort ?
Précédent
Suivant

Combien de Français seraient-ils prêts à faire composter leur corps après leur mort ? Et vous, seriez-vous prêt à avoir recours à ce procédé pour vous-même ou vos proches ?

Qu’est-ce que l’humification ?

En cette fête de la Toussaint, veille du jour des morts qui a lieu le 2 novembre, voici une question particulièrement d’actualité. Seriez-vous prêt à transformer votre corps en compost après votre mort ? La réponse est oui pour presque la moitié des Français.

Selon Sondage OpinionWay pour Humo Sapiens et Maif  qui a été réalisé en août 2022 auprès de 2.072 personnes, 46 % de la population française serait d’accord avec l’idée de se faire humifier après la mort.

Bien-sûr, il ne s’agit pas de déposer le corps de sa belle-mère sur le tas de compost au fond du jardin ! La technique consiste à placer les corps dans une chambre de compostage dédiée à cet effet, et à accélérer leur décomposition naturellement. Un mois plus tard, la famille récupère le terreau obtenu qui pourra être utilisé pour faire pousser des arbres par exemple.
« l’humification est une alternative funéraire régénérative inspirée du cycle naturel du vivant. Sous l’action des micro-organismes présents habituellement dans les premiers centimètres du sol et en présence d’oxygène, le corps humain se transforme en quelques mois en humus, une terre riche et fertile » détaille la synthèse.

humification

Pour ou contre l’idée de composter son corps après sa mort ?

L’humification, en tant qu’alternative funéraire régénérative inspirée du cycle du vivant, parvient à attiser la curiosité des Français. Une fois ce concept présenté, près d’un répondant sur deux déclarent être prêts à recourir à ce mode de sépulture, pour eux ou leurs proches (49 %). Plus précisément, 16 % seraient prêts à le faire pour eux, 30 % pourraient y recourir s’ils bénéficiaient de plus d’explications, et 27 % ne sont pas prêts actuellement à y avoir recours mais pourraient changer d’avis.
À l’inverse, 52 % des participants sont opposés à ce mode de sépulture pour eux-mêmes et 57 % pour leurs proches. Selon le sondage, les raisons qui expliquent que les personnes ne sont pas favorables à l’humification sont nombreuses. Certains estiment que ce procédé ne correspond pas à leur vision du monde (41 %), d’autres ont des doutes concernant la sécurité sanitaire (propagation de maladies, contamination de sols…) (29 %) ou bien l’idée que leur corps soit décomposé par des micro-organismes leur déplait (27 %). Par ailleurs, un quart des Français auraient des doutes concernant l’impact écologique de l’humification.

Les résultats de cette étude révèleraient des chiffres « enthousiasmants ». Les Français auraient-ils passé un cap en termes de sépulture ? La réponse est oui a priori, notamment chez les jeunes puisque 55 % des moins de 35 ans se disent intéressés par l’humification. Si les mentalités changent en France, il faudrait aussi que la législation évolue. Alors que l’humification est autorisée dans certains états des États-Unis, ce type de sépulture n’est pas encore autorisé dans l’Hexagone.

Seriez-vous d’accord pour que votre corps soit composté après votre mort ?
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. la Toussaint est la fête catholique de « tous les saints » pas celle des défunts qui est le 2 novembre

  2. à condition qu’on ne vous inocule pas tous ces produits chimiques pour que le corps se conserve en bon état pendant x jours !
    Personnellement, je ne veux ni cercueil, ni vêtements, ni bijoux, ni cérémonie, ni sépulture dans un affreux et si triste cimetière de granit ou de marbre !

Moi aussi je donne mon avis