Les engagements anti-charbon se multiplient à l’approche de la COP23

Le Royaume-Uni, les Pays-Bas et le Canada envisagent de diminuer leur dépendance vis-à-vis du charbon.

Rédigé par Anton Kunin, le 16 Oct 2017, à 10 h 00 min

Le Royaume-Uni et le Canada viennent de s’engager à exclure prochainement le charbon  » sale  » de leur mix énergétique. Quant aux Pays-Bas, ils envisagent une rupture totale avec le charbon. Cette évolution devrait se produire à l’horizon 2025 au Royaume-Uni et en 2030 au plus tard aux Pays-Bas et au Canada.

Vers un charbon moins polluant des deux côtés de l’Atlantique

Le Royaume-Uni et le Canada viennent de s’engager à réduire le rôle du charbon dans leur mix énergétique.  » Aujourd’hui nous annonçons que le Canada et le Royaume-Uni présideront une alliance mondiale visant à sortir du charbon non CSC « , ont déclaré Claire Perry, la ministre britannique du Climat, et Catherine McKenna, la ministre canadienne de l’Environnement à l’issue d’un entretien en tête-à-tête à Londres.

Il s’agit d’un engagement ambitieux, mais qui comporte néanmoins quelques réserves. Car dans cette déclaration, le mot clé est  » non CSC « , un sigle, signifiant  » capture et stockage du carbone  » et qui désigne une variété de techniques de séquestration de CO2 résultant, en l’occurrence, du brûlage de charbon. En d’autres termes, dès 2025 et 2030, le Royaume-Uni et le Canada ne laisseront plus leurs centrales à charbon rejeter du CO2 dans l’atmosphère, mais le capteront et le stockeront.

Les chiffres de la consommation mondiale de charbon sont sur le Planetoscope

Les Pays-Bas s’apprêtent à dire adieu au charbon

Les Pays-Bas, quant à eux, ont annoncé une sortie prochaine et totale du charbon. Trois centrales à charbon, pourtant les plus récentes et les moins polluantes, construites par RWE, Engie et Uniper et mises en service en 2015, seront prochainement mises à l’arrêt. Les énergies renouvelables s’étant considérablement développées depuis le début de la décennie, l’électricité produite par ces centrales à charbon est devenue plus coûteuse, tandis que la demande a diminué.

Lire aussi : Projet de loi hydrocarbures : le charbon ajouté à la liste des substances interdites

Par ailleurs, suite à une plainte de la fondation Urgenda, une décision de justice de juin 2015 a contraint les Pays-Bas à réduire leurs émissions de CO2 de 25 % par rapport au niveau de 1990 d’ici 2020. Afin d’atteindre cet objectif, le pays n’a pas d’autre choix qu’arrêter l’exploitation de ses centrales à charbon. Dans les mois qui ont suivi la décision de justice, le parlement néerlandais a recommandé au gouvernement de viser une réduction du niveau de CO2 de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2030, remettant encore plus en question l’avenir des centrales à charbon.

Illustration bannière : La fin du charbon pour plus d’énergies renouvelables – © encierro
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis