Fascinant voyage d’hiver en Laponie suédoise

Avec son incroyable réseau de lacs, de rivières et ses vastes étendues sauvages habitées par le seul peuple aborigène d’Europe, les Sames, la Laponie suédoise est un véritable paradis de l’écotourisme. Découverte…

Rédigé par Isabelle Allard, le 4 Feb 2017, à 15 h 30 min
Fascinant voyage d’hiver en Laponie suédoise
Précédent
Suivant

Laponie suédoise : une faune variée et quelques espèces emblématiques

Le mammifère le plus emblématique de la Laponie suédoise est le renne. Utilisé comme bête de trait ou de bât par les Sames, il est considéré dans ces régions comme un animal domestique et peut donc être facilement approché et observé. Le renne est élevé par les Sames et leur fournit fourrure, lait fromage et viande. C’est un animal indissociable du paysage de la Laponie.

Le renne est l’animal emblématique de la Laponie

Mais ce n’est pas le seul animal typique de ces régions arctiques. On trouve également des gloutons, des petits ours solitaires des montagnes, une espèce en voie d’extinction dans le monde et non sans danger puisqu’il peut dévorer les femelles rennes. Il survit toutefois dans ces régions très froides grâce à une fourrure dense et qui ne retient pas l’eau. Pour préserver cette espèce des prédateurs, une indemnisation est offerte à l’éleveur de rennes dont le troupeau a été attaqué.

On trouve également d’autres mammifères comme les ours bruns, de gros ours qui pèsent entre 130 et 700 kg et pouvant mesurer jusqu’à 3,5 m debout. un quota de chasse a été défini pour réguler l’espèce, et ces animaux sont massivement présents dans ces régions de forêts primaires. On peut aussi croiser d’autres petits mammifères comme des renards arctiques/polaires, des lièvres arctiques, des lemmings, des lynx ou des loups qui sont eux aussi chassés à cause de leur nature de prédateur.

Le lagopède alpin

Enfin la Laponie permet aussi de découvrir des oiseaux typiques de cette région : tout d’abord un rapace, le pyguargue à queue blanche qui migre vers le sud en hiver, mais les animaux plus âgés ne migrant plus, vous aurez peut-être la chance d’en voir en levant les yeux.

Dernier spécimen typique de cette région arctique, le lagopède alpin (en photo plus haut) qui ressemble un peu à un faisan, mais présente une particularité physique étonnante : son plumage change de couleur selon les saisons. En hiver, il est tout blanc avec une queue noire mais au printemps et en été son plumage est strié de noir et de marron, et seuls les bouts des ailes et l’abdomen restent blancs. En automne, le plumage prend une couleur grisâtre.

Une région forestière avec une végétation clairsemée

Lac gelé en Laponie suédoise © Shutterstock

La forêt occupe 70 % du territoire de la Suède et la région boréale n’échappe pas à cette omniprésence de la forêt qui est l’une des caractéristiques importantes de cette zone du Nord de la Suède. Ce sont essentiellement des conifères, des épicéas en grande majorité, qui peuplent ces forêts. Mais on trouve également quelques feuillus comme des ormes ou des érables et quelques arbres nains comme le saule arctique et le genévrier.

Le climat rude ne permet pas une végétation très abondante mais on a néanmoins recensé pas moins de 200 espèces de fleurs différentes : épilobe à feuilles larges, lupin arctique, oxytrope, pyrole, pavot arctique, oeillet marin, etc. Toutes développent des stratégies étonnantes pour lutter contre et résister au froid, comme la constitution d’enveloppes laineuses autour des graines ou l’aspect velu de leurs tiges.

Les baies sont aussi emblématiques de ces régions polaires, et constituent une part importante de la gastronomie suédoise : les airelles rouges, les myrtilles, les canneberges ou les cynorrhodons, etc.

Des mûres boréales

Mais la baie, sans aucun doute la plus emblématique de cette région est la mûre boréale, que l’on appelle également mûre des marais. Très convoitée, elle dispose de 145 noms différents qui ajoutent à son mystère, et font d’elle une baie rare et prisée, notamment par rapport à des valeurs nutritionnelles intéressantes, dont un taux élevé de vitamine C et d’acides gras essentiels. Elle se récolte à partir de mai alors si vous visitez la Laponie en hiver, vous pourrez la déguster en compote ou en confiture : son goût sucré et acidulé ne vous laissera probablement pas indifférent.

Illustration bannière : Beau matin d’hiver en Laponie suédoise © Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Végétarienne et contemplatrice de naissance, attirée depuis mon plus jeune âge par les lettres et les âmes de papier, j’ai assez naturellement opté...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis